Partager :

Afin d’améliorer la qualité de l’air de la région, les trois grandes collectivités du bassin grenoblois  proposent, de manière concertée une « Prime Air Bois », destinée à aider les particuliers à renouveler leurs appareils de chauffage individuel au bois non performants, et cela avec le soutien financier de l’ADEME. Les trois structures de l’ESP’ACE (Air Rhône-Alpes, l’ALEC et l’AGEDEN) contribuent à l'accompagnement technique de cette démarche. L'extension de ce type de dispositif à d'autres territoires est un enjeu d'amélioration de la qualité de l’air à l'échelle de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Qu'est-ce que la Prime Air Bois ?

La Prime Air bois vise à aider financièrement les particuliers à changer leurs appareils de chauffage anciens les plus polluants ou leurs cheminées à foyers ouverts, par des appareils récents et performants.

fond_air_bois_signature_convention.jpg
Signature de la convention ADEME avec les collectivitésconcernées le mardi 19 janvier

C’est la première fois qu'un dispositif de ce type est déployé à une telle  échelle. Cette initiative est mise en place de manière concertée par Grenoble-Alpes Métropole, la Communauté de communes du Pays du Grésivaudan et la Communauté d'agglomération du Pays. Sur ce territoire, l’objectif est de renouveler 8 300 équipements de chauffage individuel au bois pour un montant d’aide publique d’environ 9 millions d’euros pris en charge par l’ADEME et les collectivités.

Cette mesure concerne donc tous les appareils datant d’avant 2002 (poêles à bûches, inserts) et tous les foyers ouverts. Il faut donc remplacer son ancien chauffage par un appareil dont les performances sont garanties par le label Flamme verte 7 étoiles ou équivalent au minimum. 

Pourquoi agir sur le chauffage individuel au bois ?

fond_air_bois.jpg

Les seuils réglementaires ainsi que ceux préconisés par l’organisation mondiale de la santé concernant les particules en suspension (PM10 et PM2,5) sont dépassés de manière récurrente dans la région Rhône-Alpes et spécifiquement dans le bassin grenoblois.1 

Le chauffage individuel au bois est le principal émetteur de particules : ce secteur représente environ la moitié des émissions de PM10 et près de 60% des émissions de PM2,5 (que ce soit à l’échelle de la région Rhône-Alpes ou du bassin grenoblois). En outre, les jours de grand froid quand les besoins en chauffage augmentent, cette part peut s’élever à près de 75%.

« Le renouvellement des appareils de chauffage non-performant constitue un levier majeur d’amélioration de la qualité de l’air. »

 

 

 

air_bois_3-solutions.jpg

Une coopération  fructueuse des réseaux locaux 

Air Rhône-Alpes a été précurseur dans l’analyse du lien entre chauffage au bois individuel et pollution atmosphérique et nos travaux ont contribué à identifier les actions nécessaires à mettre en œuvre dans ce secteur, notamment dans le cadre des Plans de Protection de l’Atmosphère adopté en 2014 par la région grenobloise.

L’élaboration, le déploiement et l’évaluation du dispositif Prime Air Bois du bassin grenoblois a nécessité l’engagement d’un réseau local d’acteurs techniques. En effet, l’expertise en science sociale de Science Po Grenoble a été nécessaire à la préfiguration du dispositif, l’ALEC et l’AGEDEN permettent le déploiement effectif du dispositif sur le terrain et Air Rhône-Alpes au-delà de sa contribution à la préfiguration du fonds d’aide grâce aux données de l’observatoire, assure l’évaluation de l’efficacité du dispositif en termes de qualité de l’air. 

Retrouvez selon votre territoire les informations pratiques sur la Prime Air Bois  : 

logo_pv_ss_texte-500x170.jpg
gresi-bandeau_rvb_filet1.jpg
grenoble-alpesmetropole-noir1.jpg

1D’autres polluants sont problématiques dans l’agglomération grenobloise, les seuils réglementaires concernant le dioxyde d’azote et l’ozone sont aussi dépassés