Actualité
2 janvier 2018
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Evaluation de la qualité de l’air
Transports

Valence : changement de station pour la surveillance liée au trafic de l’A7

header_visitestation.jpg
Partager :

Depuis 2002, la station de mesures « A7 Valence » située en bordure de l’autoroute A7 sur la commune de Bourg-lès-Valence permet d’évaluer les niveaux maximums pouvant être respirés par la population localisée aux abords routiers.

Depuis son installation, elle a systématiquement dépassé la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote. A ce titre, cette mesure est obligatoire et ne peut pas être arrêtée.

La construction d’un mur antibruit début 2017, juste devant la station, a impacté son micro-environnement et perturbé l'objectif de surveillance, à savoir quantifier les niveaux maximums liés aux émissions du trafic. L’effet d’écran du mur antibruit a gêné les prélèvements d’air et les concentrations mesurées ont été artificiellement minimisées.

Pour assurer une surveillance fidèle et conforme, plusieurs emplacements ont été étudiés afin de suppléer la station mise en défaut : 

  • Le site « A7 Valence Ouest » (rue Julien Keyser) situé au droit de l’A7 à quelques centaines de mètres au Sud du site « A7 Valence »,
  • Le site « Corsaire » (rue corsaire) situé à l’Est de l’A7 et juste en face du site « A7 Valence ».

En complément, les sites « Avenue de Romans » et « Fouques Duparc » situés dans la ville de Valence, à proximité d’axes routiers majeurs ont également été investigués afin d’évaluer un éventuel écart des niveaux maximums entre la proximité d’une autoroute et de boulevards urbains importants

La comparaison entre ces sites a permis de déterminer celui qui présente les concentrations les plus représentatives du niveau maximum d’exposition auquel la population, située en proximité d’une infrastructure routière, est susceptible d’être exposée :

Le site « Corsaire » a été retenu et devient la nouvelle station fixe « A7 Valence Est ».

Cette nouvelle station, opérationnelle depuis le 28 décembre 2017 prend donc le relais de la surveillance en proximité trafic de l’agglomération valentinoise et permet de continuer à appréhender les niveaux maximums de particules fines (PM10et PM2,5) et de dioxyde d’azote (NO2) auxquels peut être soumis le public.

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes remercie la commune de Bourg-Lès-Valence ainsi que Vinci Autoroute pour leur participation à la bonne réalisation de ce projet.