Actualité
9 janvier 2013

2013, l’année de l’air !

Partager :

Lors de la conférence « Blowing the Winds of Change into European Air Policy » organisée à Bruxelles le 8 janvier dernier, le commissaire européen en charge de l’Environnement Janez Potocnik a donné le coup d’envoi de l’« Année de l’air » qui aboutira à l’automne 2013 à la révision de la politique communautaire en matière de qualité de l’air.

actu_130109_the_run_for_clean_air.jpg

Une situation inacceptable

En ouverture de la conférence, le BEE (Bureau Européen de l’Environnement) a rappelé que les normes communautaires actuelles pour la qualité de l’air ambiant sont plus faibles que celles recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et il constate que, malgré tout, bon nombre d’Etats Membres ne respectent pas la réglementation en vigueur.

Pour le Commissaire Potocnik, " les chiffres ne sont tout simplement pas acceptables » puisque les dernières analyses estiment à 420 000 les décès anticipés dus à la pollution de l’air en Europe en 2010.

Des causes variées

Il identifie 5 causes principales à cette situation : 

  • Une gouvernance inadéquate avec des responsabilités souvent locales ou régionales, alors que beaucoup de sources de pollution sont en dehors de la juridiction de ces autorités. 
  • La persistance de la pollution trans-frontière, par exemple pour les particules fines PM2,5 
  • Les émissions du trafic qui n’ont pas été diminuées autant que ce que l’on attendait
  • Tous les secteurs n’ont pas contribué à la réduction des émissions, comme les installations de combustion de taille moyenne, les épandages de lisiers ou les émissions du trafic maritime international
  • Le besoin d’assurer la cohérence entre les différentes réglementations, et en particulier avec celles sur le changement climatique afin de s’assurer par exemple qu’un basculement vers le diesel ou la biomasse ne compromette pas la qualité de l’air.

Une consultation publique pour donner son avis

Dans le cadre la révision de la politique européenne en matière de qualité de l’air au-delà de l’horizon 2020 par la Commission, une consultation publique est ouverte jusqu’au 4 mars pour permettre aux grand public, experts, médecins des administrations nationales, autorités locales et régionales, associations spécialisées… de donner leur avis et leurs idées sur les options envisageables.

POUR EN SAVOIR + :