Actualité
13 avril 2018
Innovation
Plans et programme d'actions

Agir pour l’air : Nicolas Hulot à la rencontre des acteurs du bassin grenoblois.

Oeufs Grenoble Bastille
Partager :

Vendredi 13 avril, Nicolas Hulot, Ministre d’Etat, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, est à la rencontre des acteurs locaux du sud Isère et de la métropole grenobloise pour une visite consacrée à la qualité de l’air.

A cette occasion, il participe à deux évènements :

  • Rencontre avec les partenaires du projet « GREAT » porté par Grenoble-Alpes Métropole, à l’invitation de Christophe Ferrari, Président de la Métropole, en présence de Lionel Beffre, Préfet de l’Isère.

  • Présentation, par les acteurs locaux, de la feuille de route relative à la qualité de l’air du bassin grenoblois à l’invitation du préfet de l’Isère Lionel Beffre.

En tant que partenaire sur ces deux sujets, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes sera représenté par son Président, Eric Fournier. L’observatoire accompagne techniquement les pouvoirs publics de la Métropole grenobloise dans l’élaboration et l’évaluation des actions d’amélioration de la qualité de l’air (Programme d’actions Métropole respirable en 5 ans, Prime Air Bois, Zone Basse Emissions marchandise, Aménagements urbains, réflexion sur la question d’un urbanisme qui protège la santé…). C’est la raison pour laquelle Atmo est fortement impliqué aux côtés des acteurs locaux depuis la conception du projet GREAT et a été partie prenante de l’ensemble de la démarche d’élaboration des feuilles de route régionales pour l’air sur les cinq zones concernées.

 

Grenoble Alps Together (GREAT) : un projet d’envergure pour favoriser l’économie du partage.

Le projet GREAT vise à favoriser les transitions écologiques, énergétiques et numériques du territoire. Fondé sur l’économie du partage, le projet GREAT (GREnoble Alps Together) souhaite apporter des solutions concrètes aux problèmes rencontrés quotidiennement par les métropolitains : congestions urbaines, consommation d’énergies trop élevée, pollution atmosphérique. Grâce au partage des données territoriales, sous contrôle public et citoyen, il permettra de développer de nouveaux services pour accompagner les changements de pratiques et rendre ainsi les citoyens acteurs des transitions écologiques, énergétiques et numériques. 

Le projet GREAT s'articule ainsi autour :

  • Du développement massif du covoiturage des courtes distances
  • De la réduction de la consommation d'énergies fossiles et la valorisation des énergies locales
  • De la réduction de l'exposition des citoyens à la pollution atmosphérique

 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’est impliqué dès l’origine de ce projet ambitieux, dont l’amélioration de la qualité de l’air et de la santé des habitants est une dimension essentielle. Ce projet résonne fortement avec la vision stratégique de l’observatoire sur l’innovation technologique et la participation citoyenne à la surveillance. Il vise en effet à bâtir un observatoire « augmenté » de la qualité de l’air intégrant et partageant toutes les données de qualité de l’air produites sur le territoire et cherche à mobiliser les innovations technologiques pour rendre les citoyens acteurs de la transition écologique.  Eric Fournier, Président d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Intervention Eric Fournier lors de la visite de N. Hulot à Grenoble le 13/04/2018

Intervention d'Eric Fournier, Président d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

 

En bref.

GREAT réunit aux côtés de Grenoble-Alpes Métropole, des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, des organismes techniques tels qu’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, des grands groupes industriels, des pôles de compétitivité et d’acteurs citoyens.
Le projet GREAT est l’un des 24 projets retenus par l’État parmi 117 candidatures déposées dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’intérêt national “Territoire d’innovation de grande ambition” du Programme d’investissements d’avenir.
Un programme mis en place par l’État pour cofinancer des investissements innovants et prometteurs partout en France.
La Métropole bénéficiera ainsi dès 2018 d’un accompagnement et d’un appui financier en ingénierie de 400 000 €.
À la clé, 450 millions € sur 10 ans, à se partager entre la dizaine de projets retenus in fine par l’État.

 

 

Des feuilles de route régionales pour l’air. 

La visite du Ministre est aussi l’occasion pour le Préfet de l’Isère et les acteurs locaux de présenter la feuille de route pour l’air du bassin grenoblois initiée en novembre 2017. Elle est constituée de 9 fiches actions concernant les secteurs clé d’amélioration de la qualité de l’air que sont l’habitat, le transport,  , l’industrie et l’agriculture. Plus spécifiquement ces actions concerneront :

  • Le chauffage individuel au bois non performant,
  • Le brûlage à l’air libre des déchets verts (agricoles et résidentiels),
  • Le changement de comportement pour optimiser l’utilisation des véhicules personnels
  • Changement de comportement encore pour des alternatives à la voiture
  • La transition énergétique
  • La zones à basses émissions et la logistique urbaine
  • Les émissions industrielles et des chantiers
  • La gestion des pics de pollution
  • Le traitement des points noirs résiduels de la qualité de l’air

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes restera mobilisé aux côtés des acteurs locaux pour participer au changement de comportement nécessaire pour atteindre ces objectifs et pour assurer l’évaluation des actions portées dans le cadre de ces feuilles de route. En effet, comme le souligne le rapport d’information de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat adopté le 11 avril 2018 : « Faute de temps, l’impact des mesures prévues par les feuilles de route sur la pollution de l’air n’a pas pu être modélisé ni quantifié. En l’absence d’évaluation, il est difficile de savoir si elles auront un effet suffisant pour convaincre la Commission européenne de ne pas engager de procédure contentieuse contre la France »

 

Visite NHulot_feuillesderoute_13042018_3

Intervention du Ministre à l'occasion de la présentation par les acteurs locaux de la feuille de route

 

La France est actuellement sous le coup de deux injonctions liées à la pollution de l’air – l’une du Conseil d’Etat et l’autre de l’Union Européenne - pour que des solutions soient mises en œuvre dès le printemps 2018 afin d’améliorer rapidement et durablement la situation. Plusieurs zones de la région sont concernées, notamment Grenoble, Saint-Etienne, Lyon, la vallée de l’Arve et Valence. Face à cette situation, l’État a demandé aux acteurs régionaux, départementaux et locaux de se mobiliser aux différentes échelles pour travailler de manière concertée à l’élaboration d’une feuille de route opérationnelle et multi partenariale identifiant les actions prioritaires d’amélioration de l’air dans tous les secteurs et pour deux polluants : les particules PM10 et le dioxyde d’azote (NO2). Ces feuilles de route ont été remises au Ministre chargé de l’Ecologie fin mars.