Partager :

Ce lundi 30 novembre, Bruno Bernard, Président du SYTRAL et Président de la Métropole de Lyon, et Stéphane-Socquet-Juglard, Directeur Production d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, ont présenté à la presse les résultats de la première année d’exploitation de l’observatoire du métro lyonnais. Ce point presse a aussi été l’occasion d’évoquer la poursuite de la collaboration et quelques perspectives envisagées en 2021.

Toutes nos données de mesures sont accessibles en ligne

Un premier observatoire dans le métro lyonnais

Une station de mesure qui analyse en continu la concentration en particules fines a été déployée en janvier 2020 à la station Saxe-Gambetta par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Le SYTRAL a fait le choix de pérenniser la surveillance de la qualité de l’air dans le métro allant ainsi au-delà des 15 jours de mesures préconisés dans le protocole de l’INERIS, expert public pour la maîtrise des risques environnementaux. Une première analyse des données a été réalisée par Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes durant ces 11 mois de surveillance. Retrouvez cette analyse dans notre article dédié

Perspectives

Différents dispositifs visant la réduction de la pollution dans le métro seront mis en œuvre. La surveillance de la qualité de l’air assurée par Atmo permettra d’en mesurer l’efficacité.  Comme le précise Bruno Bernard, le partenariat avec Atmo sera donc maintenu et élargi en 2021 « Tout en évaluant l’efficacité de ces expérimentations, nous allons poursuivre le partenariat engagé avec Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, afin d’approfondir et d’élargir le dispositif de surveillance de la qualité de l’air dans le métro initié en janvier dernier ».