Actualité
20 décembre 2016
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Evaluation de la qualité de l’air

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, partenaire de l’expérimentation GreenZenTag sur Grenoble

tramway_microcapteur_innovation_actu_full.jpg
Partager :

LEMON, le Laboratoire d’Expérimentation des Mobilités de l’Agglomération Grenobloise, mène depuis le 19 décembre une expérimentation nommée GreenZenTag. Pendant deux mois,  à compter du 19 décembre et en partenariat avec Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes 10 tramways coiffés de microcapteurs vont mesurer en temps réel et géolocaliser en mobilité la pollution de l’air.

Greenzentag : des microcapteurs embarqués sur des tramways pour mesurer et géolocaliser la pollution en déplacement 

L’observatoire de la qualité de l’air est fondé sur l’articulation entre différentes approches : mesures, fixes, mesures mobiles et modélisation numérique. Quelle est la qualité de l’air lorsqu’on se déplace ? Comment évolue-t-elle le long de son trajet ? Les mesures en déplacement sont-elles de nature à affiner les analyses actuelles ? à être moteur de changement ? Tel est l’objet de l’expérimentation GreenZenTag menée dans la Métropole grenobloise par LEMON.

A travers ce projet, qui mobilise huit partenaires dont deux start-ups, les particules fines PM10 et PM 2,5 vont être mesurées en temps réel durant le parcours des rames en service sur la ligne A, la plus longue et la plus fréquentée de l’agglomération. Chaque jour, pendant deux mois, 5 700 mesures vont être enregistrées et géolocalisées, entre Fontaine et Echirolles.L’enjeu de ce projet pour Atmo Auvergne-Rhône-Alpes est d’évaluer si une telle approche est susceptible d’apporter une plus-value à l’observatoire ou si elle peut présenter un intérêt sur un territoire qui ne dispose d’aucun dispositif de mesure et d’information.

Dans le cadre de cette expérimentation, l’implication d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes consistera à :

  • Proposer un regard expert sur le projet (métrologie, méthodologie mise en œuvre, connaissance du territoire, interprétation des données…).
  • Mettre à disposition des données de l’observatoire (mesures des stations fixes, sorties de modèle) afin de valider les données produites dans le cadre de l’expérimentation.
  • A l’issue de l’expérimentation, évaluer les possibilités et la pertinence d’une intégration d’un tel dispositif de collecte de données dans l’observatoire.

Si l’expérimentation de GREEN ZEN TAG est probante, alors....

Atmo Auvergne-Rhône-Alpespourrait inclure ces microcapteurs dans les outils de l’observatoire et apporter aux habitants et pouvoirs publics des photographies de la qualité de l’air géolocalisées en temps réel. Les outils de l’observatoire évoluent continuellement et intégrent progressivement les technologies émergentes les plus adaptées.