Actualité
8 juin 2020
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Evaluation de la qualité de l’air

Bilan de la qualité de l’air 2019 en Auvergne-Rhône-Alpes : des améliorations mais encore du chemin à parcourir

full_actu_bilan_2019.jpg
Partager :

Atmo a présenté à la presse lundi 8 et mardi 9 juin son bilan de la qualité de l'air pour l'année 2019. L'occasion d'évoquer la tendance d'évolution régionale qui se dessine depuis plusieurs années et de faire un point sur les spécificités territoriales. Retrouvez ci-après dans les grandes lignes ce qu'il faut retenir du bilan régional. 

L'amélioration durable de la qualité de l'air en tous points du territoire régional est un chemin de longue haleine. S'il faut se réjouir des étapes d'ores et déjà franchies, il reste néanmoins encore du chemin à parcourir. 

 

Etape n°1 : si le respect des valeurs réglementaires est atteint pour les particules, d'autres polluants restent problématiques. 

Comme en 2017 et 2018, les seuils réglementaires européens pour les particules PM10 et PM2,5 sont respectés.Cependant, d'autres polluants, l’ozone et le dioxyde d’azote en particulier, nécessitent une attention particulière. En effet, l'ozone reste encore ces dernières années l'unique polluant en progression constante, essentiellement dûe à l'intensification des épisodes de canicule. Près de 4,4 millions d’habitants de la région sont encore exposés à ce polluant.

Pour ces deux polluants,  il faut donc maintenir les actions et la surveillance, pour mesurer l'efficacité des mesures destinées à aider au rapprochement des valeurs réglementaires.

Populations exposées en 2019 au dioxyde d'azote au regard des valeurs réglementaires et sanitaires ​et tendance d’évolution depuis 2016 à l'échelle régionale

Exposition des populations aux valeurs réglementaires et sanitaires ​-NO2- Région Auvergne-Rhône-Alpes

Populations exposées en 2019 à l'ozone au regard des valeurs réglementaires et sanitaires ​et tendance d’évolution depuis 2016 à l'échelle régionale

Exposition des populations aux valeurs réglementaires et sanitaires  - O3 - Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Etape n°2 : sur le plan sanitaire, les efforts pour réduire l'exposition des populations aux particules PM2,5 doivent se poursuivre.

De plus, il est indispensable de continuer et maintenir les actions engagées aussi bien sur le plan collectif qu'individuel, ceci avec l'objectif de respecter les seuils sanitaires préconisés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). A ce jour, près d'un habitant sur 5 de la région Auvergne-Rhône-Alpes est encore exposé aux particules PM2,5 au regard des seuils sanitaires préconisés par l’OMS, soit près de 1,4 millions. Les territoires de la région les plus touchés sont le Rhône, l’Isère, la Haute-Savoie et la Drôme.

Populations exposées en 2019 aux PM2.5 au regard de la valeur OMS et tendance d’évolution depuis 2016 à l'échelle régionale

 

Exposition des populations aux valeurs sanitaires ​de l’OMS - PM 2,5 - Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Etape n°3 : Anticiper les problématiques en renforçant la surveillance et la réglementation sur des polluants à enjeux

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes doit également travailler sur l'émergence de "nouveaux polluants"  du fait du développement de nouvelles technologies, d’enjeux sanitaires ou d’interrogations sociétales. Ce travail s'inscrit dans la veine de son rôle d'observation et de surveillance, et prolonge ainsi ses missions au-dela du champ des polluants inscrits dans la réglementation. C’est une condition nécessaire afin de récolter suffisamment de données de mesure pour procéder ensuite à l’évaluation des effets pour la santé des habitants de la région. L'observatoire travaille en ce sens depuis plusieurs années et dispose de moyens de surveillance des Particules Ultrafines (PUF), des pesticides et des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) notamment.

decouvrez_bilan_2019_700px.jpg