Partager :

 

Air Rhône-Alpes publie les résultats d’une étude d’évaluation de la qualité de l’air et de l’impact du trafic sur le secteur de la commune Rochemaure en Ardèche traversée par la départementale RD86.  Pour Air Rhône-Alpes, cette étude menée en 2011 et 2012 avait le double objectif de répondre aux interrogations des riverains vis-à-vis de la qualité de l’air et d’améliorer les outils de modélisation qui servent à cartographier la pollution autour d’axes interurbains. 

Les conclusions en bref

actu_140610_carte_rochemaure.jpg

Les résultats des mesures et les cartes de concentrations modélisées dans le cadre de cette étude ont permis de mettre en évidence que le trafic de la RD86 est bien la source principale de pollution sur le secteur de Rochemaure et concerne les deux principaux polluants émis par le trafic : le dioxyde d’azote et les particules en suspension.
D’un point de vue réglementaire et sanitaire, l’impact du trafic routier sur la qualité de l’air présente des effets potentiels pour l’ensemble de la population et plus encore pour les personnes les plus sensibles (enfants, asthmatiques…).
Les résultats montrent que la zone d’exposition maximale se situe tout au long de la RD86, dans une bande large au moins d’une vingtaine de mètres de chaque côté de l’axe, impactant ainsi les habitations les plus proches de la route.
Les cartographies montrent bien que l’impact du trafic concerne une large partie du centre-ville de Rochemaure où sont implantés des habitations, des commerces, des écoles et où les riverains circulent à pied et que cet impact est accentué dans les zones où le bâti se resserre.

Perspectives

A la suite de cette expertise scientifique apportée par Air Rhône-Alpes, une table ronde pourrait être organisée, réunissant plusieurs acteurs locaux (élus, industriels, Collectif des Rencontres Citoyennes de Rochemaure, autres citoyens,…) afin d’initier une réflexion sur la mise en place d’actions permettant de réduire les émissions des polluants à toutes les échelles du territoire, et de limiter l’exposition de la population, dans l’objectif d’améliorer à court terme la qualité de l’air et la qualité de vie des habitants.

POUR EN SAVOIR + :

Cette étude a reçu le concours financier du Conseil Général de l’Ardèche et de l’Agence Régionale de la Santé. Elle a été exploitée avec les données générales de l’observatoire financé par l’ensemble des membres d’Air Rhône-Alpes.