Actualité
11 janvier 2019
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Evaluation de la qualité de l’air
Innovation

Captothèque : les premiers capteurs ont été distribués !

capto_bg.jpg
Partager :

Les premiers expérimentateurs de la Captothèque, le service de sensibilisation et de participation citoyenne à la surveillance d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, ont commencé à mesurer librement la qualité de l'air sur le territoire de la CCPMB grâce aux microcapteurs prêtés gratuitement dans le cadre de l'expérimentation.

La pollution de l'air est un problème complexe, changeant et multifactoriel. Ainsi il peut être difficile de se faire un avis juste de la qualité de l'air que l'on respire tout au long de la journée, à l'extérieur, à la maison, à vélo, en voiture, en montagne...  Car au-delà des données fournies par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, il est impossible, sans outil à disposition, de mesurer finement la pollution que l'on respire vraiment dans son environnement direct.

30 expérimentateurs… et 300 sessions de mesures en 3 jours !

Outiller les citoyens pour qu’ils expérimentent la surveillance de la qualité de l’air, c'est justement l’objectif du service la Captothèque, qui a commencé sa phase d'expérimentation le 7 janvier dernier en prêtant gratuitement à 30 habitants de la CCPMB des micro-capteurs de mesure de la qualité de l'air. Après avoir candidaté au service et avoir été choisi en fonction de différents critères pour intégrer un panel de profils diversifiés, chacun s’est vu remettre lors d’une présentation un micro-capteur AirBeam et des accès à la plateforme sur laquelle il peut visualiser et classifier en temps réel ses mesures.

expe.jpg

Les premiers expérimentateurs de la captothèque découvrent les capteurs et le fonctionnement du service

Malgré les quelques “bugs” au lancement de cette version beta du service, ce sont déjà plus de 300 sessions de mesures qui ont été réalisées sur le territoire en quelques jours seulement ! Du trajet en train jusqu'à l'entrainement de ski de fond, ou encore la qualité de l’air au bureau, à la maison ou en cuisinant, ce sont différents contextes qui sont testés par nos expérimentateurs, permettant à chacun d'appréhender la qualité de l’air autour d’eux et selon leurs activités. par lui-même certains. Bravo à eux ! 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes espère que les prochains expérimentateurs, et à termes tous les utilisateurs du service, auront autant d’enthousiasme à mesurer la qualité de l’air de leur environnement. Des ateliers thématiques pour échanger autour des mesures et des phénomènes atmosphériques (source de pollution, météo etc.) suivront avec les expérimentateurs et les experts du domaine.

Des inscriptions toujours ouvertes sur le territoire de la CCPMB

Plus de 200 personnes ont déjà postulé pour profiter du service sur le territoire de la CCPMB et les 30 prochains expérimentateurs ont rendez-vous le 24 janvier pour une deuxième session de prêt de capteurs. Mais même avec ce lancement réussi, nous avons encore besoin de vous ! Car tous les 15 jours, ce sont 30 citoyens qui seront invités à participer à l’expérimentation et ce jusqu’à mi-avril.  Les inscriptions sont donc toujours ouvertes. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à candidater sur le site de la Captotheque

expe_inversion.jpg

La captotheque permet d'expérimenter différents contextes impactant la qualité de l'air, comme ici une inversion thermique

Vers un déploiement progressif à d’autres territoires

Déployée pour le moment en test sur le territoire de la Communauté de Communes des Pays du Mont-Blanc avec le concours de la celle-ci, la Captothèque a pour ambition de se déployer progressivement sur l’ensemble du territoire régional. Les habitants de la métropole de Grenoble ont déjà pu candidater pour recevoir le capteur : près de 360 personnes ont manifesté leur intérêt en 3 jours. L’expérimentation commencera pour les participants retenus dès la semaine prochaine. Ensuite, ce sera au tour de la métropole de Clermont-Ferrand de se voir proposer une période de test.

La Captothèque est une plateforme qui permet à chaque citoyen de la région Auvergne-Rhône-Alpes d’emprunter un micro-capteur de mesure de la qualité de l’air, sans condition de ressources. Le projet est financé parla Région Auvergne-Rhône-Alpes, INTERREG Alpin SPace, l’ADEME, Grenoble-Alpes Métropole, la Métropole de Clermont et soutenu par la Communauté de Communes des Pays du Mont-Blanc.