Actualité
4 mars 2020
Air et Santé
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Episode de pollution

Ces épisodes hivernaux sont-ils vraiment dangereux pour la santé ?

incollable_sante_full-100.jpg
Partager :

Oui, la pollution peut avoir des effets à court et long termes sur la sante. Elle accroît les risques de maladies respiratoires ponctuelles et chroniques ainsi que de maladies cardio-vasculaires. 

Incollable_sante_episode_hiver.png

Selon le dernier rapport de l'Agence Européenne de l'Environnement sur la qualité de l'air publié mi-octobre 2019, les concentrations de particules fines (PM2,5) dans l’air ambiant ont été responsables d’environ 374 000 décès prématurés dans les 28 États membres de l’Union Européenne en 2015. Cela représente 33 200 décès prématurés pour l’année 2015 en France. Le dioxyde d'azote (NO2) est jugé également responsable de 68 000 décès prématurés, dont 7 500 en France.

Les particules fines (PM10, PM2,5)Les particules en suspension proviennent des activités de chauffage (le chauffage individuel au bois non performant est particulièrement émetteur), du transport routier, du secteur industriel et du secteur agricole principalement. Les particules en suspension ont un impact sanitaire majeur et reconnu, une procédure de contentieux européen est d’ailleurs engagée pour non-respect par l’Etat français des seuils réglementaires. Les dépassements dans notre région sont essentiellement localisés dans les grandes agglomérations, en bordure des grandes voiries et dans les vallées alpines.

Les particules fines (PM10 et/ou PM2,5) ont été classées comme cancérigènes pour l’Homme depuis 2013 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) et certaines ont également des propriétés mutagènes. La nocivité de ces particules provient à la fois de leur taille (quelques micromètres) et de leur composition (présence de métaux ou de Composés Organiques Volatils parfois). Plus les particules sont petites (PM10 >PM2,5 > PM1), plus elles sont susceptibles de pénétrer profondément dans l’arborescence pulmonaire et de migrer vers d’autres organes par la circulation sanguine, d’irriter les voies respiratoires et d’altérer les fonctions respiratoires dans leur ensemble.

 

L’impact sanitaire est fortement lié à l’intensité et à la durée de l’exposition. 

Une exposition de courte durée à des concentrations élevées (épisode de pollution – court terme) pourra avoir un impact sanitaire, mais une exposition de longue durée à des taux plus faible (lieu d’habitation ou poste de travail modérément exposés) pourra également avoir un impact sanitaire à moyen ou long terme.

Pour plus d’information sur les effets sur la santé  ou sur les recommandations sanitaires