Actualité
2 octobre 2020
Evaluation de la qualité de l’air
Innovation
Recherche/coopération

C’est parti pour le service Captothèque, déployé sur 3 métropoles d’Auvergne-Rhône-Alpes

Illustration Captotheque skate
Partager :

Les 60 premiers citoyens des métropoles de Grenoble-Alpes Métropole, du Grand Lyon et de Clermont Auvergne Métropole explorent depuis le 28 Septembre les niveaux de particules fines de leurs environnements, grâce à des micro-capteurs de mesure de qualité de l’air, prêtés gratuitement dans le cadre du service Captothèque.

Des prêts gratuits de Micro-capteurs de mesure

Depuis le 28 Septembre, 60 micro-capteurs mobiles, sélectionnés et testés par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, sont mis gratuitement à la disposition des citoyens pour mesurer librement, pendant 15 jours, la qualité de l’air des territoires partenaires. Dans les prochains mois, ce sont plus de 600 citoyens qui pourront ainsi expérimenter les niveaux de particules de leurs environnements.

mesure captotheque

En quelques jours, plus de 600 sessions de mesures ont déjà été réalisées par les premiers expérimentateurs sur des trajets du quotidien, dans leur habitat, dans différentes communes des territoires.

Les données de mesures partagées par les expérimentateurs sont visualisables en temps réel sur la plateforme www.captotheque.fr et peuvent être commentées par tous. Il suffit simplement de se créer un compte sur la plateforme.

 

Mieux comprendre les phénomènes atmosphériques

En complément de la mesure libre, un accompagnement est proposé afin d’inviter les citoyens à mesurer des phénomènes de pollution caractéristiques, via des missions ou des challenges de mesure.

mission_captotheque.png

Les expérimentateurs, en participant à des missions, contribuent à améliorer la connaissances sur des phénomènes polluants

Transports, Habitat, urbanisme ou encore qualité de l’air au travail, ces missions de mesures, poursuivant le même objectif mais réalisées par les expérimentateurs dans des contextes différents, permettront de construire de la connaissance sur les pratiques polluantes et sur les contextes à forte exposition.

Des données citoyennes pour nourrir les échanges

Des fonctionnalités d’échanges et de partage ainsi que des ateliers physiques complètent le dispositif et viendront favoriser le dialogue entre les acteurs du territoire, les experts d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes et les utilisateurs.

photo_atlier_capto.png

En tout, prêts de 30 ateliers d’échanges seront proposés aux citoyens expérimentateurs, répartis sur les 3 territoires partenaires.  

 

3 territoires partenaires
En 2020, le service est déployé en avant-première sur trois métropoles partenaires : Grenoble-Alpes Métropole, le Grand Lyon et Clermont Auvergne Métropole. Il vise à s’étendre d’ici 2022 aux 9 territoires prioritaires pour l’air de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Un projet citoyen et multi-partenarial

Ce projet multi-partenarial préfigure une nouvelle façon d’envisager la surveillance de la qualité de l’air sur un territoire. La Captothèque est en effet la première étape pour concrétiser l’ambition d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes en matière de surveillance : intégrer l’ensemble des acteurs de la société dans l’observation de la qualité de l’air, via le déploiement d’observatoires citoyens de mesure.

Pour mener à bien ce projet, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a pu compter sur le soutien financier de la région Auvergne-Rhône-Alpes, des métropoles de Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand mais aussi de quatre mécènes privés par le biais du fond de dotation ConvAirgence : Groupe BONTAZ, Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc (ATMB), Gaz et Electricité de Grenoble (GEG) et la  Fondation Terre d’Initiatives Solidaires SUEZ.