Partager :

La recherche sur les effets cocktails prend une importance croissante. Quels sont les axes de recherche et les retours du terrain ? Avec quelles méthodes et quels outils progresser dans la connaissance et la prévention ? C’est ce sujet que la commission environnement-santé du Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions et des risques dans l’agglomération grenobloise (SPPPY)  a choisi pour sa première conférence-débat organisée ce jeudi 5 septembre. 

L’homme est exposé à de multiples substances chimiques présentes dans son environnement, notamment par l’alimentation, l’eau, l’air, le sol et les biens de consommation. L’effet cocktail est le terme employé pour désigner les effets qui peuvent affecter la santé humaine lors d’une exposition à plusieurs substances chimiques simultanément. L’idée principale de l’effet cocktail est que si l’on est exposé en même temps à plusieurs substances chimiques différentes, cela peut théoriquement renforcer les effets nocifs de chaque substance ou produire des effets inattendus.  Pour l’heure, la connaissance scientifique sur les effets cocktails est relativement faible, mais elle fait l’objet de recherches de plus en plus fréquentes. 
 

« Aller au-delà de la surveillance des polluants réglementés et améliorer les connaissances des effets cocktails et des polluants émergents représentent des enjeux fort pour les prochaines années afin de pouvoir agir plus efficacement pour améliorer notre santé »

L’évènement a été introduit par Jean-Charles Colas Roy, député de l’Isère et co-président du SPPPY et par Claire-Marie N’Guessan adjointe au chef de l’unité départementale de la DREAL.
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’EHESP-INSERM-IRSET, la ville de Grenoble, l’ARS et la DREAL, ont présenté les éléments clés de compréhension avant une table ronde qui a permis de riches échanges avec l’auditoire, composé d’élus, de représentants des associations, des collectivités, des acteurs économiques ou des services de l’Etat. 

Les présentations des différents intervenants seront prochainement disponibles que le site du SPPPY.