Partager :

Air Rhône-Alpes se mobilise pour connaitre l’origine des particules en coopération avec les régions transfrontalières et se dote de nouveaux appareils de mesure en temps réel capables d’analyser la composition chimique de ce polluant.

Mieux distinguer les sources de pollution aux particules dues aux activités humaines, de celles dont l’origine est naturelle, et quantifier la contribution effective de chaque secteur d’activité (chauffage, transport routier, industries, agriculture, etc.) est une condition sine qua non pour accompagner les pouvoirs publics dans la mise en oeuvre d’actions efficaces à long terme et à court terme lors d’épisodes de pollution.

Air Rhône-Alpes a organisé une conférence de presse le 9 décembre dernier à Lyon afin d'expliquer ses dernières travaux sur l'amélioration des connaissances sur les origines des particules.

La pollution aux particules, un enjeu majeur

Les particules sont l’un des principaux polluants de l’air, en Rhône-Alpes, elles sont à l’origine de plus des ¾ des épisodes de pollution chaque année. La France fait d’ailleurs l’objet d’un contentieux avec l’Union Européenne pour non–respect des valeurs réglementaires concernant les particules. Plusieurs pays sont concernés, et en France, plusieurs régions, dont Rhône-Alpes.

La pollution de l’air, tous polluants confondus, est aussi une question majeure de santé publique. Elle est classée cancérigène certain pour l’homme par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Identifier l'origine des particules pour mieux agir 

Ces particules sont de natures diverses. Elles peuvent être d’origine naturelle (embruns océaniques,éruptions volcaniques, feux de forêts et érosion éolienne des sols) ou liées aux activités humaines (transport,chauffage, industries, agriculture, etc.). En moyenne sur l’année dans notre région, les particules PM101 sont principalement émises par le chauffage au bois non performant (cheminée ouverte, poêle ancien, bois de mauvaise qualité, etc.) qui représente 47 % des émissions. Les rejets dus au trafic routier (essentiellement Diesel), au secteur industriel et à l’agriculture sont plus minoritaires (de l’ordre de 10 à 20 % chacun).

Cependant, la part de ces contributions peut varier selon les saisons.En épisode de pollution ou dans le cadre d’une stratégie à long terme d’amélioration de la qualité de l’air, il est donc primordial d’identifier précisément l’origine et la contribution des particules à la pollution pour accompagner au mieux les pouvoirs publics dans la mise en oeuvre des actions.

Pour ce faire, Air Rhône-Alpes agit sur deux fronts :

  • Par des projets d’amélioration de connaissances, en participant, entre autres, au programme de coopération franco-italienne ALCOTRA sur la zone frontalière des vallées alpines2 ; la France et l’Italie étant confrontées à des problématiques communes de pollution de l’air. Les travaux mis en oeuvre visent à harmoniser lesoutils et méthodes de surveillance et à proposer de nouveaux éléments d’aide à la décision afin de bâtir, à terme, des stratégies communes d’amélioration de la qualité de l’air.

  • Par l’acquisition de nouveaux appareils de mesure. Installés dans la station permanente de surveillance de la qualité de l’air urbain de Lyon Centre, ils permettent d’analyser en temps réel la composition chimique des particules et donc de connaître précisément les sources à l’origine de cette pollution. Ces informations offrent la possibilité d’observer en direct les changements de composition des particules dans l’air, d’anticiper l’arrivée des épisodes de pollution, d’estimer la contribution des sources émettrices et surtout, à terme, d’orienter ainsi les actions d’amélioration lors d’épisodes de pollution.
actu_141211_conf_presse.jpg
Station de Lyon centre

Pour plus d'informations consultez le dossier de presse et le rapport d'activité 2013 d'Air Rhône-Alpes

1 Les particules PM10, de diamètre inférieur à 10 micromètres, sont assez fines pour pénétrer dans l’appareil respiratoire.

2 La zone ALCOTRA (Alpes Latines Coopération TRAnsfrontalière France-Italie) est constituée des régions Rhône-Alpes, Provence Alpes Côte d’Azur sur la partie française et Val d’Aoste, Piémont et Ligurie côté italien