Actualité
27 mars 2020
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Nuisances (odeurs, bruits, ondes…)

Déchets végétaux : quelques conseils pour les recycler sans bouger de chez soi

actu_full.jpg
Partager :

Si pour certains le confinement rime avec télétravail, séries, cuisine ou encore grand rangement de printemps, pour d’autres qui ont la "chance" disons-le d’avoir un jardin, c’est plutôt tonte, taille, et désherbage. Les déchèteries étant fermées, on vous propose plusieurs alternatives pour recycler vos déchets végétaux sans les brûler, car cela reste une pratique interdite et néfaste pour la qualité de l’air.

Bien qu’interdit, le brûlage des végétaux est une activité encore pratiquée qui contribue à la dégradation de la qualité de l'air. Cette activité participe aux émissions de plusieurs polluants : 

- des particules (PM),
- des oxydes d’azote (NOx),
- des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP),
- du monoxyde de carbone (CO),
- des composés organiques volatils (COV),
- du benzène,
- des dioxines et furanes

enjeu3_dechets_vegetaux.png

La pollution engendrée par ces feux peut notamment avoir un fort impact sur la santé des personnes directement exposées. Un seul feu de jardin dans une zone habitée en cette période de confinement peut incommoder un nombre très important de personnes.

Les conditions de brûlage des déchets verts conduisent à une combustion imparfaite avec émissions de bon nombre d'imbrûlés, d’autant plus que les végétaux sont humides. La toxicité peut être nettement accrue quand sont associés d’autres déchets comme par exemple des plastiques, des bois traités, des papiers souillés, du carburant, etc.

Des arrêtés préfectoraux spécifiques à chaque département existent, renseignez-vous auprès de votre Préfecture ou de votre mairie. En cas de non-respect, une contravention de 450 euros peut être appliquée (article 131-13 du nouveau code pénal).

Le Préfet peut déroger à la règle d’interdiction du brûlage des déchets végétaux sur proposition de l'autorité sanitaire et après avis du CODERST. Certains brûlages peuvent aussi être autorisés dans des conditions très réglementées :
- le brûlage des déchets verts agricoles pour des raisons agronomiques ou sanitaires,
- l’écobuage par les agriculteurs et éleveurs principalement dans les zones montagneuses ou accidentées,
- le brûlage dirigé (feu préventif allumé par les pompiers ou les forestiers avant la saison à risque d’incendie),
- la gestion forestière (coupes forestières, traitement après tempêtes, végétaux infectés ou travaux de prévention des incendies, …)
- la protection des cultures arboricoles ou viticoles contre le gel

Alors en attendant la réouverture des déchèteries, en tant que particulier, voici plusieurs techniques pour gérer vos déchets végétaux sans sortir de votre jardin et sans dégrader la qualité de l’air :

Le compostage :

Pratique de plus en plus plébiscitée, elle permet de recycler les déchets verts du jardin et de la maison en les amassant en tas pour qu’ils se décomposent. On peut y mettre les tontes de gazon, feuilles, déchets du potager associés ou non à des déchets alimentaires. Des micro-organismes (bactéries, champignons) vont décomposer ces déchets et les transformer en humus. Le compostage permet à la fois de réduire le volume des déchets verts mais également d’obtenir gratuitement du compost valorisable dans votre jardin. Le compostage peut se faire sans un bac, il suffit de mettre vos déchets verts dans un coin du jardin, les retourner régulièrement et laisser faire la décomposition naturelle.

En cette période d'épidémie, vous pouvez continuer à déposer vos déchets dans les composteurs. Veillez cependant à bien vous laver les mains par la suite (il en va d'ailleurs de même pour toutes les surfaces de contact, poignée de porte commune notamment). Il convient cependant de bien continuer à faire les gestes nécessaires à un "bon compostage" : petit brassage régulier, ajout de broyat,....

Le paillage :

Le paillage une technique de jardinage qui consiste à placer au pied des plantes de la matière organique végétale tels que de la tonte de pelouse ou des déchets verts broyés en vue de nourrir et de protéger le sol.

Le broyage :

Le broyage est une étape intermédiaire dans la gestion des déchets verts (souvent associée au paillage et au compostage). Il s’agit de transformer les déchets de taille et d’élagage d’arbres, de haies ou d’arbustes en copeaux  en vue de les réutiliser en paillis, en amendement végétal (les amendements servent à améliorer l’état physique, chimique et biologique du sol, en favorisant le maintien d’une bonne structure) pour le composteur. Pour ceux qui n’ont pas de broyeur, pour les petits déchets végétaux, passez votre tondeuse plusieurs fois sur les déchets éparpillés sur le sol, puis utiliser le broyat pour mettre au pied de vos plants.

La tonte-mulcing :

Cette technique nécessite d’avoir le kit « mulching » sur votre tondeuse. Le mulching est une technique de tonte sans ramassage de l’herbe. La tondeuse mulcheuse coupe la partie haute de l'herbe en infimes parties et le rédépose sur la pelouse, pour former un mulch ou paillis. Plus besoin de vider le bac de ramassage ou de fertiliser le gazon : le paillis protège de la sécheresse et  devient un engrais naturel gratuit.
 

Ces techniques sont bonnes pour la qualité de l'air, mais elles évitent  aussi l'achat d'engrais qui parfois contiennent des composants chimiques néfastes. Pour rappel, l’usage de pesticides est interdit depuis le 1er janvier 2019 pour les particuliers, seuls les produits phytopharmaceutiques d'origine naturelle sont vendus. Voici la liste des produits autorisés pour les amateurs actualisée le 18 février 2020. S’il vous reste des produits ne les utiliser pas, et informez-vous sur le site d’Eco-DDS pour savoir comment  vous pourrez les rapporter une fois le confinement terminé.

Agir chez soi pour une meilleure qualité de l'air 

8_infographie_exposition_p8_agir_chez_soi_actions_pour_site.jpg