Partager :

Plante envahissante dont les grains de pollen sont très allergisants, l’ambroisie est particulièrement présente en région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette seconde quinzaine de juin ont lieu les 9èmes journées de lutte contre les ambroisies, l’occasion de mieux connaître cette plante, ses effets indésirables et les moyens de lutte contre sa prolifération.

Comme chaque année depuis 2012, fin juin marque les journées de lutte contre les ambroisies, dont l’objectif sont de sensibiliser le plus grand nombre sur cette plante envahissante particulièrement allergisante, largement présente en Auvergne-Rhône-Alpes.

Vous avez dit « Ambroisie » ?

L'ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisifolia), communément appelée Ambroisie, fait partie de la famille des composées (Astéracées). Il s’agit d’une plante envahissante dont le pollen est fortement allergisant et qui est apparue pour la première fois en France à la fin du XIXe siècle, à l’occasion d’importation de marchandises.

Depuis environ 20 ans, l’ambroisie est en pleine expansion et colonise une grande partie du territoire français. Les pollens sont libérés d’août à septembre avec généralement un pic vers la mi-août.

Pourquoi s’en préoccuper ?

Quelques grains de pollens d’ambroisie dans l’air suffisent pour provoquer des symptômes chez les personnes sensibles. Rhinites, conjonctivites, et même trachéites peuvent avoir des conséquences plus ou moins importantes allant même jusqu’au déclenchement d’asthme de forte gravité.

En Auvergne-Rhône-Alpes, plusieurs millions de personnes sont, chaque année, exposées aux pollens d’ambroisie et les coûts de santé liés sont très élevés (estimés de 11 à 16 millions d’euros pour 2012 en Rhône-Alpes). 

En 2019 spécifiquement, près de la moitié de la population régionale a été soumise à des niveaux pouvant provoquer des symptômes allergiques pour les personnes sensibles. Cette tendance est en baisse par rapport aux années précédentes. Cependant, même si moins d’habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes semblent avoir été exposés, il ne faut pas baisser la garde dans la lutte contre cette espèce invasive. En effet, il faudra attendre plusieurs années pour confirmer si 2019 est une exception due aux conditions météorologiques ou un début de tendance. L’enjeu reste donc de poursuivre et d’affiner la surveillance, premier maillon essentiel de la stratégie de lutte contre cette nuisance.

ambroisie_2019.jpg

Estimation spatialisée du risque allergique d’exposition aux pollens (RAEP) d’ambroisie supérieur ou égal à 3 en Auvergne-Rhône-Alpes en 2019. C’est à partir d’un RAEP égal à 3 qu’une personne allergique ressent les premiers symptômes.

Comment la reconnaitre ?

En juin et juillet, pendant la période de croissance de la plante, c'est le moment d'agir en arrachant les plants d'ambroisie. Pour bien la reconnaître, Il faut regarder ses feuilles, d'un vert vif des deux côtés, ainsi que sa tige et ses fleurs, bien caractéristiques.

 

Agir avec la plateforme Signalement Ambroisie
Il s’agit d’un dispositif participatif permettant à chacun d’identifier des plants d’ambroisie et de les signaler. Composé d’un site internet, d’une application mobile, d’une ligne téléphonique ou encore d’un email dédié, la plateforme Signalement Ambroisie permet de réaliser des signalements de la plante par différents canaux. Votre signalement est alors transmis à la commune concernée, qui contactera le propriétaire de la parcelle concernée.
picto_agir_ambroisie.png

Pour aller plus loin :

Journée internationale de l’ambroisie :

  • Consulter les évènements proches de chez vous ici
  • Accéder aux informations utiles et aux différents outils concernant l’ambroisie ici