Actualité
7 janvier 2019
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Episode de pollution

Episode de pollution aux particules dans la vallée de l'Arve du 4 au 7 janvier 2019

Poêle à bois.jpg
Partager :

En ce début d'année, la vallée de l'Arve est à nouveau concernée par une augmentation des concentrations de particules PM10 dans l'air. Les niveaux ont atteint le seuil d'information de 50 µg/m3 vendredi, samedi et dimanche et le dépasseront très probablement aujourd’hui encore. En effet, le vent, bien présent ailleurs sur la région, ne pénètre pas dans les vallées alpines, cette situation favorise l’accumulation de la pollution près du sol. 

 

La météo, un facteur aggravant : focus sur le phénomène d’inversion de températures.

La qualité de l'air dépend de l'émission de substances polluantes mais aussi des conditions météorologiques qui jouent sur leur transport, transformation et dispersion.

En situation normale, la température de l'air diminue avec l'altitude (environ 1°C tous les 100 mètres). Quand l'air chaud s'élève dans les couches supérieures plus froides, il entraîne avec lui les polluants qui sont ainsi dispersés verticalement (principe de la montgolfière).

Inversion température

Les inversions de température sont des cas particuliers ; l'atmosphère, au lieu de se refroidir avec l'altitude, se réchauffe jusqu'à un certain niveau appelé niveau d'inversion. A ce niveau stagne une couche d'air plus chaude qu'on appelle couche d'inversion.

Les polluants provenant des chauffages, des industries et du trafic routier s'accumulent alors sous la couche d'inversion qui forme un « couvercle » empêchant les polluants de se disperser verticalement. Si le vent est faible, ce qui est en général le cas en situation d’inversion, il n’y a pas non plus de dispersion horizontale. La concentration des polluants peut alors augmenter très rapidement et conduire ainsi à la survenue ou au maintien d’une épisode de pollution.

Dans notre région, ce phénomène est souvent observé dans les vallées. On observe alors la formation d’un épais brouillard.

 

"J’agis pour réduire la pollution"
 

Deux leviers principaux : le chauffage au bois et les transports routiers

Le chauffage au bois et les transports sont deux sources principales de pollution en Auvergne-Rhône- Alpes en moyenne sur l’année et contribuent généralement pour moitié aux épisodes de pollution hivernaux. C’est donc sur ces deux secteurs qu’il faut agir pour retrouver un air de bonne qualité.

  • Températures en baisse, émissions du chauffage en hausse

Même s'il est neutre en terme de gaz à effet de serre, utilisé dans de mauvaises conditions, le chauffage au bois est une source non négligeable de polluants atmosphériques, en particulier de particules fines. Il est ainsi responsable de 45% des émissions de PM10 en moyenne sur l’année en Auvergne-Rhône-Alpes, et jusqu’à 75% certains jours d’hiver très froids. Le chauffage au bois émet également d’autres polluants dans l’air, notamment du monoxyde de carbone (CO), des oxydes d’azote (Nox), des composés organiques volatils (COV) et des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Ces émissions sont essentiellement causées par les foyers ouverts et les appareils non performants, y compris lorsqu’ils sont utilisés de manière épisodique (agrément ou appoint). De récentes études de l’ADEME montrent également que les émissions de particules peuvent être plus sensibles aux usages et au combustible qu’au type d’appareil.

 

  • Comment limiter les émissions du chauffage au bois ?

Lors des épisodes de pollution hivernaux, le préfet de département peut décider « l’interdiction des foyers ouverts d’appoint et des appareils d’appoint de combustion non performants de type inserts, poêles, chaudières, installés avant 2000 » en raison des fortes émissions de particules liées à ce mode de chauffage. Si la mesure est véritablement respectée, le gain d’émissions estimé est de l’ordre de 25 %. Tout au long de l’année, il est aussi possible d’agir. Meilleure isolation de l’habitat, appareils performants et labellisés, bois sec et de bonne qualité, ramonage et entretien régulier de son appareil de chauffage, allumage du feu par le haut : les bonnes pratiques ne manquent pas pour concilier qualité de l’air et chauffage au bois.

Leviers Chauffage au bois
  • Les transports routiers : une source de pollution majeure en centre-ville des agglomérations et aux abords des grands axes routiers.

Le secteur des transports demeure le principal émetteur de NOx en Auvergne-Rhône-Alpes (environ 55 %), dont la quasi-totalité des émissions sont imputables aux véhicules Diesel. Il contribue également mais dans une moindre mesure aux émissions de particules (de l’ordre de 20 %). En épisode, il constitue une source de pollution locale importante et a une incidence directe sur la santé des populations riveraines des grands axes routiers ou habitant en centre-ville des agglomérations. L’étude APHEKOM conduite par l’InVS souligne que le fait d’habiter à proximité du trafic routier serait responsable d’une augmentation des pathologies chroniques respiratoires et cardiovasculaires chez l’adulte de plus de 65 ans et également d’environ 15 % des asthmes de l’enfant.

  • La pollution industrielle n’est pas oubliée

Même si elle n’est pas majoritaire pour les particules ou les oxydes d’azote, polluants principalement en cause lors des épisodes de pollution hivernaux, la pollution émise par certaines activités industrielles doit être maitrisée. Afin de limiter leur impact lors des épisodes pollués, et de ne pas davantage dégrader la situation, des arrêtés préfectoraux sont prescrits an Auvergne-Rhône-Alpes à destination des établissements industriels. Chaque activité étant spécifique, il n’y a pas de règle générale, mais les établissements concernés peuvent être contraints de réduire ou stopper une partie de leur activité, de ne mener d’opérations de maintenance ou de ne pas démarrer des ateliers pouvant occasionner une hausse des rejets, de changer de combustibles (par exemple d’utiliser du gaz au lieu du fuel pour limiter les rejets de particules). Le suivi général du dispositif imposé aux industriels est assuré par la DREAL dans le cadre de la réglementation sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

 

"Je me protège et je m'informe au quotidien"

En plus de la pollution chronique à laquelle nous sommes exposés tout au long de l’année, qui est la plus impactante pour la santé humaine, les pics de pollution peuvent provoquer des effets à court terme pour les personnes les plus vulnérables et sensibles. Pour s’en protéger, il convient de bien suivre les recommandations sanitaires délivrées par le Ministère de la santé  et l’Agence Régionale de Santé.

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution :

  • C’est simple, rendez-vous à la rubrique « Abonnement newsletter » et choisissez de recevoir dans votre messagerie : les épisodes de pollution, le bulletin quotidien, le bulletin hebdo de l'air….

  • Consultez les prévisions pour le jour et le lendemain sur www.atmo-auvergnerhonealpes.fr, pour les territoires qui vous intéressent.

  • Pour les plus connectés, vous pouvez suivre le compte twitter ou le compte Facebook d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes pour être informés en direct de la situation.  

  • Vous pouvez également être directement conseillé sur les zones à privilégier : l'application Air to Go vous indiquera, entre autres, l’endroit le moins pollué autour de vous (Disponible sur Google play et l'Apple Store)