Actualité
17 février 2020
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Nuisances (odeurs, bruits, ondes…)

Episode d'odeurs sur le bassin grenoblois

Paysage Grenoble
Partager :

Depuis vendredi dernier, de nombreux témoignages rapportent la présence d’une forte odeur sur une grande partie de l’agglomération grenobloise. La quasi-totalité des témoignages évoque des odeurs de compost/fumier/poubelle/déchets et font état d’une forte gêne. Des recherches sont en cours pour en déterminer l'origine. On fait le point sur les informations à notre disposition.

Episode d'odeurs sur le bassin grenoblois

Depuis le vendredi 14/02/2020, la plateforme de signalement d'odeurs ODO enregistre une très forte recrudescence de signalements d’odeurs sur le bassin grenoblois. En l’espace de 72 heures, ce sont plus de 200 signalements (MAJ du 20/02 + de 400 signalements depuis le 14/02) qui ont été recensés sur un périmètre très restreint (la majorité des signalements est compris entre Grenoble, Gières et Montbonnot-Saint-Martin). Certains témoignages évoquent des odeurs présentes depuis une dizaines de jours avec une aggravation durant le week-end passé.

Type d'évocation 

Les évocations concernent principalement le domaine du traitement des déchets : « épandage/excréments/Œuf Pourri/Egout/Déchets». A noter, une part non négligeable de signalements non identifiés par les habitants.

Problématique odeurs.png

Figure 1 -Répartition des signalements suivant le type d'évocation - Bassin grenoblois 14/02/2020 au 17/02/2020

Les commentaires associés à ces signalements font tous état d’une gêne extrême (intensité forte à très forte) et d’une sévère dégradation des conditions de vie, que ce soit à l’extérieur ou dans les habitations. 

Répartition  géographique des signalements

La quasi-totalité des signalements est concentrée entre le centre-ville de Grenoble et Montbonnot-Saint-Martin (Figure 2). L’analyse des conditions météorologiques indique que durant le week-end, le vent  était principalement de secteur nord et sud avec de multiples bascules de direction. Ainsi, les odeurs ont pu impacter de nombreux secteurs au gré des vents.

Episode odeur 140220_ carte we.png

Figure 2 - Localisation géographique des signalements – Bassin grenoblois 14/02/2020 au 17/02/2020

Répartition temporelle des signalements

Les signalements ont afflué à partir du vendredi 14 février avec 26 signalements. Ce nombre a très rapidement augmenté pour atteindre 78 signalements en plus le samedi, 90 signalements s’ajoutant encore le dimanche. Ils ont été enregistrés principalement entre 9h et 19h. Un certain nombre de témoignages parlent d'odeurs ressenties toute la semaine de manière diffuse avec une aggravation durant le week-end.

repartition_temporelle_odeur_140220.png

Figure 3 - Répartition temporelle des signalements

Causes possibles

(MAJ le 19/02) : L’analyse de la répartition spatiale des signalements, des conditions de vent et des évocations renseignées par les citoyens importunés permet d’émettre l’hypothèse que cet épisode prend sa source dans le secteur nord-est du bassin grenoblois, sur les communes de Gières, Domène, Meylan, Murianette, Montbonnot-Saint-Martin, La Tronche. Les informations recueillies sur le terrain amènent à la conclusion que les odeurs ont pour origine des épandages de fertilisants azotés ou de produits issus de centres de compostage (plus de 1000 tonnes épandues), réalisés dans la semaine, en lien avec le début de la période autorisée pour ces épandages. Des températures fraiches la nuit et particulièrement clémentes en journée ont pu favoriser l’évaporation de produits épandus, contenant des molécules fétides

A quoi sert la plateforme de signalements ODO ?

Les nuisances provoquées par des odeurs (nuisances olfactives) peuvent, dans certains cas, être considérées comme un trouble anormal de voisinage et, à ce titre, être sanctionnées. Une des difficultés est d’identifier la source d’odeurs, un des objectifs de la plateforme ODO est donc de participer à la recherche des causes d’odeurs. 

Cette plateforme peut être considérée comme le premier maillon d’une chaîne qui permet de passer du constat à l’action. Elle a pour vocation, dans un premier temps, de constituer une base de données sur laquelle s’appuyer pour identifier et localiser des problématiques récurrentes ou émergentes. Si sur un laps de temps réduit, plusieurs signalements sont effectués dans le même secteur géographique, comme c'est le cas ici, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes remet au service de l'Etat, un bilan des signalements afin qu'ils puissent pousser leur enquête auprès des exploitants d’installations (agricoles, artisanales, industrielles ou assimilées …) situées à proximité des lieux signalés. 

 

J'effectue un signalement 

1. Je me connecte à l’adresse suivante : https://www.atmo-odo.fr/odoaura.
2. Je sélectionne le département d’Auvergne Rhône-Alpes sur lequel je souhaite effectuer mon signalement (je peux taper le numéro du département pour aller plus vite).
3. Je zoome sur la carte afin de déterminer l’emplacement exact de mon signalement, je clique pour faire apparaître le repère rouge sur l’emplacement, et je valide.
4. Je remplis les différentes informations caractérisant mon signalement. Des menus déroulants permettent de préciser si la perception du phénomène est ponctuelle ou continue, si son intensité est plus ou moins forte, si la gêne ressentie est plus ou moins importante, de quelle autre odeur connue vous pourriez rapprocher celle-ci, la date et l’heure de la perception… Si vous avez besoin de donner des informations complémentaires (provenance suspectée, direction du vent…), une case est prévue à cet effet.
5. Renseignez votre adresse e-mail et validez l’envoi de votre signalement ! Suite à votre signalement, la carte recensant votre signalement ainsi que tous les autres signalements effectués le jour-même apparait.En page d’accueil de la plateforme, vous pouvez également consulter un tutoriel vidéo qui recense l’ensemble de ces étapes.
Vous pouvez également faire le signalement directement à partir de l'application mobile disponible sur Playstore IOS et Android)

 

Est-ce qu’une mauvaise odeur est forcément synonyme de risque sanitaire ?
Une mauvaise odeur ne peut être considérée comme un critère de toxicité, donc le fait d'associer une nuisance olfactive à un risque sanitaire est souvent sans fondement. En effet, les odeurs sont le plus souvent perçues à des concentrations très faibles, bien inférieures aux valeurs limites reconnues comme pouvant porter atteinte à la santé. A l’inverse, certains composés peuvent être complètement inodores et pourtant dangereux pour la santé comme le monoxyde de carbone. Toutefois, même si les niveaux de concentration en composés odorants n'induisent le plus souvent aucun risque direct, les nuisances olfactives générées peuvent avoir un impact psychologique négatif lorsqu'elles sont jugées excessives. 

Je reste informé(e)

Pour continuer à être informé, suivez nous  :