Actualité
24 septembre 2021
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Episode de pollution
Evaluation de la qualité de l’air

Eruption du volcan aux Canaries : quelles conséquences pour l'air de notre région ?

lava-flows-from-hawaiis-k-lauea-volcano-active-lava-flow-breaks-through-the-crust-at-the-kalapana_t20_vkpzb7.jpg
Partager :
mountain-of-lagi-a-volcano-cinder-cone-in-the-island-of-la-palma-one-of-the-canary-islands-in-the_t20_2ka8k0.jpg

Depuis le dimanche 19 septembre 2021, le volcan Cumbre Vieja sur l’ile de La Palma aux Canaries est entré en éruption. Des émanations de ce volcan sont chargées de différents gaz, dont le dioxyde de soufre est le plus dangereux. Une fois émises, elles sont transportées, et compte tenu des mouvements de masses d’air actuels, ce nuage arrive sur notre région ce vendredi et ce week-end. Quels sont les risques ?  

Qu'est-ce que le dioxyde de soufre ? 

Origines dans l’air 

Le dioxyde de soufre (SO2) est un polluant ayant principalement pour origine les activités économiques. Les sources principales sont les centrales thermiques, les grosses installations de combustion industrielles, l’automobile et les unités de chauffage individuel et collectif. Il a également une origine naturelle, puisqu’il peut être présent dans les émanations volcaniques. 

Les effets sur la santé 

Le dioxyde de soufre est un irritant des muqueuses, de la peau et des voies respiratoires supérieures (toux, dyspnées, etc.). Il agit en synergie avec d’autres substances, les particules fines notamment. Comme tous les polluants, ses effets sont amplifiés par le tabagisme. Le mélange acido-particulaire peut, en fonction des concentrations, provoquer des crises chez les asthmatiques, accentuer les gênes respiratoires chez les sujets sensibles et surtout altérer la fonction respiratoire chez l'enfant (baisse de capacité respiratoire, toux). 

 

Les effets sur l’environnement 

L’acidification de la pluie se produit lorsque le dioxyde de soufre sous forme de gaz se dissout dans les gouttelettes d’eau des nuages. Une pluie devient acide lorsque son pH est inférieur à 5,6. En tombant, elle perturbe alors la photosynthèse à la suite de la décomposition de la chlorophylle et induit un déséquilibre des sols par acidification.  

Ces pluies acides contribuent également à la dégradation de la pierre et des matériaux de nombreux monuments. 

 

Quel impact ce nuage peut-il avoir sur l'air et l'environnement ?

Les concentrations de dioxyde de soufre attendues dans l’air ambiant

Selon les prévisions du programme européen Copernicus, les concentrations horaires de dioxyde de soufre sur notre région, au sol, ne devraient pas dépasser 10 µg/m3. Cette valeur est à comparer à la valeur réglementaire de 300 µg/m3 sur une heure qui, si elle est atteinte, doit déclencher un dispositif préfectoral d’information et de recommandations auprès de la population. 

A noter par ailleurs que l’OMS vient de rehausser, pour le dioxyde de soufre uniquement, le seuil journalier à ne pas dépasser, le passant de 20 à 40 µg/m3. Dans la région, les concentrations journalières en milieu urbain sont stabilisées ces dernières années en-dessous de 5 µg/m3

Le risque pour la santé est limité. 

→ Voir le modèle Copernicus

Des pluies acides ? 

Selon les prévisions de Météo France, des orages sont attendus samedi soir et dimanche sur notre région. Cependant, il n’y a pas lieu de s’alarmer, car les concentrations de dioxyde de soufre sont faibles et les pluies acides donc limitées. Pour mémoire, dans les années 1970-1980, lorsque les pluies acides étaient un véritable problème, les concentrations journalières de dioxyde de soufre dans l’air pouvaient atteindre plus de 100 µg/m3.  

Par ailleurs, le phénomène n’est pas isolé, il a déjà été observé, sans conséquence durable.

3_infographie_exposition_p3_pollution_pour_site.jpg

 

Mise en place d’un dispositif exceptionnel de surveillance 

Dans le cadre d’une amélioration des connaissances et pour une évaluation future de l’impact de ce nuage d’origine volcanique, un dispositif exceptionnel de mesure des retombées atmosphériques est mis en place dans quatre régions du sud de la France : Occitanie, Sud-Provence-Alpes-Côté d’Azur, Corse et Auvergne-Rhône-Alpes. 

En Auvergne-Rhône-Alpes, quatre sites sont équipés dès ce vendredi, dans les zones urbaines de Clermont-Ferrand, Lyon, Saint Etienne et Grenoble. Les retombées sèches et humides recueillies seront analysées en laboratoire après prélèvement. 

jauge.jpg