Actualité
26 septembre 2014
Activités agricoles
Combustion de biomasse

Etude sur l’impact des émissions suite à la modernisation des appareils de chauffage à Lanslebourg (73)

140926_bois_lanslebourg.jpg
Partager :

Dans le cadre d’un programme de renouvellement du parc de chauffage bois individuel à Lanslebourg en Savoie, Air Rhône-Alpes et le LCME ont proposé de mener pendant deux ans une étude destinée à évaluer l’évolution de l’impact de la combustion de la biomasse sur la qualité de l’air de cette commune.

​Un premier état des lieux a été mené en 2010 sur la pollution atmosphérique qui concluait à des dépassements de la réglementation sur les PM10 et sur le Benzo(a)Pyrène avec une influence très significative de la combustion du bois, en particulier de bois tendre. Fort de ce constat, la municipalité de Lanslebourg a souhaité limiter les émissions de particules. Le programme Bois-EnAIRgie, soutenu par l’ADEME, a donc été mis en place afin d’améliorer les émissions de particules par la combustion du bois. Une des actions concernait la mise en place d’une aide incitant à un renouvellement accéléré du parc de chauffage individuel au bois, au  renouvellement d’une partie du parc d’appareils de chauffage au bois.

Dans ce cadre, le Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement (LCME) et Air Rhône-Alpes avec le soutien de l’ADEME ont été chargés de mettre en place des indicateurs de suivi de l’évolution de la qualité de l'air. Les mesures avaient pour but de suivre sur du long terme les indicateurs de la combustion du bois  et cela afin d’évaluer l'impact des actions d’amélioration des modes de chauffage menées à Lanslebourg sur la qualité de l'air.

Cette étude comportait deux tâches distinctes :

  • La réalisation d’une étude bibliographique afin d’établir un état des lieux des facteurs d’émission des principaux polluants et des caractéristiques chimiques des émissions par la combustion de la biomasse issus de l’utilisation de différents appareils de chauffage.
  • La mise en place d’un suivi sur deux ans d’indicateurs de la combustion de la biomasse afin d’évaluer l'impact sur la qualité de l'air des actions d’amélioration des modes de chauffage conduite dans la commune.

Le suivi a été réalisé en déployant un dispositif comportant la mesure des concentrations en « Black Carbon »*, composant des particules PM10 et des particules PM10 totales. Il a eu lieu de juin 2012 à juin 2014 et a été complété par 4 campagnes saisonnières de caractérisation chimique des PM10 la dernière année. 

Les résultats montrent que le site de Lanslebourg respecte la réglementation pour les particules de type PM10. Les campagnes saisonnières ont montré des similitudes très fortes avec celles établies lors de l’état des lieux dressé en 2010. Elles soulignent l’influence majeure de la combustion de biomasse sur les concentrations en PM10 sur les trois saisons printemps, automne, hiver.

L’étude comparative menée entre les hivers 2012-2013 et 2013-2014 au regard de l’avancement des actions du programme Bois-EnAIRgie ne met pas en évidence de modifications majeurs dans la composition des PM10. Le suivi de l’indicateur Black Carbon  montre un effet encore non-observable des actions d’amélioration à ce stade d’avancement du programme sur la qualité de l'air.

En effet la campagne de renouvellement des appareils de chauffage au bois ayant commencé avec du retard, l'objectif de changement de 40 dispositifs n'a pas pu être atteint au terme de ces deux années de suivi (seulement 25% de l'objectif fixé). Air Rhône-Alpes propose donc de reconduire une évaluation de la qualité de l'air et du suivi des mêmes indicateurs lorsque le programme Bois-EnAIRgie aura atteint un taux de renouvellement bien plus important. 

Partenaires du projet : 

Etude réalisée pour le compte de l’ADEME par Air Rhône-Alpes et trois autres partenaires : 

Pour plus d'informations : 

Téléchargez le rapport final : "Evaluation des impacts sur la qualité de l'air des actions de modernisation du parc d'appareils de chauffage au bois à Lanslebourg"

 _________________________________________                                                                                                             

 * Le Black carbone autrement appelé le "noir de carbone" est présent dans les suies. Il s’agit d’un composé de couleur noir, constitué de l’élément chimique carbone (C) il est présent sous forme d’aérosol (mélange avec d’autres particules). Le carbone suie est une fraction majeure des particules issues de la combustion incomplètes d’énergie fossile (fuel) et de biomasse (bois).Sa durée de vie dans l’atmosphère est de quelques jours à quelques semaines tout au plus.