Actualité
7 octobre 2021
Activités industrielles
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Evaluation de la qualité de l’air

Incendie à la raffinerie de Feyzin lundi 4 octobre, quel impact sur la qualité de l’air ?

Feyzin vue aérienne raffinerie
Partager :

Un incendie est survenu au cours de la nuit de dimanche à lundi 4 octobre au sein d’une installation de la raffinerie Total à Feyzin. L’incendie a rapidement été maitrisé par les équipes d’intervention de la plateforme pétrochimique. Aucun impact de cet incendie n’a été décelé sur les dispositifs de mesures des polluants dont dispose Atmo Auvergne-Rhône-Alpes en région lyonnaise et au voisinage immédiat de la raffinerie en particulier.  

Prélèvement d'air site de surveillance de Feyzin-ZI

Toutefois, suite à cet incendie, plusieurs unités de l’activité de raffinage ont été mises à l’arrêt. Les phases de mise à l’arrêt, comme celles de redémarrage, sont susceptibles de générer des émissions ponctuelles de pollution. Ainsi, mercredi 6 octobre dans l’après-midi, les taux de dioxyde de soufre (SO2) ont augmenté à plusieurs reprises. Le phénomène s’est reproduit dans la nuit de mercredi à jeudi, pour s’amplifier dans la matinée de jeudi, avec une concentration horaire maximale de 283 microgrammes par mètre-cube (µg/m3) enregistrée à 11h sur le site de surveillance Sud lyonnais/Feyzin ZI. Cette valeur est proche du seuil d’information et de recommandations pour les personnes sensibles fixé à 300 µg/m3 (le seuil d’alerte est à 500 µg/m3). L’exploitant de la raffinerie a par conséquent été prévenu et Atmo Auvergne-Rhône-Alpes continue à suivre avec grande attention les relevés des différents analyseurs, afin d’alerter les autorités et la population en cas de dégradation de la situation et franchissement des seuils préconisés.  

Pour suivre les données en continu

 

Le dioxyde de soufre
Le dioxyde de soufre (SO2) est un polluant essentiellement industriel. Les sources principales sont les centrales thermiques, les grosses installations de combustion industrielles, l’automobile et les unités de chauffage individuel et collectif.
Les effets sur la santé :
Le dioxyde de soufre est un irritant des muqueuses, de la peau et des voies respiratoires supérieures (toux, dysphées, etc.). Il agit en synergie avec d’autres substances, les particules fines notamment. Comme tous les polluants, ses effets sont amplifiés par le tabagisme.
Le mélange acido-particulaire peut, en fonction des concentrations, provoquer des crises chez les asthmatiques, accentuer les gênes respiratoires chez les sujets sensibles et surtout altérer la fonction respiratoire chez l'enfant (baisse de capacité respiratoire, toux).
Les effets sur l’environnement :
Le dioxyde de soufre se transforme en acide sulfurique au contact de l’humidité de l’air et participe au phénomène des pluies acides. Il contribue également à la dégradation de la pierre et des matériaux de nombreux monuments.