Actualité
8 octobre 2019
Activités industrielles
Evaluation de la qualité de l’air
Nuisances (odeurs, bruits, ondes…)

Incendie à Villeurbanne : des analyses complémentaires en cours

Cabine mobile_incendie Villeurbanne_full
Partager :

Un important incendie s’est déclaré mardi 8 octobre dans un entrepôt situé dans le quartier Bel-Air de Villeurbanne (69). Cinquante-cinq sociétés ont été détruites ou fortement endommagées. Un important panache de fumées noires était visible. Le vent, en provenance du sud, a poussé les fumées vers le nord.  A la demande des services de l'Etat, Atmo-Auvergne Rhône-Alpes a complété son réseau permanent de surveillance en déployant des dispositifs spécifiques de prélèvements et d'analyses.  

Déploiement de moyens complémentaires pour effectuer des analyses

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a en effet déployé, à la demande des services de l'Etat, un dispositif en complément de l’observatoire permanent de surveillance, pour mesurer les concentrations de polluants dans l’air et dans les retombées sur le territoire susceptible d’être impacté par l’incendie. L’objectif de ces mesures est d'informer la population et de fournir des éléments de diagnostic à l'État et aux autres services intervenant dans le dispositif de crise et post-crise, chargés d’analyser l’ensemble des impacts sur la pollution, et notamment la contribution à l’exposition chronique des citoyens résidents dans les zones touchées par cet évènement.

Installée à Miribel, la remorque dotée du matériel de prélèvements et d'analyses est opérationnelle depuis le 8 octobre et permet de connaitre en temps réel les taux de dioxyde de soufre, dioxyde d'azote, ammoniac et particules PM10. Après récupération des échantillons, des analyses de composés organiques volatils, hydrocarbures aromatiques polycycliques et dioxines/furanes seront réalisées par des laboratoires.  

Des prélèvements instantanés d'air ont par ailleurs été effectués sur le parcours potentiel du panache de fumées, de Villeurbanne jusqu'à Mionnay. Ils permettront de connaitre les taux de composés organiques volatils, après analyse en laboratoire.

points_de_mesures.png

Premiers résultats

Si certains polluants nécessitent une analyse différée en laboratoire (dioxines/furanes, hydrocarbures aromatiques polycycliques, éléments traces métalliques, composés organiques volatils), après prise d’échantillon, d’autres sont mesurés par des analyseurs automatiques, ce qui permet de connaitre leur concentration en temps réel, notamment les particules, le dioxyde de soufre et le dioxyde d’azote.  

Particules

Une élévation ponctuelle des taux de particules dans l’air a été relevée le 08/10 sur plusieurs sites de l’agglomération lyonnaise, notamment en bordure du périphérique à Lyon (site Lyon Périphérique) et à Vaulx-en-Velin, entre 9h30 et 11h30. Le maxima horaire mesuré est de 205 µg/m3 en bordure du périphérique, 39 µg/m3 à Vaulx-en-Velin. Ces taux mettent en évidence un impact probable de l’incendie, sans être exceptionnels. Ainsi, la valeur horaire à 205 µg/m3 en bordure de périphérique est la plus élevée de ces 3 dernières années, 2 fois plus forte que le maxima enregistré en 2018 et sur le reste de l'année 2019.  Pour autant, cette valeur n'est pas atypique, des taux nettement supérieurs ont été relevés en 2019 sur d'autres sites de surveillance, en bordure d'autoroute notamment, indépendamment de tout évènement.

lpe.png

A 11h30, les taux de particules étaient en baisse et retrouvaient des valeurs plus habituelles. Le seuil d’information et de recommandations pour les particules, fixé à 50 µg/m3 en moyenne journalière, n’a pas été dépassé.  Sur le site complémentaire investigué à Miribel, une légère élévation des taux a été relevée à 15h30 le 8 octobre, avec une valeur horaire de 40 µg/m3. Il ne s'agit toutefois pas d'une valeur atypique. Depuis le 8/10 16h00, les taux de particules sont habituels.

Concernant d'autres polluants ayant pu être émis, à savoir le dioxyde de soufre, le dioxyde d'azote et l'ammoniac, aucune valeur atypique n'a été mesurée, les concentrations sont très faibles à faibles.

Concernant les composés organiques volatils, lres résultats issus des prélèvements effectués entre le 8/10 12h (jour de l'incendie) et le 9/10 12h ne mettent en évidence aucune valeur atypique. Les taux sont très faibles à faibles, de l'ordre de ceux mesurés en continu sur un site urbain de référence de la région (illustration ci-dessous avec quelques composés).

cov.png

 

Les autres éléments seront portés à connaissance au fur et à mesure de leur arrivée, et un rapport complet de l’intervention sera diffusé sur ce site web après réception de l’intégralité des résultats d’analyses et interprétation des données.

Pour consulter les données des sites de mesures permanents :  https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/donnees/acces-par-station

Les odeurs ressenties lors de ce genre d'incident peuvent être signalés sur la plateforme ODO : https://www.atmo-odo.fr/odoaura.

Actualité mise à jour le 11/10 à 10h30