Actualité
17 décembre 2021
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Combustion de biomasse
Episode de pollution
Transports

La circulation différenciée est-elle efficace pendant les épisodes de pollution hivernaux ?

m30-motorway-in-madrid-at-sunset-long-exposure-with-traffic-light-trails-calle-30-highway_t20_98la3a.jpg
Partager :

À chaque nouvel épisode de pollution, le préfet peut mettre en place des mesures contraignantes visant à restreindre les émissions de polluants sur son territoire et ainsi protéger la santé des personnes les plus exposées. Ce dispositif peut être mis en place si le dépassement d’un seuil règlementaire est constaté ou prévu. La prévision est réalisée par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, qui détermine le "niveau de vigilance pollution de l'air". De nombreuses mesures existent mais celles qui impactent le plus les habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes sont celles mises en place pour la circulation. Alors quelle est l’efficacité de ces mesures souvent critiquées voire peu respectées par tous ?

  

Lors des épisodes de pollution, les actions mises en place les plus connues sont la limitation de vitesse et la restriction de circulation (circulation alternée ou différenciée sur la base des certificats de qualité de l’air, ou combinaison des deux). Ces actions ont d’abord pour objectif de réduire l’exposition des riverains aux abords des grands axes routiers. En effet, la réduction de la vitesse et du nombre de véhicules en circulation sur ces axes est un des leviers les plus efficaces pour limiter l’exposition de ces personnes. En savoir plus sur la pollution à proximité d'une infrastructure routière. 

 

L’évaluation de l’efficacité des actions est complexe à réaliser sur la base de données réelles, dans la mesure où les conditions météorologiques ont un rôle déterminant dans la survenue et l’évolution des épisodes de pollution. En revanche, il est possible d’évaluer l’impact théorique des actions et de modéliser les concentrations, à la condition de connaitre le taux de respect des actions et les changements de pratiques. Par exemple, pour modéliser l’impact de la circulation différenciée des véhicules, il faut disposer des données de trafic routier en tous points du territoire. 

 
Si la circulation alternée peut compliquer le quotidien des automobilistes, elle permet toutefois une baisse sensible des émissions de polluants. Par exemple, lors de l’épisode de pollution de fin d’année 2016, lors de la mise en place d'une telle mesure à Lyon et Villeurbanne, le trafic routier avait diminué d'environ 20%, (chiffre communiqué par le service Voiries de la Métropole de Lyon) ce qui s'était traduit par une baisse des émissions de particulesPM10 de 21% et NOx de 21% soit respectivement -10% et -6% des émissions totales (tous secteurs confondus) sur le périmètre des deux communes. 

Nous vous invitions également à voir l’impact du confinement sur les Nox en 2020 (Bilan de la qualité de l’air 2020 – Page 3)  

Selon les territoires d’autres mesures existent afin de limiter les épisodes :  

  • Limitation de la vitesse ; cela permet une baisse de la consommation de carburant et une réduction des émissions de polluants de chaque voiture. En effet, les émissions de polluants à l’échappement sont dépendantes de la vitesse des véhicules. La vitesse optimale de circulation pour les émissions de polluants atmosphériques est environ de 70 km/h pour les véhicules légers et de 90 km/h pour les poids lourds. Les facteurs d’émissions tendent à augmenter lorsque la vitesse moyenne d’un véhicule décroit en dessous de 70 km/h. 
  • Limitation de certaines zones au sein des agglomérations :dans certaines villes comme Grenoble ou Lyon une alternative est de limiter l’accès à certains territoires aux véhicules les plus anciens, qui sont les plus polluants. Plus d’infos 
  • Incitation tarifaire à l’usage des transports alternatifs à la voiture (bus, tramway, vélo). 

 

Vous pouvez retrouver toutes les actions visant les différents secteurs d’activités, listées dans la rubrique pics de pollution du site de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes. 

Demander le certificat de l'air
Le certificat qualité de l'air est un document sécurisé qui permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes. Pour un envoi en France, son coût revient à 3.67 euros. Il vous sera envoyé par voie postale à l'adresse figurant sur votre certificat d'immatriculation. Pour plus d'information : https://www.certificat-air.gouv.fr/

 

Pour connaitre en temps réel les actions réellement mises en œuvre sur décisions des Préfets, il convient de consulter les sites internet des différentes préfectures (www.[département].gouv.fr) 

 

5 leviers principaux permettant de réduire les émissions de polluants atmosphériques des transports routiers :  

  1. La diminution du trafic (transports de marchandises et de personnes) 
  2. La mise en place de CDU (plateforme logistique située à l'entrée d'un centre urbain et qui mutualise la distribution des marchandises à destination du centre-ville) et le développement des transports en commun sont des moyens d’agir dans ce sens,
  3. L’amélioration de la fluidité du trafic,
  4. L’optimisation de la vitesse de circulation,
  5. L’évolution du parc roulant vers des véhicules émettant moins de polluants, notamment par la mise en place de ZFE.