Partager :

Une « Zone à Faibles Emissions » a été mise en œuvre sur le territoire de la Métropole Grenobloise début mai. Elle vise à améliorer la qualité de l’air en réservant l’accès aux véhicules utilitaires légers et poids lourds les moins polluants. Elle concerne 10 communes, avant d’être étendue à 28 communes en 2020. La réglementation, qui cible pour l’instant les véhicules de transports de marchandise de certificat de qualité de l’air CQA5 sera progressivement renforcée jusqu’en 2025.

Malgré une tendance globale à l’amélioration de la qualité de l’air ces dernières années, la situation demeure sensible, notamment pour le dioxyde d’azote, les particules fines et l’ozone. Le déploiement d’une Zone à Faibles Emissions (ZFE), en association avec d’autres actions ciblant d’autres secteurs, est un moyen de contribuer efficacement à l’amélioration de la qualité de l’air. 

Le trafic routier constitue un des leviers d’amélioration de la qualité de l’air essentiel : il est responsable plus de la moitié des émissions d’oxydes d’azote (responsables de l’exposition au dioxyde d’azote et de la formation de l’ozone) et de près de 20% des émissions de particules du territoire Métropolitain.

Un périmètre étendu

La ZFE concerne pour l’instant 10 communes et le domaine universitaire. Son périmètre sera étendu à 28 communes dès 2020. Ce périmètre très étendu est un facteur de l’efficacité de la ZFE puisqu’il permet de cibler plus des trois quarts des émissions des véhicules de marchandises du territoire de la Métropole.

La ZFE concerne les véhicules utilitaires légers et les poids lourds. Ces véhicules représentent une part notable des émissions des transports routier (1/3 des émissions de particules et 48 % des émissions d’oxydes d’azote) et sont donc une cible pertinente.

Quels sont les véhicules concernés ?

La réglementation va évoluer d’ici à 2025 en 4 étapes, avec dans un premier temps l’interdiction des véhicules de Certificat de Qualité de l’Air CQA5. A partir de 2025, seuls les véhicules à basse émissions de CQA 1 ou « vert » seront autorisés à circuler dans la zone (véhicules gaz, hybrides, électriques ou hydrogène ainsi que les véhicules essences les plus récents). Les véhicules Diesel ne seront donc plus autorisés à circuler à partir de 2025 dans la ZFE.

Un dispositif efficace d’amélioration de la qualité de l’air locale et de réduction des émissions de gaz à effet de serre

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a réalisé l’évaluation des effets de la ZFE sur la qualité de l’air. D’ici à 2026, la ZFE associée à l’évolution technologique de l’ensemble des véhicules, permettrait de réduire les émissions d’oxydes d’azote des véhicules de marchandise d’environ 70% et de diminuer l’exposition de la population au dioxyde d’azote d’environ 20%. Selon cette évaluation, en 2026, plus aucun habitant de la Métropole ne devrait être exposé à des niveaux de dioxyde d’azote dépassant le seuil réglementaire.

 

actu_zfe_figure.jpg

Outre les effets bénéfiques sur l’exposition de la population aux polluants locaux, la ZFE en assurant la transition énergétique du parc de véhicules vers des vecteurs énergétiques potentiellement renouvelables (GNV, électrique, hydrogène), aura des effets positifs sur les émissions de gaz à effet de serre (réduction de plus d’un tiers des émissions de GES des véhicules de marchandise).

Il convient de noter que si la ZFE, en jouant sur la transition énergétique du parc de véhicules, contribue efficacement à l’amélioration de la qualité de l’air, elle doit être conçue comme un des éléments d’un plan intégré ciblant conjointement une gamme de leviers (prime air bois, amélioration de la qualité du bois de chauffage, mobilité active, transports en communs, covoiturage…).

Des mesures d’accompagnement sont mises en œuvre afin d’aider les professionnels à opérer la transition énergétiques de leurs véhicules : aides financières pour l’achat et la location de véhicules à faibles émissions, développement de stations de recharge sur le territoire, développement de deux centres de distribution urbaine (CDU).

En savoir plus sur la réglementation locale et les mesures d’accompagnement : consultez le site de la Métropole grenobloise