Actualité
27 avril 2016
Air et Santé
Episode de pollution
Evaluation de la qualité de l’air

Le bilan 2015 de la qualité de l'air en Rhône-Alpes

air_bilan_qualite_full_actu.jpg
Partager :

La qualité de l’air aujourd’hui est-elle plus mauvaise qu’avant ? Oui et non semble être la meilleure réponse. Alors que la tendance est à la baisse sur une majorité de polluants depuis une dizaine d’années,  les niveaux atteints en 2015 sont eux plus élevés qu'en 2014. Ce sont les conclusions du bilan 2015 de la qualité de l’air en Rhône-Alpes présenté ce jeudi 28 Avril à la presse.

Une tendance à l’amélioration de la qualité de l’air

Sur les 10 dernières années, Air Rhône-Alpes constate une tendance globalement favorable à l’amélioration de la qualité de l’air, ou au moins stagnante selon les polluants.

Particules, Benzo(a)Pyrène, Benzène et dioxyde de souffre à la baisse

Pour les particules (PM10 et PM2, 5) la diminution des niveaux lors de ces dernières années est globalement régulière. Pour le Benzo(a)Pyrène, la baisse des concentrations depuis 10 ans est importante et, mis à part sur quelques sites particuliers, les niveaux sont faibles. Pour le benzène et le dioxyde de soufre, les niveaux sont très faibles et sans risque sur l’ensemble du territoire. La diminution sur ces dix dernières années est parmi les plus marquées.

Dioxyde d'azote et Ozone en stagnation

Pour le dioxyde d’azote, si la baisse entre 2006 et 2015 est de l’ordre de 20% en situation de fond urbain (représentatif de la pollution à laquelle personne n’échappe en agglomération), elle est seulement de 6% en bordure des voiries.

Pour l’ozone et sur les 10 dernières années, les niveaux ont stagné dans les espaces urbains et périurbains alors que dans les zones rurales, les niveaux sont en amélioration, même si cette dernière reste timide.

evolution_polluants.jpg
Tendances d'évolution des concentrations sur les 10 dernière années - Région RA

 

Mais des niveaux de polluants en forte hausse en 2015

Avec des niveaux en 2015 qui se retrouvent équivalents à ceux de 2011-12, voire même à ceux de 2006, le dioxyde d’azote et l’ozone sont les deux composés les plus problématiques : les dépassements réglementaires en proximité trafic sont constants d’une année sur l’autre en ce qui concerne le dioxyde d’azote, et pour l’ozone, le bel été 2015 a été favorable à sa formation, engendrant des dépassements réglementaires importants.

 PM10 - Nombre de jours de dépassement du seuil journalier - Rhône-Alpes
 PM10 - Nombre de jours de dépassement du seuil journalier - Rhône-Alpes

Des efforts à maintenir sur les particules

Même si les concentrations de particules (PM10 et PM2,5) en 2015 remontent par rapport à 2014, année particulière, elles restent inférieures à celles de 2013 et des années précédentes. Toutefois, des dépassements réglementaires en PM10 sont réapparus dans l’agglomération lyonnaise en proximité des grandes voies de circulation et viennent s’ajouter à ceux récurrents de la vallée de l’Arve.

 

Une grande partie des rhônalpins reste exposée à la pollution

La bordure des grands axes de circulation routière est toujours affectée par la présence de niveaux importants de dioxyde d’azote, situation sans évolution favorable ces dernières années et enjeu réglementaire fort (contentieux européen en cours). Ainsi les centre-ville des agglomérations sont systématiquement les plus exposés, avec près de 118.000 habitants subissant des dépassements de la valeur limite annuelle, dont 92.000 dans la Métropole de Lyon, un peu moins de 10.000 dans celle de Grenoble et environ 10.000 personnes, principalement dans les autres grandes agglomérations.

En Rhône-Alpes, contrairement à 2014, la proximité des grandes voiries (autoroutes, voies rapides, grands boulevards) et le centre-ville de l’agglomération lyonnaise sont exposés à de fortes concentrations journalières de particules. La vallée de l’Arve est une fois de plus exposée à des concentrations journalières importantes de particules PM10. 12.000 personnes sont touchées en 2015 (dont 7.000 à Lyon et 5.000 dans la vallée de l’Arve) par des dépassements de la valeur limite journalière contre moins de 5.000 l’année précédente.

Quant à l’ozone, les territoires touchés en 2015 sont vastes et l’on constate une forte augmentation de population exposée, avec presque 1,6 millions d’habitants affectés, contre un peu plus de 200.000 en 2014.

 

 On constate une forte augmentation de population exposée à l'Ozone, avec presque 1,6 millions d’habitants affectés en 2015 contre un peu plus de 200.000 en 2014

 

Ozone - Nombre de jours de dépassements du seuil de protection pour la santé (moy. sur 3 ans) - Rhône-Alpes
Ozone - Nombre de jours de dépassements du seuil de protection pour la santé (moy. sur 3 ans) - Rhône-Alpes

 

 

 

En Rhône-Alpes, le nombre d’épisodes de pollution reste très élevé avec 58 journées d’activation d’un dispositif d’information ou d’alerte toutes zones confondues en 2015, contre 53 en 2014 et 83 en 2013. Les particules (PM10) sont à l’origine d'une 77% des activations des épisodes de pollution.
episode_2015.png
Nombre de jours d’activation d’un dispositif préfectoral, par zones