Partager :

Différents projets de recherche sur l’impact du chauffage au bois dans les concentrations de poussières sont en cours et plus particulièrement dans la vallée de l’Arve.

Les premiers résultats dans les échantillons recueillis confirment l’importance de cette source et particulièrement en période hivernale. Les mesures sont réalisées dans le cadre du projet DECOMBIO - DEconvolution de la contribution de la COMbustion de la BIOmasse aux PM10 dans la Vallée de l'Arve.  L'objectif est d’exploiter les données des différents dispositifs de mesures afin de mesurer l’efficacité durant et a posteriori de la politique de rénovation des appareils de chauffage au bois domestiques sur la qualité de l’air dans la Vallée de l’Arve en tenant compte des conditions météorologiques. 
De nouveaux appareils de mesure optique (AE33) permettent automatiquement d’estimer très convenablement la part de la combustion de la biomasse dans les concentrations de PM10, heure par heure.

La prépondérance de la biomasse dans les particules est essentiellement liée à une mauvaise combustion (appareils anciens, bois de mauvaise qualité, etc…).
Pour remédier à cela des « fonds bois » se mettent peu à peu en place pour aider à renouveler les appareils de chauffage au bois les plus polluants chez les particuliers. Annemasse Agglo, va aussi rapidement mettre en place ce fond d’aide dans les semaines qui viennent. La communauté de commune d’Annecy se porte aussi candidate auprès de l’ADEME pour la mise en place d’un fond sur l’agglomération.

Les programmes de recherche permettront de chiffrer les gains en concentration de polluants liées au renouvellement du parc de chauffage et d'évaluer l'impact des fonds bois mis en place.