Actualité
19 mai 2020
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

Le grand boum des graminées

actu_graminees_full.jpg
Partager :

Les graminées ont déjà fait leur apparition depuis début avril, prenant le relai des pollens d'arbres (bouleau, aulne, noisetier, chêne). Cela ne surprendra pas les 20% à 30% de personnes allergiques au sein de la population, qui ont sans doute déjà ressenti les premiers désagréments causés par ces pollens. En effet, chaque printemps, le même cauchemar recommence, et les victimes du "rhume des foins" sont d’ailleurs quatre fois plus nombreuses qu'il y a trente ans. Atmo Auvergne-Rhône-Alpes participe activement à la surveillance de cette pollution biologique de l’air en effectuant des relevés et des comptages de pollens sur plusieurs sites de la région, et à la prévision par modèle numérique pour l'ambroisie.

Voici quatre questions/réponses pour mieux connaître et comprendre les pollens et leurs effets... 

 

  1. 2020 est-elle une année particulière pour les graminées ?

Il est encore tôt dans la saison de pollinisation des graminées, elle se prolonge jusqu'à mi-août environ. Cependant, la saison a démarré fort, notamment à l'ouest de la région, à la faveur de températures presque estivales durant plusieurs journées en avril et durant la première décade de mai. Puis des journées pluvieuses et fraiches ont ralenti la progression de la pollinisation. A compter de mi-mai, le soleil sera à nouveau généreux durant plusieurs jours consécutifs, on peut  s'attendre à une hausse du nombre de pollens dans l'air, induisant un risque allergique élevé à très élevé dans notre région pour la semaine en cours selon le RNSA (4 à 5 selon les territoires sur une échelle de 1 à 5). Par la suite, tout dépendra des conditions météorologiques, l'alternance "soleil et pluie" étant le cocktail idéal pour le développement des plants de graminées...

A noter : à partir d'environ 60 grains de pollens par m3, le risque allergique s'établit à 3 (ressenti de premiers symptômes incommodants), et au delà de 300 grains de pollens par m3 environ, ce risque est à 5.

Actu_graph_graminees_ggu

 

2. Quel est le calendrier pollinique en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Les organismes chargés en France de surveiller les pollens sur l’ensemble du pays (RNSA, AASQA dont Atmo Aurvergne-Rhône-Alpes, APSF), estiment qu’en Auvergne-Rhône-Alpes, les pollens d’ambroisie, de bouleau et de graminées sont ceux qui présentent le risque allergique le plus fort.

La gravité du phénomène dépend de différents paramètres comme la phénologie de la plante (période de la saison pollinique), mais aussi les conditions météorologiques, qui déterminent la dispersion des pollens.

Actuellement c’est la saison des graminées (chiendent, dactyle, céréales...), dont le temps fort se situe entre mai et juillet.

Retrouvez le calendrier pollinique d’Auvergne-Rhône-Alpes :

calendrier pollinique 2019.jpg

 

3. La pollution atmosphérique amplifie-t-elle les allergies aux pollens ?

La pollution joue un rôle important. D'une part, elle modifie la structure du pollen : en entrant au contact d’un polluant chimique, la paroi du grain de pollen se déforme et libère plus d'allergènes, qui vont pénètrer dans le système respiratoire. D’autre part, elle fragilise l’individu. L’ozone et le dioxyde d’azote augmentent par exemple l’hyper réactivité bronchique en favorisant la production d’anticorps, activateurs de l’allergie. Les particules en suspension modifient également le seuil de sensibilité aux allergènes.

En savoir pus sur l'exposition de la population générale aux pollens de l’air ambiant et les interactions entre pollens et polluants : l'avis de l'ANSES

 

4. Comment se protéger des allergies ?

Mieux on est informé, plus on peut anticiper les pics de pollen : vous  pouvez consulter   la carte hebdomadaire du risque allergique d’exposition aux pollens sur le site d'Atmo Auvergne-Rône-Alpes ou vous abonner au bulletin pour recevoir la prévision hebdomadaire de l’indice pollinique.

En cette période propice aux allergies, soyez encore plus attentif à ces recommandations, notamment en cas de pics de pollution atmosphérique. N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé (médecin généraliste, allergologue…) en cas d’aggravation des symptômes !

13_infographie_exposition_p13_pollens_pour_site.jpg