Actualité
26 janvier 2020
Air et Santé
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Episode de pollution

L'épisode de pollution perdure pour quelques bassins d'air de la région

actu_hivernal_brume_full.png
Partager :

L’anticyclone a laissé sa place à des conditions météorologiques plus perturbées, propices à une dispersion des particules fines. Malgré tout, des taux de particules fines persistent au-dessus des seuils pour certains territoires. Faisons le point sur l'épisode en cours.

Episode en cours 

Mercredi 22 janvier : les concentrations de particules ont nettement progressé sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, franchissant les seuils d'information sur de nombreux secteurs, le sud de l'Auvergne et les zones d'altitude restent épargnés.

Jeudi 23 janvier : le seuil d'information et de recommandations pour les particules PM10 a été franchi sur une large partie du territoire régional, en lien avec la présence d'inversions de températures marquées à très faible altitude, piégeant la pollution sous un ""couvercle"" virtuel. Le seuil d'alerte réglementaire a même été dépassé sur le bassin lyonnais Nord Isère et en Vallée du Rhône. Le centre de la région est particulièrement impacté et des apports de particules sahariennes semblent amplifier le phénomène global dans notre région. 

Vendredi 24 janvier : avec des conditions météorologiques favorables à l'accumulation des polluants émis dans les basses couches, les concentrations de particules fines sont restées élevées. Des vigilances sont donc maintenues ou activées sur 16 des 21 bassins d'air d'Auvergne Rhône-Alpes, avec notamment l'Ouest de l'Ain, l'Allier, la Vallée du Rhône, le bassin grenoblois, le bassin lyonnais Nord Isère, les contreforts du Massif Central, le bassin stéphanois et la Vallée de l'Arve en vigilance rouge pour les prochaines 24 heures.

Samedi 25 janvier : les conditions météorologiques ont évoluée doucement. Une amélioration s'est amorcée par l'ouest de la région qui a bénéficié de conditions un peu plus favorables à la dispersion des polluants et à une diminution progressive des concentrations en particules fines. En revanche, sur le centre et l’Est de la région, les inversions thermiques sont restées en place et ont piégé les polluants émis au sol. Huits bassins d'air demeurent placés en vigilance rouge, et cinq autres en vigilance jaune ou orange durant les 24 prochaines heures.

Dimanche 26 janvier : pluie et vents favorisent la baisse des niveaux de concentrations de particules dans l’atmosphère. Seul l'Est de la région est susceptible de conserver des concentrations élevées. Les niveaux de vigilance ont ainsi été levés sur une majorité de zones excepté sur le bassin grenoblois, la vallée de l’Arve et la zone urbaine de Pays de Savoie où la baisse des concentrations n’est qu’amorcée. 

Lundi 27 et mardi 28 janvier : le changement de masse d'air s'amplifie avec l'arrivée d'un vent de Sud sensible sur une large partie du territoire puis le passage d’une perturbation active avec de fortes pluies. Les dernières zones concernées par l'épisode devraient voir leur situation s'améliorer. La qualité de l'air devrait retrouver un niveau satisfaisant sur la quasi-totalité de la région.  

En vous abonnant aux bulletins d'informations par mail, vous serez les premiers informés en cas de dégradation de la situation. Il vous suffit de renseigner votre adresse, choisir le bulletin de vigilance pollution et définir une zone géographique.

Prochain bulletin demain à 13h30 

Abonnement aux bulletins de vigilance

 

 
 

Evolution de la situation 

Suivez l’épisode en cours territoire par territoire 

 

Les transports routiers ne sont pas les seuls émetteurs de pollution, des actions doivent porter sur tous les secteurs d'activités

Comme mentionné dans un de nos précédents articles sur l'épisode en cours il est également recommandé d'arrêter ou quand c'est possible de réduire l'utitlisation de certains foyers ouverts ou appareils de combustion de biomasse non performants.

Les industriels sont dans l'obligation de prendre des dispositions pour réduire les rejets atmosphériques (reporter les opérations émettrices de COV, de particules, d’oxydes d’azote, de poussières). 

En savoir plus sur les mesures à respecter en cas d'épisode de pollution : DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

bons_gestes.png
 

 

peripherique_lyon_actu_dispositif_prefectoral_teaser.jpg

ISERE, HAUTE-SAVOIE, SAVOIE :  les Préfets de ces départements ont également activé des alertes de niveau 1 ou 2 sur tout ou partie des départements, ce qui a entraine la mise en oeuvre de mesures d'urgence en certaines parties du territoire  comme la limitation de vitesse, la réduction des émissions des établissements industriels ou encore la restriction de circulation.

Pour connaître les mesures en détails : préfecture de l'Isèrepréfecture de la Haute-Savoie

 

Je me protège

enjeu_sanitaire_societal.png

 

Voici les gestes à adopter en cas d’épisode de pollution : Episode de pollution de l'air aux particules : les gestes à adopter

Pour en savoir plus sur les effets  des épisodes de pollutions : « Effets sur la santé »  

 

J'agis pour réduire mes émissions de polluants

Deux leviers principaux pour réduire la pollution : le chauffage au bois et les transports routiers.

Le chauffage au bois et les transports sont deux sources principales de pollution en Auvergne-Rhône-Alpes. En moyenne sur l’année ils contribuent généralement pour moitié aux épisodes de pollution hivernaux. C’est donc sur ces deux secteurs qu’il faut agir pour retrouver un air de bonne qualité.

Comment limiter les émissions du chauffage au bois ?
Les bonnes pratiques ne manquent pas pour concilier qualité de l’air et chauffage au bois :

  • Limiter l’utilisation du chauffage d’appoint et/ou peu performant comme les foyers ouverts

  • Utiliser un combustible de qualité et sec

  • Ne pas trop chauffer, 20°C suffit !

Pour en savoir plus : "Chauffage au bois et qualité de l'air"

transports.png

Les transports routiers : une source de pollution majeure en centre-ville des agglomérations et aux abords des grands axes routiers.

Le secteur des transports demeure le principal émetteur de NOx en Auvergne-Rhône-Alpes (environ 55 %), dont la quasi-totalité des émissions sont imputables aux véhicules Diesel. Il contribue également mais dans une moindre mesure aux émissions de particules (de l’ordre de 20 %). En épisode, il constitue une source de pollution locale importante et a une incidence directe sur la santé des populations riveraines des grands axes routiers ou habitant en centre-ville des agglomérations.

 Pour en savoir plus : Transport et mobilité

 

Je reste informé(e)

application_air.png

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution :