Actualité
28 août 2020
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Evaluation de la qualité de l’air

Les auverhônalpins préoccupés par la qualité de l’air qu’ils respirent et prêts à agir pour l’améliorer.

adobestock_273268419.jpeg
Partager :

La crise sanitaire et économique que nous traversons depuis mars a profondément accéléré la prise de conscience de l’opinion publique sur les imbrications entre notre santé et la dégradation de notre environnement. Avant le confinement, la pollution de l’air constituait déjà une préoccupation environnementale forte pour les français, que la pandémie actuelle accentue.

Au cours du dernier trimestre 2019, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a effectué avec l'institut BVA une enquête d’opinion auprès des habitants de la Région. Ce sondage, réalisé avec le soutien financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a permis de mettre à jour les perceptions et attentes du grand public en matière de qualité de l’air. En Auvergne-Rhône-Alpes, 8 habitants sur 10 se disent inquiets de la qualité de l’air qu’ils respirent. Une inquiétude qui progresse de 5 points par rapport à la précédente étude réalisée en 2013. Pour autant, 64% des auverhônalpins sont convaincus que leurs actions individuelles peuvent changer la donne. Des résultats qui vont dans le sens d'une aspiration forte des français à la transition écologique récemment exprimée dans les urnes et portée par les propositions de la convention citoyenne sur le climat. Mobilité, chauffage, consommation, pratiques de jardinage...  il est urgent d’inclure pleinement les enjeux de qualité de l’air dans les politiques locales et territoriales pour accompagner ces changements.

Les habitants ont-ils raison de s’inquiéter ? Une perception sur la qualité de leur air ambiguë.  

57 % d’entre eux estiment que la qualité de l’air de leur région est bonne comparativement au reste du pays. Mais ils sont tout aussi nombreux (58 %) à estimer que la qualité de l‘air s’est dégradée au cours des 10 dernières années. 

Cette perception reflète une prise de conscience aigüe de la situation mais aussi un niveau accru d’exigence. La qualité de l’air s’améliore effectivement depuis 10 ans sur les paramètres réglementés, preuve que la combinaison des efforts individuels et des politiques publiques porte ses fruits. Si le territoire régional respecte depuis trois années consécutives les seuils fixés par la réglementation pour les particules inhalables (PM10), 21 000 habitants ont encore été exposés à des valeurs supérieures à la réglementation en dioxyde d’azote (NO2) et 40 % du territoire est en difficulté l’été sur les niveaux d’ozone en 2019 (valeur cible). 

Respecter les seuils réglementaires est une étape importante, les différentes condamnations reçues par la France, de l’Union Européenne en octobre 2019 et en juillet 2020 ou de la part du Conseil d’Etat en 2017 puis juillet 2020 sont là pour nous le rappeler. Mais il ne faut pas oublier la visée à long terme qui est le respect des normes sanitaires de l’OMS notamment pour les particules traversant la barrière respiratoire pour être véhiculées par le sang (PM2,5 notamment) et anticiper les pollutions émergentes (non encore réglementées).

Alors la bataille pour l’air aura été remportée. Une bonne transversalité des actions réalisées dans le cadre de la transition écologique, notamment sur le plan de relance est nécessaire pour agir utilement pour la qualité de l’air. 

Des auverhônalpins prêts à modifier leurs pratiques : quels sont les leviers pour l’action publique au niveau local et territorial ? 

L’heure n’est plus au débat mais à l’action. Le sondage récent, réalisé avant même la crise sanitaire, montre que 64 % des auverhônalpins sont convaincus que leur comportement individuel peut avoir un impact local sur la qualité de l’air. Et plus de 8 habitants sur 10 sont prêts à modifier leurs habitudes et leurs comportements pour améliorer la qualité de l’air. Cette volonté est encore plus marquée chez les jeunes (15-17 ans) et chez les personnes estimant que la qualité de l’air se dégrade.  

Mobilité, chauffage, modes de consommation, pratiques de jardinage, gestion des déchets… les habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes agissent déjà pour un air meilleur. Mais le sondage Atmo/BVA révèle qu’une partie de la population n’a pas encore franchi le pas. Ce désir de changement varie selon les pratiques mais aussi l’âge ou les lieux de vie. L’action publique a un rôle majeur à jouer pour donner de l’élan à ce désir de changement et pérenniser l’évolution des comportements. 

Aller plus loin sur le sujet :

 
 
 
A propos du sondage Atmo-BVA 
- Cette enquête régionale a été financée en intégralité par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a été conduite par l’Institut BVA.
- L’enquête a été réalisée par Internet du 20 au 27 novembre 2019 sur un échantillon de 700 personnes âgées de 15 ans et plus, représentatif des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 
- La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, CSP de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, département et catégorie d’agglomération. 
- Les évolutions mentionnées font référence à l’enquête menée en 2013, qui couvrait uniquement la région Rhône-Alpes, élargie depuis 2016 à la région Auvergne-Rhône-Alpes.