Actualité
25 mai 2020
Air et Santé
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

L’OPECST auditionne des experts sur les liens entre pollution de l’air et Covid-19.

actu_hivernal_filtreparticule_twitter.png
Partager :

L’Office Parlementaire des Choix Scientifiques et Techniques (OPECST) vient de publier une note faisant la synthèse des connaissances actuelles sur les interactions entre pollution de l’air et Coronavirus.  L’objectif de cette synthèse était de savoir si la qualité de l’air pouvait avoir un impact sur l’épidémie. Cette note a été rédigée par Jean-Luc Fugit, Président du Conseil National de l’Air et Député du Rhône. La fédération Atmo France et plusieurs directeurs d’observatoires régionaux de qualité de l’air, dont Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, ont été auditionnés.  

 

Des auditions réalisées avec différents experts et organismes

Il ressort que l’hypothèse d’un transport du virus dans l’air par les particules fines n’est aujourd’hui pas démontrée. Si la pollution de l’air a indéniablement un impact sur la santé globale, son effet sur la mortalité par Covid-19 est encore peu documenté. Certaines études mettent toutefois en évidence que les régions connaissant des niveaux plus élevés de particules fines ou de dioxyde d’azote pourraient connaître un taux de mortalité dû au Covid-19 plus élevé que la moyenne. Ces travaux, non encore validés par la communauté scientifique, méritent un approfondissement avant de pouvoir en tirer de véritables enseignements. 

 

Si la pollution de l’air ne semble pas jouer massivement sur la transmission du virus, elle peut être considérée comme un co-facteur du risque de mortalité par Covid-19 des personnes infectées selon Santé Publique France. En effet, d’une manière générale, l’exposition à une pollution atmosphérique forte favorise le développement de maladies chroniques et diminue la réponse immunitaire de l’organisme face à des infections. C’est pourquoi, lors de son audition, Santé Publique France a rappelé que la reprise des activités ne doit pas se faire au détriment de la qualité de l’air, déterminant majeur de la santé. Une attention particulière de la part des pouvoirs publics, est nécessaire afin de maîtriser les émissions liées à la reprise et d’éviter l’impact sur la santé, en particulier pour les personnes les plus vulnérables.

Poursuivre la recherche sur l'exitence d'une corrélation entre pollution et Covid-19

Au regard de ces premières conclusions, l’OPECST recommande de poursuivre les travaux de recherche sur le sujet afin de mieux cerner l'impact des polluants atmosphériques en situation de crise sanitaire en vue d’ajuster l'arsenal des réponses à la crise. Un rapport plus complet pourrait être rendu publique d’ici la fin de l’année.

Dans cette optique, Santé Publique France s’appuiera sur les partenaires du programme de surveillance Air et Santé (Psas) - dont font partie les observatoires de qualité de l’air - pour poursuivre les recherches dans les prochains mois. Les travaux porteront sur deux axes : estimer les impacts à court terme et long terme des baisses de pollution atmosphérique ambiante occasionnés par les mesures prises pour limiter la propagation du virus ; étudier le lien entre l’exposition à long terme aux particules fines et le risque de décès et d’hospitalisation pour Covid-19.  

 

Plus de détails et d'informations :