Partager :

Le projet d’aménagement « Cœurs de ville, Cœurs de Métropole » initié par la Métropole de Grenoble vise notamment à « rendre les centres-villes de l’agglomération plus accessibles, plus agréables à vivre, avec des déplacements apaisés ».
Ce projet a conduit à la mise en place d’un nouveau plan de circulation dans le centre-ville de Grenoble à partir d’avril 2017. Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a réalisé une étude de grande envergure de 2016 à 2018 afin d’en évaluer les effets sur la qualité de l’air. Point sur les principaux enseignements.

Contexte, objectif et méthodologie de l’étude

Le projet d’aménagement urbain « Cœurs de ville, Cœurs de Métropole » (CVCM), se traduit notamment dans le centre-ville de Grenoble par la création d'une zone à trafic limité, le développement d'un axe « Chronovélo » et l’extension du plateau piéton. Ces aménagements ont conduit à la mise en place d’un nouveau plan de circulation à partir d’avril 2017.
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a réalisé une étude de grande envergure visant à en évaluer les effets sur la qualité de l’air. Deux approches complémentaires ont été utilisées : des campagnes de mesures « Avant/Après » conduites en 2016 puis 2018 et des modélisations numériques des scénarios « Sans CVCM » et « Avec CVCM ».
Cette étude cible essentiellement le dioxyde d’azote (NO2) car ce polluant gazeux, outre les enjeux sanitaires et règlementaires qu’il représente,  est essentiellement lié au trafic routier et constitue donc un « traceur » pertinent des impacts de la pollution dont il est à l’origine.

Principaux résultats

Les analyses réalisées permettent d’aboutir à une conclusion en deux points :

  • La mise en place du nouveau plan de circulation n’aurait pas d’effet global sur l’exposition au NO2 des habitants de l’agglomération grenobloise. En effet, en condition « Avec CVCM », la distribution globale de l’exposition des habitants de la Métropole serait pratiquement identique à celle de la condition « Sans CVCM » conduisant à des valeurs d’indicateurs globaux d’exposition identiques eux aussi.
  • En revanche, la mise en place du nouveau plan de circulation lié à CVCM entrainerait des effets locaux, positifs et négatifs, sur l’exposition au NO2 à proximité de certains axes du centre-ville.
    Ces effets locaux concerneraient environ 11 700 habitants, comptant parmi les habitants les plus exposés au NO2 de la Métropole.
    Parmi ces habitants dont l’exposition est affectée par la mise en place du nouveau plan de circulation :6 400 habitants bénéficieraient d’une réduction de leur exposition (notamment en bordure de l’axe Rey-Sambat-Lyautey). En revanche, 5 300 habitants subiraient une augmentation de leur exposition (notamment en bordure du cours Gambetta ou de la rue Lesdiguières). Pour chacun de ces deux groupes, les variations d’exposition des habitants seraient d’amplitude modérée.

 

La mise en place du nouveau plan de circulation n’aurait pas d’effet global sur l’exposition des habitants de l’agglomération grenobloise, en revanche, elle entrainerait des effets locaux, positifs et négatifs, à proximité de certains axes du centre-ville.

Eléments de discussion et perspectives

L’évaluation des effets du nouveau plan de circulation lié à « Cœurs de ville, cœur de Métropole » repose sur une analyse de la situation en 2018, soit l’année suivant sa mise en place. Elle met donc en évidence les conséquences « à court terme » et ne considère pas les possibles adaptations des pratiques de mobilité sur le long terme.
Dans un contexte de possibles reconfigurations des trafics dans l’agglomération (en lien avec différents projets d’aménagements dont CVCM), il y a un enjeu à assurer un suivi des nuisances associées au trafic et notamment de la pollution de l’air, en complément de la surveillance permanente.

resultats_extrait_cvcm.jpg

Evaluation de la concentration annuelle moyenne de dioxyde d’azote (NO2) dans la situation « Sans CVCM » et « Avec CVCM » basée sur les approches combinées de la modélisation et de la mesure. En haut : cartes de la concentration modélisée et des valeurs enregistrées au niveau des sites de mesure pour les conditions « Sans CVCM » et « Avec CVCM » ; en bas : écart de concentrations entre les conditions « Avec CVCM » et « Sans CVCM » (la couleur verte indique une diminution de la concentration entre « Sans CVCM » et « Avec CVCM », la couleur rouge indique une augmentation).

graphe2_cvcm.jpg

Synthèse récapitulative des valeurs d’exposition moyenne de quatre groupes d’habitants de la Métropole dans les conditions « Sans CVCM » et « Avec CVCM »