Partager :

Depuis mardi 9 novembre, les taux de particules PM10 et PM2,5 sont élevés dans notre région.  

En cette période froide, ces particules sont émises en majorité par le chauffage, notamment les systèmes non performants alimentés en bois.  Le trafic routier est également contributeur, ainsi que certaines activités économiques, mais en moindre proportion. Toujours est-il que l'ensemble des polluants, toutes origines confondues, s'accumulent  en raison de conditions météorologiques anticycloniques très stables.  

La qualité de l'air devrait rester mauvaise sur une large partie du territoire jusqu'au samedi 13 novembre inclus. Il est important de suivre quotidiennement les recommandations sanitaires et comportementales diffusées par les autorités. 

 

Episode en cours  

Jeudi 11 novembre 2021 : avec des conditions météorologiques stables et des températures froides impactant les émissions dues au chauffage, les concentrations de particules fines ont augmenté dans la région.  Une vigilance orange dans la Vallée de l’Arve et jaune dans le Bassin Lyonnais/Nord Isère ont ainsi été activées en raison d'un risque de dépassement du seuil d'information et de recommandation pour les particules PM10. Le seuil a été approché mais pas dépassé.

Vendredi 12  novembre 2021 : assez peu d’évolution, les conditions météorologiques très peu dispersives se maintiennent et les niveaux de particules resteront élevés, notamment les particules PM2,5, pour lesquelles il n'existe pas à ce jour de dispositif d'information et d'alerte, et qui sont très présentes sur une grande partie de la région Auvergne-Rhône-Alpes en ce moment. Des indices de la qualité de l’air dégradés à mauvais sont attendus autour des zones urbanisées et des grands axes routiers.

Samedi 13 novembre : l’inversion de température, qui favorise l’accumulation des polluants, devrait se lever en milieu de journée et  la situation pourrait s’améliorer un peu, le seuil d'information pour les particules PM10 ne devrait pas être franchi.

Dimanche 14 novembre : le changement de masse d’air sera favorable à la dispersion des polluant. Une nette amélioration de la qualité de l'air est donc probable. Dans les vallées alpines toutefois, les taux de particules PM2,5 notamment, bien qu'en baisse comme dans le reste du territoire, pourraient rester encore assez élevés, le vent au sol étant moins présent.

En vous abonnant aux bulletins d'informations par mail, vous serez les premiers informés en cas de dégradation de la situation. Il vous suffit de renseigner votre adresse, choisir le bulletin souhaité et définir une zone géographique. C'est évidemment gratuit. 

 

Carte d'évolution de la pollution du 9 au 14 novembre 

Je me protège 

enjeu_sanitaire_societal.png

Voici les gestes à adopter en cas d’épisode de pollution :

Pour en savoir plus sur les effets des épisodes de pollutions : « Effets sur la santé »  

 

J'agis pour réduire mes émissions de polluants 

Deux leviers principaux pour réduire la pollution : le chauffage au bois et les transports routiers. 

Le chauffage au bois et les transports sont deux sources principales de pollution en Auvergne-Rhône-Alpes. En moyenne sur l’année ils contribuent généralement pour moitié aux épisodes de pollution hivernaux. C’est donc sur ces deux secteurs qu’il faut agir pour retrouver un air de bonne qualité. 

enjeu3_chauffage_bois.png

Comment limiter les émissions du chauffage au bois ? 
Les bonnes pratiques ne manquent pas pour concilier qualité de l’air et chauffage au bois : 

  • Limiter l’utilisation du chauffage d’appoint et/ou peu performant comme les foyers ouverts 

  • Utiliser un combustible de qualité et sec 

  • Ne pas trop chauffer, 20°C suffit ! 

Pour en savoir plus : "Chauffage au bois et qualité de l'air" 

 

transports.png

Les transports routiers : une source de pollution majeure en centre-ville des agglomérations et aux abords des grands axes routiers. 

Le secteur des transports demeure le principal émetteur de NOx en Auvergne-Rhône-Alpes (environ 55 %), dont la quasi-totalité des émissions sont imputables aux véhicules Diesel. Il contribue également mais dans une moindre mesure aux émissions de particules (de l’ordre de 20 %). En épisode, il constitue une source de pollution locale importante et a une incidence directe sur la santé des populations riveraines des grands axes routiers ou habitant en centre-ville des agglomérations. 

Pour en savoir plus : Transport et mobilité 

Période propice aux épisodes de pollution : vous êtes vous procuré la vignette crit'air ?  

Le certificat qualité de l’air est un document sécurisé qui permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes.  
Il est obligatoire 
- pour circuler lorsque le préfet instaure la circulation différenciée lors de certains épisodes de pollution 
- ou pour certains types de véhcules (véhicules utilitaires légers et poids lourds) pour circuler dans les zones à circulation restreinte instaurées par certaines collectivités (par exemple : Lyon et Grenoble) 

Si vous devez vous procurer une vignette crit'air la démarche s'effectue en ligne. La vignette coûte 3,62 euros et est expédiée par voie postale à l'adresse figurant sur le certificat d'immatriculation, sous 10 jours.  

 

Je reste informé(e) 

application_air.png

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution :  

Pour connaitre les recommandations et éventuelles restrictions d'activité mises en place par les Préfets de département, consulter le site web des préfectures.

Pour l'épisode de particules PM10 en cours, qui concerne la bassin lyonnais nord-Isère et la vallée de l'Arve :