Actualité
1 juillet 2019
Air et Santé
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Episode de pollution

Pollution à l'ozone : la situation s'améliore progressivement

actu_paysage_ozone-full.jpg
Partager :

La chaleur reste de mise, mais la situation s'ameliore progressivement. Comment apparaît l'ozone ? Quelles zones sont concernées  et quelles sont les évolutions attendues ? Que faire pour se protéger ? On fait le point. 

 

Episode de pollution actuel 

Evolution de l'épisode :

Lundi 1er juillet, même si la canicule est toujours présente sur une grande partie est de la Région, la situation s'améliore. Des conditions plus ventées et des orages plus ou moins précoces dans l'après midi devraient limiter la hausse des concentrations en ozone. Seuls les bassins lyonnais et grenoblois pourraient atteindre un indice mauvais, dans le reste de la région la qualité de l'air sera moyenne à médiocre.

Mardi 2 et mercredi 3, la situation devrait suivre la même tendance avec une baisse généralisée des concentrations, avant peut être un petit sursaut dans la suite de la semaine.

Lundi 24 juin, la qualité de l’air était moyenne à médiocre sur la région. Elle était bonne uniquement sur la zone de St Jean de Maurienne

Mardi 25 juin, les conditions caniculaires étaient favorables à une forte hausse des teneurs en ozone. Par conséquent, la qualité de l’air était médiocre, voire mauvaise sur la région.

Mercredi 26 juin, les conditions de températures et d’ensoleillement étaient propices à de fortes teneurs en ozone. Par conséquent, la qualité de l’air était médiocre à mauvaise sur la région. Plusieurs zones ont enregistré des dépassements de seuils réglementaires pour l'ozone. Les concentrations de particules étaient également en hausse sur les Alpes. 

Jeudi 27 juin, journée la plus chaude, la qualité de l’air était médiocre à mauvaise. Plusieurs zones de la région ont enregistré des dépassements des seuils régelemntaires pour l'ozone ainsi que pour les particules (sahariennes) dont le pic de concentrations a été observé ce jour. Les niveaux enregistrés sur plusieurs stations de mesures d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes étaient exceptionnels. En effet, plus d’une quinzaine de stations ont enregistré des valeurs horaires maximales comprises entre 200 et 300 µg/m3

Vendredi 28 juin, le vent de Nord sensible en vallée du Rhône a permis une baisse temporaire des concentrations au nord de la région. Cependant, une large partie Sud et Est ainsi que l'Allier sont restés soumis à des niveaux qualifiés de mauvais à très mauvais. Sur le reste de la région, la formation d'ozone s'est avérée limitée, la qualité de l'air a été moyenne à médiocre. Sur le Cantal en particulier, la présence de particules sahariennes a entraîné un fort taux de particules fines, le seuil d'information ayant été dépassé.

Samedi 29 juin, le temps toujours aussi caniculaire et un léger vent du sud ont à nouveau été favorables à des concentrations d'ozone importantes sur le centre de la région ainsi que le bassin grenoblois et le bassin lémanique. La qualité de l'air y a été mauvaise. Sur le reste de la région, les niveaux sont restés plus bas allant de moyen à médiocre.

Dimanche 30 juin, avec des émissions moins importantes et à la faveur de développements orageux plus forts que prévus, les niveaux d'ozone ont été moins élevés. La qualité de l'air a été moyenne à médiocre.

Qu’est-ce que la pollution à l’ozone ?  
 

la_pollution_a_lozone_expliquee_par_atmo_grand_est_-_youtube_-_google_chrome.jpg

                                                                                                                 La pollution à l'ozone expliquée en 1mn par ATMO Grand Est

Les actions mises en place

Actions liées à la circulation différentiée :

Crit'air et véhicules

RHONE :  depuis le  mercredi 26 juin,  le Préfet du Rhône a activé le niveau 2 d'alerte. Seuls les véhicules disposant des vignettes crit’air 0, 1 et 2 peuvent circuler dans les communes de Lyon et Villeurbanne. 
Pour connaître les mesures en détails  : Site de la préfecture du Rhône ou contactez le numéro vert d’informations 0 800 970 169.

ISERE : depuis le jeudi 27 juin, le Préfet de l'Isère a activé le niveau 2 d'alerte sur le bassin grenoblois et le bassin lyonnais Nord-Isère, ce qui a notamment entrainé la mise en place de la circulation différenciée, puisque seuls les véhicules disposant de vignettes crit'air 0,1,2,3 peuvent actuellement circuler dans le périmètre de la métropole grenobloise.  A partir du samedi 29 juin, cette restriction a été etendue à certaines communes vers Vienne et entre St-Quentin-Fallavier et Bourgoin-Jailleu. Pour connaître les autres mesures de restriction en détails, rendez-vous sur le  Site de la préfecture de l'Isère ou contactez le numéro vert d’informations 0 800 000 638. 

ANNECY : depuis le mercredi  26 juin matin, la ville d'Annecy a mis en place la circulation différenciée en centre ville (intérieur de la rocade). Seuls les véhicules disposant des vignettes crit’air 0, 1, 2 et 3 pourront circuler dans la zone de circulation différenciée. Pour connaître les mesures en détails  rendez-vous sur le site de la ville d'Annecy.

Retrouvez ici la Classification des véhicules.

Qu'en est-il des autres mesures de réduction des émissions ?

Les actions peuvent légèrement différer d'un département à un autre, voire entre zones particulières mais d'une manière générale, les mesures de restriction des émissions polluantes liées aux niveaux d'alerte s'appliquent également aux autres secteurs que le trafic routier, à savoir les secteurs industriel, résidentiel et peuvent aussi toucher l'organisation de manifestations ponctuelles, comme les feux d'artifices, les feux de St-Jean, les compétitions ou rassemblements automobiles.

Résidentiel : les éventuelles dérogations d'écobuages sont suspendues et toute source de combustion est interdite, comme l'utilisation d'engins thermiques pour des travaux d'entretien (espaces verts en particulier), les groupes électrogènes et les barbecues (les déclinaisons électriques de ces matériels sont autorisés). Les travaux de nettoyage et d'entretien avec des produits à base de solvants sont aussi à reporter.

Industries et entreprises : sont interdites toutes les opérations utilisant des chaudières biomasse, les opérations de maintenance ou de chantier émettrices de COV, NOx ou particules et pouvant être différées. Certaines industries importantes ont des prescriptions particulières pour réduire leurs opérations et même directement leur activité, les plus polluantes pouvant même être arrêtées. Le secteur du BTP doit mettre en place des actions de réduction de poussières et limiter l'utilisation d'engins et de matériels thermiques.

 

4_infographie_exposition_p4_episode_pour_site.jpg

 

Actions d'accompagnements des collectivités

De nombreuses collectivités mettent en place des mesures visant à faciliter les déplacements alternatifs à la voiture individuelle, avec notamment des tarifications réduites sur les transports publics, le vélo, le stationnement résidentiel,...

C'est le cas notamment dans les agglomérations de Lyon, de Grenoble et d'Annecy.

N'hésitez pas à consulter votre mairie ou agglomération pour connaitre le détail de ces mesures.

Quels effets sur la qualité de l'air peut-on attendre des mesures de restriction visant les transports routiers ?

Le trafic routier est le principal émetteur d'oxydes d'azote, polluants précurseurs de l'ozone (par exemple sur Lyon, 60% des émissions d’oxydes d’azote proviennent des transports routiers).

La limitation de  la vitesse engendrera donc une baisse de la consommation de carburant et la réduction des émissions d'oxydes d'azote (Nox), qui sont des précurseurs de l'ozone. D’autre part, elle devrait permettre de fluidifier le trafic, d’homogénéiser la vitesse de tous les véhicules, et favoriser une meilleure utilisation de toutes les voies. Enfin, cela permet de limiter l'exposition des personnes qui résident en bordure des voiries aux oxydes d'azote, ces composés ayant eux-mêmes un impact sanitaire avéré.

Pour plus d'informations : Transport et mobilité 

Comment se protéger ?

Voici les gestes à adopter en cas d’épisode de pollution : 

pollution_ozone_.jpg

Pollution à l'ozone, canicule et pollens ne font pas bon ménage. Les effets sur la santé des uns et des autres ont tendance à se combiner. Ainsi, la pollution à l'ozone constitue un facteur aggravant des allergies aux pollens et les risques sanitaires de la pollution de l'air sont augmentés lorsqu'elle est associée à de fortes températures.
Pour plus d'info  : consulter le  risque allergique d'exposition aux pollens 

Pour en savoir plus sur les effets de l’ozone sur la santé et l’environnement : « Pollution à l’ozone »  

 

Comment réduire ses émissions de polluants ?

La lutte contre la pollution par l'ozone représente un enjeu majeur dans le domaine de la qualité de l'air, compte tenu de l'impact de cette pollution sur la santé humaine et sur l'environnement. L’équilibre entre les émissions d’oxydes d’azote et de composés organiques volatils détermine les teneurs d’ozone dans l’air. Seules des actions combinées de réduction des émissions de précurseurs peuvent donc permettre de diminuer les niveaux d’ozone dans l’atmosphère.  

bonsgestes_v3.pdf_-_adobe_acrobat_pro_dc.jpg

A court terme :    

  • Je n’utilise pas de produits chimiques comme les solvants ou les peintures, 
  • Je privilégie les transports en commun, le covoiturage et/ou les transports doux, 
  • Je respecte les limitations de vitesse, 
  • Je reporte tout déplacement inutile nécessitant l’usage d’un véhicule, 
  • Je coupe le moteur lors d’arrêts prolongés, 
  • J’évite toute conduite sportive. 
     

Comment rester informé(e) ?

Connaître les actions de réduction des émissions de polluants mises en place => contactez la préfecture de votre département 

« S'informer c'est déjà agir ! Atmo Auvergne-Rhône-Alpes met à votre disposition des alertes pollution gratuites par E-MAIL » 

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution :