Partager :

C’est dans le domaine de l’air que les relations entre santé et qualité de l’environnement sont le mieux connues. Depuis une quinzaine d’années de nombreuses études toxicologiques et épidémiologiques européennes, dont certaines ont été déclinées au niveau national, ont contribué à conforter le lien entre qualité de l’air et santé.
Le rapport de la Commission des comptes et de l’économie de l’environnement « Santé et qualité de l’air extérieur », diffusé en juillet 2012, apporte une pierre à cet édifice en fournissant des éléments chiffrés sur le coût sanitaire lié à la qualité de l’air.

actu_120801_couv_rapport_medde.jpg

Le rapport évalue entre 20 et 30 milliards d’euros (Mds €) par an le coût sanitaire lié à la qualité de l’air pour la France métropolitaine. 
Cette évaluation est réalisée sur la base de la quantification des impacts sanitaires liés à la pollution de l’air en termes de mortalité (décès prématurés) et de morbidité (journées de symptômes respiratoires, nouveaux cas de bronchites chroniques, …), puis, de l’attribution d’une valeur monétaire à ces impacts : coûts des soins, perte de revenus liée a l’absentéisme, perte de bien-être liée à l’inquiétude, à l’inconfort ou encore à la restriction des activités de loisir ou domestiques. D’importants travaux européens ont permis de proposer des valeurs pour un ensemble de ces coûts sanitaires : décès prématurés, admissions hospitalières, journées de toux, journées de rhinites, cas d’asthme, etc.

Ces premières estimations demandent à être confortées et complétées. 

La quantification des impacts sanitaires se heurte encore à de nombreuses difficultés : incertitudes associées à la quantification de la fonction dose-réponse, difficulté à évaluer l’exposition de la population…
De plus, le rapport ne comptabilise pas tous les coûts. Il ne tient pas compte de la problématique de l’air intérieur et des coûts environnementaux (changements climatiques, les dommages aux bâtiments et aux structures, aux écosystèmes et à l’agriculture). 
Enfin, les politiques d’amélioration de la qualité de l’air sont ainsi susceptibles de produire d’importants bénéfices pour la société.

Le rapport présente également les phénomènes complexes de la pollution de l’air et les politiques actuelles en faveur de l’amélioration de la qualité de l’air.

POUR EN SAVOIR +