Actualité
23 avril 2014
Combustion de biomasse
Evaluation de la qualité de l’air
Transports

Vers une première cartographie du Benzo(a)pyrène en Rhône-Alpes

140423_carto_bap.jpg
Partager :

Air Rhône-Alpes mène depuis 2004 un programme de surveillance des HAP* (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) en région Rhône-Alpes.
Dans le cadre des actions 4 et 6 du Plan Régional Santé Environnemental 2 relatives à la gestion des zones dites « multi-exposition », Air Rhône-Alpes poursuit actuellement des travaux (en 5 volets) destinés à réaliser une cartographie annuelle régionale des concentrations du Benzo(a)Pyrène* pour comparaison à la réglementation en air ambiant fixée par l’Europe. Ces travaux permettront d’identifier les surfaces du territoire en dépassement et de caractériser l’exposition des populations et d’élaborer des plans d’actions pour réduire les niveaux de pollution.

Amélioration des connaissances en zone rurale de l’Ain et de Savoie

Air Rhône-Alpes a réalisé des mesures de B(a)P en zone de vallées et rurales : vallée encaissée (Tarentaise), massif préalpin (Bauges) et plateau (Haut Jura). Elles avaient pour but d’identifier les niveaux de pollution sur ces différentes zones peu suivies jusqu’ici, de les comparer aux niveaux mesurés par ailleurs en Rhône-Alpes et d’aboutir à la réalisation de cartographies régionales du B(a)P et de sa situation vis-à-vis de la réglementation.
Les résultats ont fait l’objet d’un premier rapport "Mesures d’Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, dont le Benzo(a)Pyrène en zone rurale de l’Ain et de Savoie" (Phase 1).

La réalisation d’une cartographie

Sur la base de ces mesures, un travail spécifique a pu être mené dans un deuxième temps afin de réaliser une cartographie modélisée des concentrations 2012 de Benzo(a)Pyrène sur le territoire de Rhône-Alpes en 2012.

actu_140423_carto_bap_2012.jpg

Les concentrations de BaP sont particulièrement élevées dans les vallées alpines. Les émissions de BaP sont, en effet, favorisées par le chauffage au bois, très utilisé dans ce secteur. De plus, la météorologie et la topographie propres aux vallées favorisent l’accumulation de ce polluant sur cette zone.

L’agglomération de Passy est particulièrement impactée par des concentrations élevées avec des concentrations atteignant 1.8 ng.m-3.

L’agglomération lyonnaise, présente également des concentrations élevées atteignant 1 ng.m-3 en lien avec les émissions industrielles du sud lyonnais. 
La valeur limite 1 ng.m-3 est donc dépassé en fond de vallées alpines.

Le reste de la région présente des niveaux relativement faibles.

 

 

 

Pour en savoir plus : Consulter le Rapport "Cartographie régionale 2012 du Benzo(a)Pyrène" (Phase 2)

Enseignements et perspectives

Le travail a pu mettre en évidence des pistes d’amélioration d’un point de vue méthodologique :

  • L’intégration de nouveaux HAP dans la plateforme de modélisation permettrait d’améliorer la cartographique brute.
  • Une mise à jour des données d’émissions  (phase 3) permettra de compléter et consolider les connaissances pour certains secteurs d’activités spécifiques : brûlage à l’air libre, industrie, chauffage au bois et d’affiner la cartographie dans certaines zones.
  • L’ajout de points de mesures sur le territoire permettrait d’améliorer la représentativité des mesures.

Sur la base de ces améliorations techniques, la cartographie sera ainsi prochainement actualisée (phase 4) et mise à jour chaque année dans le cadre du bilan réglementaire (phase 5).

*HAP et B(a)P ?
La surveillance des HAP est réglementée par la directive européenne du 15 décembre 2004, qui fixe une liste de composés à suivre obligatoirement ainsi qu’une valeur cible de 1ng.m-3 concernant le benzo(a)pyrène  B(a)P, (composé reconnu comme le plus cancérigène) applicable en France, le 1er janvier 2012.

Ces travaux recoivent le concours financier de la DREAL Rhône-Alpes.