Allier

Ra2016_moulins_auvergne
Partager :

Frontière géographique, l’Allier constitue une zone franche entre nord et midi de la France. Installé au pied du massif central, ce département est largement ouvert aux influences océaniques (flux favorable à la dispersion de la pollution de l’air). En termes de paysage, l’Allier est dominé par une succession de bocages et de petites montagnes. 

Peu densément peuplé (moitié moins que la moyenne nationale), le département compte 3 zones urbaines principales avec les agglomérations de Montluçon, Moulins, et Vichy. L’économie est marquée par une surreprésentation de l’industrie et de l’agriculture par rapport au niveau national. Enfin le département possède 3 axes routiers structurants avec des trafics importants : A71, RN7 et RN79 (ou RCEA pour Route Centre-Europe – Atlantique).

Ainsi les problématiques de qualité de l’air sont variées avec des émissions liées aux aires urbaines, aux axes de transports, à l’industrie et au secteur agricole.

Problématiques principales liées à la pollution 

Télécharger le diagnostic 03

La proximité entre des axes de circulation importants et des zones habitées engendre des situations problématiques au regard de la qualité de l’air. Ainsi les abords de la RN7 représentent une zone particulièrement vulnérable quant à l’exposition des habitants aux concentrations en NO2.

Si globalement, les conditions climatiques sont plutôt favorables à la dispersion de la pollution de l’air, les épisodes anticycloniques peuvent conduire à une accumulation de particules fines en hiver ou au printemps en lien avec les émissions imputables au chauffage et/ou à l’agriculture. Par ailleurs, en pareille circonstance, le département peut subir l’influence des émissions polluantes des régions voisines. Des « pics de pollution » peuvent alors survenir.

Focus sur la RN7
La zone de la Nationale 7 située dans le département de l’Allier traverse l’agglomération de Moulins selon un axe du sud-est au nord-ouest et borde certaines zones urbanisées. Cette pollution localisée entraîne une surexposition des riverains de cet axe. Les teneurs en dioxyde d’azote le long de la Nationale 7 sont élevées et dépassent les valeurs réglementaires.
Des travaux de déviation de l’axe routier vis-à-vis des zones habitées sont prévus et devraient aboutir courant 2018-2019.

« Territoires contrastés, les enjeux autour de l’amélioration ou de la préservation de la qualité de l’air doivent être partagés par tous les acteurs du département afin d’apporter une réponse adaptée à chaque échelon territorial »

Consultez la carte des enjeux de qualité de l'air de l'Allier

Bilan 2016 en carte

Actualités Air 2016 dans l’Allier

Marquée par la fusion des associations agréées de surveillance de la qualité de l’air rhônalpine et auvergnate au sein d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’année 2016 a également connu des modifications importantes du dispositif de mesure de la pollution atmosphériques visant à optimiser et à améliorer le suivi de la qualité de l’air dans l’Allier.

Une étude de la qualité de l’air à Vichy
La communauté d’agglomération de Vichy a exprimé le souhait de mieux appréhender les niveaux moyens de de pollution sur son territoire.  
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a donc réalisé une étude prospective pour l'implantation d'une future station urbaine de fond. Plusieurs emplacements ont été investigués à l’aide de deux remorques laboratoires installées au niveau de l’Ecole Sévigné et du Centre Rolland et ceci durant 2 périodes de 2 mois chacune (estivale et hivernale). 
La comparaison entre les deux sites permettra de déterminer lequel présente les concentrations les plus représentatives des zones urbaines du territoire. Suite à cette étude, l’un de ces deux emplacements deviendra un site de mesure permanent et cela à partir du 1er janvier 2018.

Optimisation du réseau de surveillance à Montluçon et à Moulins
Dans un souci d’optimisation du réseau de surveillance de la qualité de l’air les 3 stations de Montluçon ont été regroupées en une seule station (rue Hector Berlioz) courant décembre 2016. Cette nouvelle station bénéficie ainsi de l’ensemble des analyseurs nécessaires au suivi des polluants de l’air (PM10, O3, NO2) et au calcul de l’indice Atmo.
Concernant la station de mesure « urbaine de fond » de Moulins, historiquement située place Maréchal de Lattre de Tassigny, elle a été déplacée rue Denis Papin pour des raisons d'urbanisme.

Ces déplacements et/ou regroupements ont fait l’objet d’études préalable afin de s’assurer de la bonne représentativité des nouveaux sites au regard de la qualité de l’air qui peut être rencontrée à l’échelle de ces agglomérations. 
 

Déploiement de la modélisation fine échelle sur les agglomérations de Montluçon et Vichy
Les plateformes de modélisation numérique à haute-résolution permettent la production opérationnelle de cartographies de la qualité de l'air à l'échelle de la rue. Il s’agit d’outils complémentaires aux mesures réalisées aux stations en effet elles apportent une information quotidienne sur la répartition des niveaux de pollution à l’échelle des agglomérations, et sur la prévision de leur évolution à court terme. 
Elles sont également d'un grand intérêt pour les études d'évaluation prospective de la qualité de l'air car elles permettent d'analyser l'impact des différents leviers d'actions de réduction des émissions à l'atmosphère, sur l'évolution des niveaux de pollution à moyenne échéance.

Disponibles pour les agglomérations de Clermont-Ferrand, de Moulins et d'Aurillac, 2016 a permis d‘étendre ces outils aux agglomérations de Vichy et de Montluçon.