Améliorer

axe3ameliorer_ra16_microcapteur_full.jpg
Partager :

L’amélioration de la connaissance (sources, origines, impact, localisation, polluants dits émergents…) est un processus d’anticipation indispensable à l’élaboration de politiques publiques pertinentes en matière d’amélioration de la qualité de l’air, en appui à la décision d’orientations ou d’actions. 

L’année 2016 a été une année de transition : sous l’angle géographique d’abord, avec un territoire de compétence à géographie élargie (fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes, donnant naissance à un organisme unique), d’un point de vue stratégie interne puisque le Plan Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air s’est achevé en 2015 pour faire peau neuve en 2017. Et enfin, 2016 aura été une année blanche dans le cadre de la politique régionale Air et Santé, puisque le Plan Régional Santé Environnement 2 (PRSE 2) a pris fin en 2015, sans successeur avant fin 2017. Seules les pérennisations d’outils ou d’actions ont été maintenues dans ce cadre. 
Pour répondre et se positionner de manière structurée et optimisée avec ses partenaires, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’est organisé au travers d'un programme décliné selon 5 thématiques :

  • Améliorer la description territoriale
  • Améliorer les connaissances sur les thématiques spécifiques
  • Améliorer les connaissances sur l’exposition des populations
  • Améliorer les connaissances technologiques
  • Mettre en cohérence des outils avec les thématiques connexes et les territoires voisins

SOMMAIRE

 

axe3_fontionnement.png

 

Bilan 2016 : anticiper, améliorer, s'adapter

 

axe3_picto_description.png

Améliorer la description territoriale

La description du territoire « aurhônalpin » à l’échelle macroscopique est bien appréhendée grâce à différents outils (métrologie, inventaires, modélisations) et répond aux obligations réglementaires. 

Les enjeux d’exposition de la population à la pollution atmosphérique se situent pour beaucoup à fine échelle. Aussi, afin de donner les moyens de l’action aux acteurs publics pour réduire cette exposition, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’est attachée à identifier et diagnostiquer les territoires sensibles, par différentes études nécessitant des investigations parfois poussées. Les polluants concernés peuvent être ceux cités dans la réglementation, mais le diagnostic a également été ouvert à d’autres paramètres non réglementés. 

Publication 2016 :

  • ORHANE : outil régional caractérisant l'exposition du territoire aux nuisances air et bruit - En lien avec les partenaires Acoucité et CEREMA
    - Conférence de presse de lancement : En savoir +
    - Le site Internet : www.orhane.fr
     
  • Surveillance de polluants en zones de surémissions d’origine industrielle :
    - Programme régional de surveillance des dioxines, Furanes et Métaux lourds.  En savoir +
    - Suivi des niveaux de pollution atmosphérique dans le pays roussillonnais (étude de zone) : Réunion publique et l'étude
     
  • Evolution des concentrations d’arsenic dans l’air stéphanois, suite à des niveaux dépassant la réglementation : le rapport et l'étude 
axe3_picto_thematiques.png

Améliorer les connaissances sur les thématiques spécifiques

Cette thématique de l’axe « Amélioration des connaissances » a été particulièrement active au cours des cinq années 2011-2015 notamment pour la mise en œuvre de mesures automatiques en continu sur la composition chimique des particules. En effet, accéder aux substances qui composent les particules permet d’identifier des traceurs chimiques des différents secteurs contribuant à la pollution particulaire. Cette connaissance est particulièrement utile en temps réel lors des épisodes de pollution, mais également en accompagnement des plans d’actions afin de prioriser les leviers d’actions les plus bénéfiques à l’amélioration de la qualité de l’air. 
Les cinq dernières années ont également été mises à profit de l’acquisition d’une expertise sur la métrologie des particules ultrafines dans l’air ambiant. Les bases d’un observatoire ont été posées, avec l’agglomération grenobloise puis lyonnaise comme terrain d’expérimentation.
Enfin, en 2016, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’est investi sur la thématique des pratiques de méthanisation.
Ce programme donne lieu à différents partenariats : LCSQA, CEA à Grenoble, LGGE à Grenoble et LCME à Chambéry), etc.Exemples de projets pour l’année 2016 :Particules 
Les outils métrologiques et d’expertise sont désormais en place pour intégrer l’observatoire en routine.
•    Renforcement des mesures d’ammoniac dans l’atmosphère. En savoir +
•    Journée technique Particules dans l’ai – Pôle de compétitivité AXELERA. En savoir +
•    Chauffage au bois et qualité de l'air à Lanslebourg-Mont-Cenis. En savoir +Particules Ultra Fines (PUF) : Observatoire des particules ultrafines atmosphériques en Rhône-Alpes
•    Observatoire des Particules Ultra-Fines atmosphériques en Rhône-Alpes. En savoir +
•    Conférence Internationale Nanosafe à Grenoble. En savoir + Méthane
•    Lien entre qualité de l'air et méthanisation : en savoir +

 

axe3_picto_populations.png

Améliorer les connaissances sur l’exposition des populations

Les travaux en vue de construire des bases de données pérennes et robustes ont été poursuivis, avec notamment l’objectif d’apporter des éléments scientifiques sur l’exposition des personnes au monde de la santé et de l’épidémiologie. 
Spécifiquement, la thématique de l’exposition de la population aux pesticides a été poursuivie et les objectifs définis dans le PRSE 2 atteints. Des évaluations des niveaux en pesticides ont été menées grâce à la métrologie, dans différents environnements, pour différents types de culture. Les deux dernières années ont permis d’aborder un axe de travail innovant et prometteur pour les années prochaines, à savoir l’inventaire des émissions de pesticides dans l’air, à partir de la base nationale de ventes de ces substances. L’ensemble de ces travaux se sont placés dans un travail partenarial et transparent avec les acteurs du monde agricole.
Diverses actions ont par ailleurs été menées ou mises en place sur les partenariats Air et Santé ou Air intérieur.

Exemples de projets pour l’année 2016 :

Pesticides et agriculture
•    Amélioration des connaissances sur la répartition spatiale et temporelle des émissions d’ammoniac. En savoir +
•    Amélioration des émissions de pesticides vers l’atmosphère en Rhône-Alpes. En savoir +
•    Suivi des pesticides dans l’air ambiant dans le secteur de nuciculture du sud-Grésivaudan (38) et le secteur urbain de Valence (26). En savoir +
•    Journée « Agriculture et qualité de l'air » le 8 mars 2016, synthèse des travaux d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes et des partenaires sur le sujet. En savoir +

Air intérieur 
•    Construction d’un outil de diagnostic de la qualité de l’air intérieur. En savoir +
•    Expertise dans une école de Haute-Loire (Pont Salomon), suite à des plaintes. En savoir +

Air et santé
Les actions liées à cet axe « Air et Santé », visant à permettre d’accroitre les connaissances sur l’impact de la pollution sur la santé humaine et mettre à disposition des données au monde de la santé, ont pris un bel essor sous l’impulsion du PRSE2. L’année 2016 étant une année de transition vers le PRSE3, dont l’élaboration est prévue pour 2017, cette thématique a été en « standby » courant 2016. Pour autant, quelques actions ont pu être initiées ou menées :
•    Etude exploratoire sur les inégalités territoriales, environnementales et sociales de santé (ITESS), menée en partenariat avec l’ORS Rhône-Alpes. En savoir +
•    Démarrage d’une évaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans la vallée de l’Arve. Deux études en cours (Santé publique France et INSERM), résultats attendus pour 2017. En savoir +
•    Evaluation de l’exposition à la pollution atmosphérique pour l’étude SEPAGES de l’INSERM (menée dans la région grenobloise auprès des femmes enceintes afin de mesurer les effets de la pollution atmosphérique sur leur santé et celle de leur enfant). En savoir +
•    Participation d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes à des colloques ou conférences en lien avec la santé environnementale
- Conférence « Influence de la pollution de l’air sur l’incidence des cancers » organisée par la Fondation Rovaltain. En savoir +
- Colloque national des Villes-Santé de l’OMS, à Aix les Bains « Territoires et santé : quels enjeux ? ». En savoir +

 

axe3_picto_outils.png

Mettre en cohérence des outils avec les thématiques connexes et les territoires voisins

L’air n’ayant pas de frontière, la mise en cohérence d’outils, de méthodologies et de compétences avec nos voisins est le gage d'une meilleure prise en compte des problématiques atmosphériques. Les partenariats, notamment à travers des financements européens (Programmes Interreg France Suisse, ou Alcotra France Italie), sont en place sur des aspects de partage de base de données, d’inventaires et de modélisation. Les cinq années 2011 à 2016 ont été axées sur la montée en puissance de l’implication d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes sur la scène européenne des projets européens, avec de véritables succès sur le champ collaboratif.
Débuté en novembre 2014, le projet SH'AIR a pris fin en 2016 : projet de coopération transfrontalière franco-italien, financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le FEDER dans le cadre du programme européen Interreg ALCOTRA 2007-2013 (Alpes Latines Coopération TRAnsfrontalière France-Italie), était inscrit dans la continuité des projets AERA et PART’AERA. Il avait deux d’objectifs : réduire les sources de pollution et sensibiliser le jeune public. En savoir +
Par ailleurs, en 2016, le projet PACT’AIR a été lauréat de l’appel à projet du programme Interreg IV France Suisse. Il prend la suite du projet G²AME, qui a permis de mettre en place sur le territoire transfrontalier du Grand Genève des outils d’inventaires des émissions atmosphériques et de modélisation. En savoir +
 

axe3_picto_innovations.png

Améliorer les connaissances technologiques

Si les années 2011 à 2014 ont été assez « calmes » sur cet axe de travail, l’année 2015 s’est très clairement révélée comme un tournant sur la thématique de l’innovation et 2016 l’a largement confirmé : notamment, la thématique des microcapteurs est dans une phase de dynamisme et d'innovation forte pour laquelle Atmo Auvergne-Rhône-Alpes souhaite s’investir fortement, à travers par exemple son projet MOBICIT’AIR. Il permet aussi, outre de tester différentes technologies de microcapteurs, d’aborder des questions essentielles autour de la qualité de l'air, à travers la participation citoyenne : Quelle est la qualité de l’air respirée au quotidien ? Comment inciter aux changements de comportement comme levier pour l’amélioration de la qualité de l'air ? En savoir +
D’une manière plus générale, les actions autour des services numériques liés à la qualité de l'air ont été bien présents :
•    Participation à POLLUTEC 2016 aux côtés de la Métropole de Lyon sur la question de l’ouverture des données. En savoir +
•    La ville intelligente au service de la qualité de l'air. En savoir +

 

Perspectives 2017

L’année 2017 sera une année d’adoption de nouvelles orientations stratégiques pour la partie d’activités d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes concernant l’amélioration des connaissances, l’innovation et la coopération européenne.
En effet, d’une part Atmo Auvergne-Rhône-Alpes aura adopté son nouveau Plan Régional de Surveillance de la Qualité de l'Air pour la période 2017-2021. D’autre part, l’Etat mettra en mouvement la rédaction du 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE3), déclinaison du Plan National Santé Environnement 3, auquel une partie des activités d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes sera intimement reliée.
Incontestablement, les prochaines années seront marquées par la montée en puissance du monde du numérique de plus en plus présent dans notre quotidien, et dont on commence à mesurer l’impact dans le domaine de la qualité de l’air : l’émergence massive de l’open data, d’un monde hyper-connecté, de la participation citoyenne à la mesure de la qualité de l'air par capteurs individuels et des services associés, traduisant une société en mutation rapide qui s'accroit par des demandes d'informations temps réel, claires et vérifiables. L’adaptation et la réactivité garantiront la qualité et la précision des données délivrées par l'observatoire.
Les nouvelles orientations des travaux d’anticipation pour les prochaines années aborderont ainsi très probablement des thématiques telles que :

  • Air et santé : en lien avec le prochain Plan Régional Santé Environnement 3 (PRSE 3) ou en partenariat avec le monde de la recherche ; Le nouvel observatoire Auvergne-Rhône-Alpes pourra s’investir sur des sujets comme les perturbateurs endocriniens, les croisements de données en vue d’identifier des territoires sensibles, la surveillance pollinique et notamment de l’ambroisie, etc. ;
  • Expertise thématique et enjeux spécifiques : particules, dont particules ultrafines, meilleure description des émissions des différents secteurs d’activités, impact du changement climatique, 
  • Les coopérations transfrontalières seront poursuivies (Interreg France – Suisse avec le projet PACT’AIR, Alcotra France – Italie avec le projet CLIM’AERA)
  • Des partenariats public - privé innovants verront le jour, notamment avec le projet FAIRCITY, lauréats du FUI 23.

 

Chiffres clés

axe3_graphes_chiffres16.png