Bilan 2017 - Rhône

rhone_ra2017_full.jpg
Partager :

 

Portrait du territoire

Un territoire dense mais contrasté

 

Le Rhône regroupe la Métropole de Lyon, le nouveau département du Rhône et une partie du département de l’Ain. Ce territoire a pour caractéristique une forte densité de population. Le territoire de la métropole lyonnaise est majoritairement urbain mais compte également 40 % d’espaces naturels et agricoles. Le territoire du nouveau Rhône est quant à lui constitué de zones périurbaines, rurales et de moyennes montagnes (Monts du Lyonnais, Monts du Beaujolais et Monts d’Or). Sa population, de près de 450 000 habitants le place au cinquante-troisième rang des départements métropolitains. Au sein de Rhône-Alpes, il se situe derrière la Drôme mais devant la Savoie et l'Ardèche. La majorité des habitants est implantée autour de l'agglomération lyonnaise et le long de la vallée de la Saône. Trois habitants sur quatre habitent en milieu urbain. En particulier, la moitié de la population habite dans l'unité urbaine de Lyon.

À l'ouest, le territoire présente une facette plus rurale, à vocation principalement agricole. Forêts et milieux semi-naturels ne couvrent que 26 % des sols mais l'agriculture en occupe 65 %.

Chiffres clés du territoire

 

Métropole de Lyon
  • 1.3 millions
    habitants

     

  • 59
    communes

  • 538 km2
    de superficie

 

Département du Nouveau Rhône
  • 447 000
    habitants

     

  • 221
    communes

  • 2715 km2
    de superficie

 

enjeux DU TERRITOIRE

Les 4 enjeux d'une meilleure qualité de l'air

 

Comme sur le reste de la région, ce territoire est au carrefour de quatre enjeux. 

Cliquez sur la carte ci-dessous pour voir le détail des enjeux.

 

fiche_sraddet_69_rhone_v3.jpg

 

état de la qualité de l'air

Des améliorations et des points de vigilances

 
Le territoire est particulièrement touché par la pollution atmosphérique, avec notamment une exposition marquée au dioxyde d’azote en proximité routière.

D’une manière générale, le département du Rhône et plus particulièrement l’agglomération lyonnaise, sont marqués :

 

  • par une forte densité humaine ayant pour double conséquence une concentration des émissions polluantes d’origines routière, industrielle et tertiaire et de surcroit une grande quantité de personnes vulnérables à la pollution atmosphérique ;
  • par des conditions climatiques contrastées, avec des vents dominants parfois intenses, orientés nord-sud et sud-nord, ce qui peut favoriser la dispersion des polluants, mais aussi importer des masses d’air polluées : import d’ozone l’été du sud de la France, import de poussières en fin d’hiver et au printemps du nord et de l’est de l’Europe ;
  • en hiver, par des inversions de températures favorisant la stagnation des polluants à basse altitude ;
  • par une forte densité industrielle au sud de l’agglomération lyonnaise, nécessitant un besoin de surveillance ponctuel, notamment pour les paramètres suivants : benzène, benzo(a)pyrène, dioxyde de soufre.

 

Focus sur l'année 2017

La qualité de l’air s’améliore globalement et durablement dans la région. L’année 2017 marque également un tournant historique à pérenniser. Il s’agit de la première année au cours de laquelle aucun dépassement de la valeur réglementaire française et européenne (annuelle et journalière) n’est mesuré pour les particules PM10 dans la région.

L'année 2017 marque également un tournant historique à pérenniser : aucun dépassement de la valeur réglementaire française et européenne (annuelle et journalière) n’est mesuré pour les particules PM10 

 

Cependant, l’exposition des populations au regard des seuils sanitaires préconisés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour ces mêmes particules demeure prépondérante. En effet, à l’échelle de la Métropole de Lyon, la quasi-totalité des habitants sont touchés.

Dans le centre de l’agglomération et le long des axes routiers majeurs, 27 000 habitants de la Métropole subissent encore en 2017 des niveaux de concentrations en dioxyde d’azote supérieurs aux valeurs réglementaires en vigueur. La présence notable de composés précurseurs, mais aussi la proximité de la vallée du Rhône provoquent la formation d’ozone, qui est plus importante dans la partie sud de ces territoires. Dans le sud de la métropole, plus de 20 000 habitants sont touchés. Les niveaux sont en légère en hausse en 2017.

 

 

CHIFFRES CLÉS

  • 0
    habitant concerné par le dépassement des valeurs réglementaires de PM10 ou PM2.5

Métropole de Lyon
  • 1 218 537
    habitants exposés à des niveaux de PM10 supérieurs aux seuils préconisés par l’OMS

  • 1 354 421
    habitants habitants exposés à des niveaux de PM2.5 supérieurs aux seuils préconisés par l’OMS

  • 26 763
    habitants de la Métropole lyonnaise concernés par des dépassements de la valeur réglementaire pour le dioxyde d’azote

  • 20 072
    habitants de la Métropole de Lyon concernés par des dépassements de la valeur cible ozone

Nouveau Rhône
  • 115 000
    habitants exposés à des niveaux de PM10 supérieurs aux seuils préconisés par l’OMS

  • 398 000
    habitants habitants exposés à des niveaux de PM2.5 supérieurs aux seuils préconisés par l’OMS

  • 26 763
    habitants du département concernés par des dépassements de la valeur réglementaire pour le dioxyde d’azote

  • 20 072
    habitants du département concernés par des dépassements de la valeur cible ozone

Vigilances pollution
  • 16
    journées concernées par une vigilance pollution au niveau information
     

  • 12
    journées concernées par une vigilance pollution au niveau d'alerte

 

Agir sur le territoire - leviers et actions

Les émissions de polluants sont en baisse constante sur ce territoire comme sur le reste de la région. Les baisses observées ne suffisent toutefois pas à atteindre des taux de concentrations dans l’air inférieurs aux seuils réglementaires et sanitaires. Aussi, des efforts sont à poursuivre dans différents secteurs, en particulier sur :

  • le transport (responsable des 2/3 des émissions de dioxyde d’azote dont la quasi-totalité imputable au Diesel),
  • le résidentiel en particulier le chauffage au bois non performant (responsable à lui seul d’environ 1/3 des émissions de particules PM10)
  • l’industrie (près de 20 % des émissions de particules PM10)
  • l’agriculture (près de 15 % des émissions de particules PM10).

Différents plans d’actions en faveur de la qualité de l’air sont déclinés sur le territoire : Plan de Protection de l’Atmosphère et Plan de Déplacements Urbains de l’agglomération lyonnaise, Plans Climat Air Energie Territoriaux, Plan Oxygène. Ils visent à réduire les émissions polluantes sur ces différents secteurs d’activité.

CHIFFRES CLÉS

  • 1
    Plan de protection de l'atmosphère

  • 1
    Plan de déplacement Urbain

  • 1
    Plan Oxygène

  • 12
    PCAET qui ont besoin des données produites par l’observatoire

 

bilan des actions

Des plans pour améliorer la qualité de l'air dans le Rhône

 

Surveillance de la qualité de l’air

La surveillance de la qualité de l’air est assurée par une modélisation sur l’ensemble du département du Rhône à une résolution de 10 mètres afin d’appréhender l’exposition chronique des habitants du territoire. Ces cartographies sont validées par les mesures des stations de référence implantées sur la région, dont 20 sur le territoire.

A ce dispositif s’ajoute ponctuellement des mesures par moyens mobiles : deux campagnes de mesure ont été réalisées en 2017, l’une le long de l’A46 et l’autre sur le quartier de la Croix-Rousse. Les travaux se poursuivent en 2018 sur ces deux projets.

Une surveillance industrielle renforcée dans le sud lyonnais par des mesures de composés organiques volatils est réalisée. Plusieurs sites industriels sont concernés par un autre programme de surveillance concernant les dioxines et métaux lourds. De manière quotidienne, une cartographie journalière à l’échelle du kilomètre pour tout le département et à l’échelle de 10m pour l’agglomération lyonnaise sont également disponibles afin de prévenir les épisodes de pollution.

10m

Résolution fine échelle

10 mètres, c'est la résolution de nos carte de prévision sur l’ensemble du département.

Accompagnement des acteurs territoriaux

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a accompagné la DREAL dans le cadre du suivi du PPA de l’agglomération lyonnaise, de l’élaboration d’une feuille de route opérationnelle et multi-partenariale identifiant les actions prioritaires d’amélioration de l’air et dans la révision de l’Arrêté Préfectoral sur la gestion des épisodes de pollution atmosphérique.

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes accompagne la Métropole de Lyon dans la déclinaison de son plan d’action pour la qualité de l’air, le Plan Oxygène. En 2017, il a notamment élaboré des éléments d’aide à la décision et réalisé des scénarisations prospectives pour l’étude de préfiguration d’une «zone à faible émissions» visant les poids lourds et les véhicules utilitaires les plus polluants.

L’observatoire a aussi accompagné l’élaboration du PDU par un diagnostic et une évaluation des émissions polluantes liées aux transports et des actions entreprises pour les diminuer.

En outre, l’observatoire est co-organisateur, aux côtés de la Métropole de Lyon et de la Caisse des Dépôts et Consignations du R Challenge dont l’ambition est d’accompagner des solutions numériques pour améliorer la qualité de l'air. Cette action est menée dans le cadre du Plan Oxygène. L’année 2017 a été consacrée à la préparation de ce challenge pour une mise en œuvre effective en 2018.

 

Réunions du comité territorial 

 

Les comités territoriaux d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes constituent les lieux de concertation, d’élaboration des programmes et de communication au plus proches des préoccupations des acteurs du territoire. Ses membres assurent ainsi un lien fort sur le territoire et une remontée des besoins et attentes locales. Voici un tour d’horizon des sujets traités en 2017.

21 mars 2017

Présentation d’un premier bilan de qualité de l’air pour l’année 2017 et de quelques actions sur la participation citoyenne et l’innovation.

17 octobre 2017

Visite de la raffinerie de Feyzin et des actions mises en œuvre pour suivre et atténuer la pollution.

13 décembre 2017

Immersion dans une journée de pollution, du travail du prévisionniste à la décision du préfet.

 

Les outils à disposition sur le territoire

 

 

Des outils pour accompagner les acteurs locaux

En complément de l’accompagnement réalisé aux côtés des partenaires locaux, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes met à disposition un certain nombre d’outils d’information et de diagnostics.
 
 

Ressources

  • Les résultats à l’échelle communale de son inventaire des émissions.
  • 1 cartothèque comprenant notamment les 7 cartographies régionales réglementaires réalisées chaque année.
  • Les données des 96 stations fixes réparties sur la région
  • Des bilans trimestriels et un bilan annuel par département
  • Les données air-bruit et air-climat-énergie produites dans le cadre des observatoires associés ORHANE, OREGES et ORECC.
 
 
 

Des outils pour informer et sensibiliser

Au quotidien, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes met à la disposition de tous sa prévision quotidienne de qualité de l’air à trois jours (aujourd’hui, demain et après-demain). Pour aller plus loin et mieux comprendre les enjeux liés à l’air, de nombreux contenus et supports multimédias sont proposés sur son site Internet.

Ressources

  • 1 prévision régionale
  • 1 prévision fine échelle quotidienne sur 10 agglomérations (115 Go de données quotidiennes)
  • 1 prévision régionale quotidienne (résolution 1km)
  • En saison, 1 carte hebdomadaire du risque d’exposition aux pollens et une carte quotidienne de prévision du risque allergique à l’ambroisie.
  • 1 site web
  • 1 application smartphone