Bilan 2018 - Cantal

cantal-ra2018-full
Partager :

 

Portrait du territoire

Un territoire dense mais contrasté

 

Le département du Cantal tire son nom du massif du Cantal qui le couvre largement. Il s’agit d’un département de moyenne montagne qui présente une faible densité de population. L’activité économique du Cantal demeure dépendante de l’agriculture, en forte restructuration, et surtout de la progression des emplois du secteur tertiaire. Par tradition, le département n’est pas un territoire industriel. Le tissu industriel se concentre dans le bassin d’Aurillac. Le tourisme est devenu au fil des années une activité économique majeure dans le département qui possède un potentiel de développement important tourné vers le tourisme de pleine nature.

Ainsi de par sa faible densité de population et sa topographie, le Cantal est un territoire préservé au regard des phénomènes de pollution de l’air que ce soit en raison des faibles émissions locales ou des faibles apports de polluants depuis les départements voisins

Chiffres clés du territoire

  • 144 200
    habitants

     

  • 247
    communes

  • 5 726 km2
    de superficie

 

enjeux DU TERRITOIRE

Les 4 enjeux d'une meilleure qualité de l'air

 

Comme sur le reste de la région, ce territoire est au carrefour de quatre enjeux.

Cliquez sur la carte ci-dessous pour voir le détail des enjeux.

fiche_sraddet_15_2juin17.jpg

 

 

état de la qualité de l'air

 

Bien qu’à l’abri des phénomènes de pollution de l’air, une vigilance doit être maintenue sur le département du Cantal. En effet, les faibles températures et les fortes pressions rencontrées l’hiver peuvent conduire à l’établissement de phénomènes d’inversions thermiques, aussi les vallées ne sont pas à l’abri d’épisodes de pollution aux particules fines liées aux émissions locales du trafic automobile, du chauffage au bois (utilisation de foyer ouvert) ou des opérations de brûlage des déchets verts.

L’ozone (O3) n’est pas directement rejeté par une source de pollution, il n’est donc pas présent dans les gaz d’échappement des véhicules ou les fumées d’usine. Il se forme par une réaction chimique initiée par les rayons UV (Ultra-Violet) du soleil, à partir de polluants dits « précurseurs de l’ozone », dont les principaux sont les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV). Le rayonnement ultraviolet étant plus important en altitude, les concentrations en O3 peuvent-être plus importantes en zone de montagne (cas du Cantal) particulièrement en période estivale.

 

Focus sur l'année 2018

Le Cantal bénéficie d’une bonne qualité de l’air tant d’un point de vue réglementaire que sanitaire. Préservons ce territoire !

 

En 2018, dans le Cantal, la qualité de l’air continue de s’améliorer et la population est très peu exposée aux polluants réglementaires :

  • Pour le dioxyde d’azote, comme partout, les abords directs des axes routiers peuvent rester problématiques, même si la réglementation n’est pratiquement pas dépassée sur ce département : une centaine d’habitants subissent encore des niveaux de concentrations supérieurs à la valeur limite réglementaire (qui est égale au seuil OMS).
  • Concernant les particules PM10 et PM2,5, aucune personne n’a été exposée à des niveaux supérieurs à la valeur limite réglementaire et pratiquement aucune à la valeur recommandée de l’OMS (seulement une centaine de personnes exposées au-dessus de la valeur OMS pour les PM2,5).  
  • Concernant l’ozone, aucune personne n’a été exposée à des niveaux qui dépassent la valeur cible pour la santé, même si la partie centrale du département reste sensible sur des zones d’altitude.

 

 

CHIFFRES CLÉS

  • 0
    habitant concerné par le dépassement des valeurs réglementaires de PM10 ou PM2.5

Exposition des populations
  • 0
    journées concernées par une vigilance pollution  

  • 100
    habitants exposés à des niveaux de PM2.5 supérieurs aux seuils préconisés par l’OMS

 

Agir sur le territoire - leviers et actions

Les émissions de polluants sont en baisse sur ce territoire comme sur le reste de la région.

Les baisses observées ne suffisent toutefois pas à atteindre des taux de concentrations dans l’air inférieurs aux seuils réglementaires et sanitaires. Aussi, des efforts sont à poursuivre dans différents secteurs, en particulier sur :

  • le résidentiel en particulier le chauffage au bois non performant (responsable à lui seul d’environ des 3/4 des émissions de particules PM2.5)
  • l’agriculture (près de 1/4 des émissions de particules PM10).
  • l'agriculture et le transport routier responsables respectivement de la moitié et du tiers des émissions de d’oxydes d’azote.

CHIFFRES CLÉS

  • 3
    territoires lancés dans la démarche PCAET qui ont besoin des données produites par l’observatoire.

 

bilan des actions

Des plans pour améliorer la qualité de l'air du Cantal

 

Surveillance de la qualité de l’air

La surveillance de la qualité de l’air est assurée par une modélisation sur l’ensemble du département du Cantal à une résolution de 10 mètres afin d’appréhender l’exposition chronique des habitants du territoire

Ces cartographies sont validées par les mesures des stations de référence implantées sur la région, dont 2 sur le territoire.

10m

Résolution fine échelle

10 mètres, c'est la résolution de nos cartes d'exposition des population sur l’ensemble du département.

De manière quotidienne, une cartographie journalière à l’échelle du kilomètre pour tout le département et à l’échelle de 10m pour l’agglomération d’Aurillac sont également disponibles afin de prévenir les épisodes de pollution.

En complément de cette surveillance réglementaire, le site de Rageade est l’un des quatre sites régionaux inscrit à la campagne nationale exploratoire de mesure des produits phytosanitaires dans l’air menée par l ’ANSES, l’INERIS et ATMO France durant un an (printemps 2018 au printemps 2019). Cette campagne comprend l’analyse d’environ 80 substances, selon un protocole harmonisé dans toutes les régions françaises. Cette campagne ambitionne de définir une stratégie de surveillance nationales des pesticides dans l’air (molécules non réglementées aujourd’hui).

Accompagnement des acteurs territoriaux

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a participé aux Journées de l’Énergie dans le Cantal, le 9 octobre à Polminhac.  A l’initiative du Comité Départemental pour la Transition Énergétique, plus de 80 personnes (élus, techniciens, conseils, institutionnels) se sont réunies pour aborder la question des économies d’énergie et les Plans Climat-Air-Energie Territoriaux. L’observatoire met à disposition des EPCI concernés par cette démarche (Saint-Flour communauté, le territoire du SCoT du bassin d'Aurillac, du Carladès et de la Chataigneraie), ces outils de diagnostic, d’évaluation des politiques publiques et son expertise sur le volet « Air ». 

 

Réunions du comité territorial

 

Les comités territoriaux d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes constituent les lieux de concertation, d’élaboration des programmes et de communication au plus proche des préoccupations des acteurs du territoire. Ses membres assurent ainsi un lien fort sur le territoire et une remontée des besoins et attentes locales. Voici un tour d’horizon des sujets traités en 2018.

26 MARS 2018

Les produits phytosanitaires dans l’air, bilan des connaissances et perspectives.

Réduction des vitesses à 80 km/h sur les routes secondaires : une mesure pour réduire les émissions de polluants atmosphériques issues du trafic automobile ?

21 SEPTEMBRE 2018

Cycle de conférences sur le thème "activités physiques et qualité de l'air" avec les interventions du Comité Régional Auvergne contre les Maladies Respiratoires, de Santé Publique France, de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS), de Vichy Communauté et d’Atmo Auvergne Rhône Alpes.

3 DÉCEMBRE 2018

Présentation du projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM) => quelles actions en faveur de la qualité de l’air ?

Discussion autour de « l’offre aux membres » de l’association Atmo Auvergne Rhône Alpes. Cette démarche a pour but de formaliser les actions réalisées pour les adhérents et de faciliter leur engagement au sein de l’observatoire.

 

Les outils à disposition sur le territoire

 

 

Des outils pour accompagner les acteurs locaux

En complément de l’accompagnement réalisé aux côtés des partenaires locaux, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes met à disposition un certain nombre d’outils d’information et de diagnostics. Pour découvrir toutes ces ressources, consultez la page dédiée.
 
 

Ressources

  • Les résultats à l’échelle communale de son inventaire des émissions.
  • 1 cartothèque comprenant notamment les 7 cartographies régionales réglementaires réalisées chaque année.
  • Les données des 79 stations fixes réparties sur la région
  • Des bilans trimestriels et un bilan annuel par département
  • Les données air-bruit et air-climat-énergie produites dans le cadre des observatoires associés ORHANE et ORCAE.
 
 
 

Des outils pour informer et sensibiliser

Au quotidien, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes met à la disposition de tous sa prévision quotidienne de qualité de l’air à trois jours (aujourd’hui, demain et après-demain). Pour aller plus loin et mieux comprendre les enjeux liés à l’air, de nombreux contenus et supports multimédias sont proposés sur son site Internet. Pour découvrir toutes ces ressources, consultez la page dédiée.

Ressources

  • 1 prévision régionale
  • 1 prévision fine échelle quotidienne sur 10 agglomérations (115 Go de données quotidiennes)
  • 1 prévision régionale quotidienne (résolution 1km)
  • En saison, 1 carte hebdomadaire du risque d’exposition aux pollens et une carte quotidienne de prévision du risque allergique à l’ambroisie.
  • 1 site web
  • 1 application smartphone
  • 1 API
  • 1 Plateforme Data