Cantal

Ra2016 Aurillac Cantal
Partager :

Le département tire son nom du massif du Cantal qui le couvre largement. Il s’agit d’un département de moyenne montagne qui présente une faible densité de population. L’activité économique du Cantal demeure dépendante de l’agriculture, en forte restructuration, et surtout de la progression des emplois du secteur tertiaire. Par tradition, le département n’est pas un territoire industriel. Le tissu industriel se concentre dans le bassin d’Aurillac. Le tourisme est devenu au fil des années une activité économique majeure dans le département qui possède un potentiel de développement important tourné vers le tourisme de pleine nature.

Ainsi de par sa faible densité de population et sa topographie, le Cantal est un territoire préservé au regard des phénomènes de pollution de l’air que ce soit en raison des faibles émissions locales ou des faibles apports de polluants depuis les départements voisins.  
 

Problématiques principales liées à la pollution 

Télécharger le diagnostic 15

Bien qu’à l’abri des phénomènes de pollution de l’air, une vigilance doit être maintenue dans les villes comme Aurillac qui comme toute zone urbanisée peuvent connaitre des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) importantes à proximité des axes routiers les plus circulés.

Par ailleurs, les faibles températures et les fortes pressions rencontrées l’hiver peuvent conduire à l’établissement de phénomènes d’inversions thermiques, aussi les vallées ne sont pas à l’abri d’épisodes de pollution aux particules fines liées aux émissions locales du trafic automobile et du chauffage au bois (utilisation de foyer ouvert).

Enfin compte tenu de l’altitude de ce département, il peut être soumis à des niveaux d’ozone plus important que d’autre partie du territoire de la région particulièrement en période estivale.

« A l’échelle de la nouvelle région, le département du Cantal apparait comme une zone particulièrement préservée des phénomènes de pollution atmosphérique. Le principal enjeu consiste donc en la préservation de ce « capital » qualité de l’air, objectif qui doit être partagé par tous les acteurs du département afin de garantir aux générations futurs un air qui ne nuise pas à leur santé ».

Consultez la carte des enjeux de qualité de l'air dans le Cantal

Bilan 2016 en carte

Actualités Air 2016 dans le Cantal

Marquée par la fusion des associations agréées de surveillance de la qualité de l’air rhônalpine et auvergnate au sein d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’année 2016 a également connu des modifications importantes du dispositif de mesure de la pollution atmosphériques visant à optimiser et à améliorer le suivi de la qualité de l’air dans le Cantal.

Ainsi depuis le 1er janvier 2016, la surveillance de la qualité de l’air de l’agglomération d’Aurillac a évolué avec l’optimisation du réseau et le mise en place d’un site de mesure fixe unique, situé rue Henry Dunant et dénommé Aurillac Lagarde. Cette station urbaine permet la mesure de la pollution urbaine de fond dans l’agglomération.

Les polluants suivants y sont relevés : oxydes d'azote (monoxyde d’azote NO et dioxyde d’azote NO2), ozone (O3) et particules en suspension de diamètre inférieur à 10 micromètres (PM10). L’indice de qualité de l’air pour Aurillac est désormais calculé à l’aide des mesures de cette station.

Les stations Aurillac Centre-Ville, Aurillac Mairie et Aurillac Aérodrome ont été arrêtées en ce début d’année mais tout à chacun peut avoir une information spatialisée des concentrations en polluants aux cartographies haute résolution disponibles sur notre site Internet.