Drôme

RA15 - Crest - Drôme
Partager :

La vallée du Rhône très urbanisée et industrialisée contraste fortement avec les zones rurales à l’est du département. Elle est fortement marquée par la présence du vent, parfois favorable à une bonne dispersion des polluants, d’autre fois défavorable véhiculant des polluants d’autres territoires.

Problématiques principales liées à la pollution

Télécharger diagnostic 26

La vallée du Rhône, très urbanisée et très fréquentée par le trafic routier, concentre les polluants. De plus, ce secteur canalise les masses d’air en provenance d’autres territoires, parfois déjà chargées en polluants. Oxydes d’azote et particules sont par conséquent très présents dans toute la vallée du Rhône. De par sa situation, l’agglomération de Valence n’échappe pas à ce constat.

 

Le polluant caractéristique de ce territoire est l'ozone. Les températures estivales élevées dans le sud de la région sont favorables à la formation de ce polluant. La Drôme est par conséquent très affectée par cette pollution, qui touche presque la totalité du département durant l’été

Votre référent territorial : Steve MICALLEF

smicallef@air-rhonealpes.fr 

Steve MICALLEF - référent territorial
Sur ce vaste territoire, la qualité de l’air change selon les paysages, les activités, les particularités météorologiques et topographiques. Mon objectif est de travailler de manière rapprochée et concertée avec les différents acteurs locaux pour agir efficacement à l’amélioration de la qualité de l’air et la santé des populations. 

Chiffres clés 

Chiffres clés 26 - RA2015

 

4 plans d'actions

  • PCAET Valence Romans Sud Rhône-Alpes 
  • PDU de Valence Romans Déplacements
  • SCoT du Grand Rovaltain
  • SCoT Rives du Rhône

1 étude

  • Evaluation annuelle de pesticides dans l'air ambiant en 2014-2015

 

Actualités Air 2015 dans la Drôme

Un accompagnement pour l’évaluation AIR du PCAET

En 2015, Air Rhône-Alpes a travaillé avec l’agglomération de Valence Romans Sud Rhône-Alpes dans le cadre de l’élaboration de son nouveau Plan Climat Energie Territoire (PCET). En particulier, un diagnostic AIR a été effectué sur l’ensemble de territoire dans l’objectif d’intégrer l’air dans le PCET, qui deviendra un PCAET. Pour répondre efficacement aux problèmes économiques et sanitaires liés à la pollution de l’air et aux dérèglements climatiques, une approche intégrée air-climat-énergie est en effet indispensable.

L’amélioration de la qualité de l’air étant un enjeu sanitaire dans la région Rhône-Alpes et à l’échelle de Valence Romans Sud Rhône-Alpes, le PCET est un cadre pertinent pour « agir » sur la qualité de l’air.

Le site de Valence Romans Sud Rhône-Alpes
Brochure du Ministère : Agir pour la qualité de l'air : le rôle des collectivités
L'article "Les plans réglementaires"
 

La vallée du Rhône, 3ème zone de la région la plus touchée par les épisodes de pollution

dpt_episode.jpg

En 2015, sur les 17 bassins d’air, la vallée du Rhône est la 3ème zone de la région à avoir subi le plus de pic de pollution (23 activation du dispositif préfectoral), après le bassin lyonnais Nord Isère (42 activations) et la vallée de l’Arve (34 activations).

C’est 9 activations du dispositif préfectoral en plus (soit une hausse de 64%) par rapport à 2014. Principale cause :  l’ozone, polluant estival qui est responsable en 2015 de 50% des épisodes de pollution sur l’Ardèche. Dans les hautes couches de l’atmosphère l’ozone nous protège des rayons UV, mais là où nous respirons, il s’agit d’un polluant réglementé dangereux pour la santé (troubles respiratoire et cardiovasculaire).

L'ozone est issu de la transformation chimique des oxydes d’azote, en présence de composés organiques volatils (COV), sous l’action des rayons UV du soleil. Un fort ensoleillement et des températures élevées favorisent donc cette transformation.

Plus de 65% des oxydes d’azote proviennent des transports routiers sur le territoire drômois. Pour les COV, les responsabilités sont plus partagées (production, stockage et utilisation de produits pétroliers pour usage domestiques ou industriels, origine naturelle), mais les transports routiers sont également très impliqués, via l’évaporation et les émissions des véhicules (essence surtout) et des stations-service.

Par conséquent, pour espérer limiter l’ampleur et la durée des épisodes d’ozone, la réduction des émissions des transports routiers constitue aujourd’hui un des principaux leviers sur lequel agir.  
 

En savoir + : 
Dossier de presse Bilan de la qualité de l'air en 2015 - Focus sur Rhône-Alpes
Arrête du 7 avril 2016 relatif au déclencement des procdésures préfectorales en cas d'épisode de pollution.
Brochure du Ministère : Agir pour la qualité de l'air : le rôle des collectivités
Bilan Ozone - Eté 2015