Edito et rapport moral du Président

edito_full.jpg
Partager :

2018, l’année numérique.

Les travaux menés par Atmo Auvergne  Rhône Alpes en 2018, tant par les membres et administrateurs que l'équipe salariée reflètent bien les courants qui transforment notre société. Les besoins d'accompagnement dans le domaine de la surveillance et de l'information sur la qualité de l'air se trouvent profondément modifiés avec une nécessité d'adapter les outils techniques et de communication.

La montée importante du numérique a été particulièrement soutenue en 2018 par la mise en place de la plateforme opendata sur les paramètres réglementaires en lien avec les autres AASQA, l'ouverture de la plateforme de signalements notamment pour les odeurs ODO, l'introduction de toujours plus  de virtualisation dans nos modèles et système d'information, avec pour point d'orgue la mise en avant de ce thème pour la Journée de la qualité de l'Air 2018. L'exigence du public toujours plus grande de données géolocalisées et en temps réel demande des augmentations de capacités de calcul comme le lancement de travaux sur de nouveaux moyens de calage avec des microcapteurs, menés sous forme d'expérimentation avec différents partenaires. Les  réseaux sociaux et l'application smartphone Air To Go  font partie  intégrante désormais de la politique de communication, aux côtés de la presse et du site internet.

Parallèlement l'intensification des actions sur les territoires par l'Etat, la Région et les grandes collectivités au travers des PPA et feuilles de route requiert l'adaptation des outils de diagnostic pour l'évaluation et la scénarisation des politiques publiques, avec une fiabilisation obligée des outils d'inventaire et de modélisation. La transversalité de la plupart des actions, pousse à s'inscrire toujours davantage dans une évaluation globale de la transition écologique, avec un intérêt accru notamment pour les impacts biomasse et méthanisation. Si les paramètres concernant les polluants réglementés s'améliorent globalement avec un respect de la réglementation européenne sur les particules, de nouvelles investigations deviennent nécessaires en lien avec les données sanitaires : sur les particules fines, sur certains COV et métaux en lien avec le rapport ANSES 2018 sur les polluants émergents, sur les pesticides avec le lancement de la campagne nationale.

Ces bouleversements entraînent bien évidemment une réflexion sur l'organisation d'équipe avec l'expérimentation d'un service de mission prévision en 2018, sur notre vie associative avec le lancement d'une concertation des membres sur l'adéquation offre/ besoin, sur notre modèle économique avec la création du fonds de dotation convAIRgence. Un effort particulier a été fait cette année pour fournir une information toujours plus territorialisée, notamment dans le bilan qualité de l'air.

Tous ces points de nouveautés sont notamment développés au côté des programmes plus récurrents dans ce rapport d'activité, organisé selon notre Plan Régional Quinquennal de Surveillance de la Qualité de l'air, dont 2018 est la seconde année d'exercice.

 

Bonne lecture. 

 

Eric Fournier, Président d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes