Les épisodes olfactifs été 2019

Retour à la fiche bilan
ful_actu_episode_odeurs.jpg
Partager :

La recrudescence des signalements est particulièrement observable à partir de la mi-juillet. Plusieurs journées ont totalisé plus de 15 signalements : 23/07, 01/08, 05/08, 06/08, 27/08 et 28/08. Une rapide analyse indique que ces pics furent dus à des phénomènes localisés (bassin stéphanois et ouest de l’Ain). Les commentaires associés à ces signalements laissent entendre également que les canicules exacerbent les phénomènes olfactifs.

repartition_journaliere_des_signalements.png

 

 

Premières actions engagées suite au déploiement d’ODO

Le recueil des signalements, engagé il y a plus d’un an, est à présent suffisamment avancé pour permettre à la phase d’action et de concertation de commencer. Concrètement, cela se traduit par une analyse géographique des signalements couplés aux données météorologiques afin d’identifier les sources les plus probables des nuisances dans les secteurs les plus problématiques. De plus, les commentaires associés permettent d’affiner les recherches.

A ce jour, 2 secteurs font l’objet d’échanges entre Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, les communes, les agglomérations, les services de l’état et les potentiels émetteurs afin de sensibiliser au problème et, le cas échéant, tenter d’y apporter une solution.

Le bassin stéphanois et le secteur de la Combe de Savoie sont les premiers secteurs à faire l’objet d’un retour sur les signalements répertoriés.

carte_actions_odeurs.png

Premieres actions engagées suite au déploiement d'ODO

« Nez électronique : les machines ont aussi du flair »
L’amélioration, depuis 15 ans, des capteurs électroniques permet aujourd’hui de reproduire – partiellement – les sens humains. Des technologies, nommées « nez électroniques », sont en effet capables de détecter et d'identifier certaines odeurs selon un processus assez similaires à celui de l'olfaction humaine. Cependant la caractérisation fine est encore réservée au nez humain, étant donné qu'elle fait intervenir des opinions subjectives1.
Les nez électroniques sont utilisés principalement dans l'industrie et l’agroalimentaire, pour détecter ou quantifier des odeurs, ou au contraire l'absence d'odeurs (par exemple pour des huiles alimentaires raffinées devant être neutres2).
Le développement de l’intelligence artificielle, permet aussi l’utilisation des nez électroniques pour : 
- La détection de drogues, explosifs, gaz toxiques ou d’autres produits dangereux ;
- Le diagnostic de certaines maladies changeant les odeurs corporelles
Cette technologie trouve naturellement toute son utilité dans les domaines les plus problématiques sur le plan de l'odeur (enfouissement, compostage, équarrissage, traitement des eaux usées…). En outre, la législation française reconnaît la pertinence des nez électroniques pour le suivi environnemental.

Référence :1Marquis F & Mielle P (1996) Le nez électronique en quête de crédibilité. Odours & VOC’s Journal, Special Issue, 40-46.2Vigneron, P. Y., Vanhemelrijck, J., Stoclin, B., & Caigniez, J. (2002). Evaluation de la neutralité organoleptique des huiles raffinées à l’aide d’un nez électronique. Oléagineux, Corps gras, Lipides, 9(4), 264-269.