Les épisodes olfactifs

Retour à la fiche bilan
ful_actu_episode_odeurs.jpg
Partager :

Lorsque l’on s’intéresse à la répartition journalière des signalements, plusieurs « pics » sont observables. Nous avons choisi de nous intéresser ci-après aux journées recensant 10 signalements ou plus, localisés dans un même secteur géographique.

4_repartition_signalements_jour.jpg

Répartition des signalements par jour

 

Episode du 25 mai 2018

9 signalements ont été effectués dans la Vallée de l’Arve, répartis entre 3h et 8h du matin, puis entre 17h et 23h.

Les conditions météorologiques ont mis en évidence une grande stabilité durant ces périodes (vent inférieur à 0,5 m/s, plutôt de secteur nord). Les signalements ont porté essentiellement sur des odeurs soufrées (œuf pourri, égout…).

Actions mises en œuvre par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes : 

Les équipes d’Atmo ont surveillé avec attention les données de polluants réglementés dans le secteur impacté, mais les concentrations observées n’ont pas montré de différences notables avec les jours précédents ou avec d’autres secteurs géographiques. Les taux d’ozone (max horaire à 128 µg/m3), de dioxyde d’azote (max horaire de 34 µg/m3) et de particules PM10 (max horaire de 27 µg/m3) sont restés bien en deçà des seuils réglementaires ce jour-là.

 

Episode du 26 juillet 2018

12 signalements ont été recensés en Vallée de l’Arve, répartis entre 3h et 11h du matin, puis entre 22h et 23h.

Les conditions météorologiques ont affiché une grande stabilité durant ces périodes (vent inférieur à 0,7 m/s, plutôt de secteur nord). Les plaintes ont majoritairement porté sur des odeurs soufrées (œuf pourri, égout…).

Actions mises en œuvre par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes :

Les équipes d’Atmo ont surveillé avec attention les données de polluants réglementés dans le secteur impacté, mais les concentrations observées n’ont pas été atypiques par rapport aux jours précédents ou à d’autres secteurs géographiques. Les taux d’ozone (max horaire à 147 µg/m3), de dioxyde d’azote (max horaire de 47 µg/m3) et de particules PM10 (max horaire de 38 µg/m3) sont restés bien en deçà des seuils réglementaires ce jour-là.

Prise de contact avec SGL Carbon et UIOM de Chedde Passy. SGL Carbon nous informe avoir effectué une opération génératrice d’odeurs dans la matinée, et nous informe également de la mise en service d’une installation de traitement des gaz pour les ateliers graphitation. Cette opération s’étalera du 30 juillet à fin octobre 2018. Une réduction significative des odeurs est attendue après la mise en place de ce dispositif et la plateforme ODO pourra contribuer à objectiver la diminution souhaitée des nuisances.

 

Episode du 7 août 2018

5 signalements ont été effectués dans la Vallée de l’Arve, portant sur des odeurs soufrées, répartis entre 7h et 8h du matin, puis à 21h.

Les conditions météorologiques ont mis en évidence une grande stabilité durant ces périodes (vent inférieur à 0,4 m/s, plutôt de secteur nord).

Actions mises en œuvre par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes :

Les équipes d’Atmo ont surveillé avec attention les données de polluants réglementés dans le secteur impacté, mais les concentrations observées n’ont pas été atypiques par rapport aux jours précédents (on observe une diminution des taux de PM10 ce jour-là) ou à d’autres secteurs géographiques. Les taux d’ozone (max horaire à 136 µg/m3), de dioxyde d’azote (max horaire de 43 µg/m3) et de particules PM10 (max horaire de 25 µg/m3) sont restés bien en deçà des seuils réglementaires ce jour-là. 

Une recrudescence de signalements soufrés « différents et plus longs que d’habitude » (depuis le 6/08) nous a été signalé par le SITOM des Vallées du Mont-Blanc via son jury de nez. 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5 signalements ont également été recensés sur le Bassin lyonnais, portant sur des odeurs assez diverses (brûlé, ordure, ammoniac), répartis entre 3h et 12h, puis à 23h.

Les conditions météorologiques ont fait état de la présence d’un vent de sud faible à modéré.

Actions mises en œuvre par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes :

Les équipes d’Atmo ont surveillé attentivement les données de polluants réglementés dans le secteur impacté, mais les concentrations observées n’ont pas présenté de différences notables en comparaison des jours précédents (excepté une légère élévation des taux de PM10 dans le sud lyonnais ce jour-là) ou à d’autres secteurs géographiques. Les taux d’ozone (max horaire à 150 µg/m3), de dioxyde d’azote (max horaire de 92 µg/m3) et de particules PM10 (max horaire de 42 µg/m3) sont restés en deçà des seuils réglementaires ce jour-là.

Prise de contact avec le Spiral Air, qui a transmis l’information à l’inspecteur de l’Unité Départementale de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) concerné afin qu’il enquête auprès des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) de la zone. L’association ENSIMA (ENsemble contre un SIte MAlodorant) a également été sollicitée, mais ces différents échanges ne nous ont pas permis d’identifier la source de la nuisance.