Les membres du bureau et Les Présidents des Comités territoriaux

Retour à la fiche bilan
membres_bureaux_ra16_full_actu.jpg
Partager :

Les membres du bureau

 

eric fournier

Eric FOURNIER, Région Auvergne-Rhône-Alpes

Président

 

Pascal GARRIDO

Pascal GARRIDO, Saint-Etienne Métropole

Président Suppléant

En 10 ans, la population totale française a progressé de 5,16%. Dans le même temps, le parc de véhicules s’est accru de + 19%.
Les transports sont responsables de 29 % des GES (22 % en 1990).
Entre 1995 et 2015, la longueur des routes a progressé de 12 % alors que la longueur totale des lignes ferroviaires exploitées a diminué de 9 %.
Qu'attendons-nous pour inverser la tendance et prendre en compte les 46 000 morts annuels dus à la pollution atmosphérique ?

 

Marie-Agnès CHAPGIER-LABOISSIERE

Marie-Agnès CHAPGIER-LABOISSIERE, APPA

Vice-Présidente

L’importance du pic de pollution qui a sévi en fin d’année 2016 a eu un écho à la fois dans les media et surtout les réseaux sociaux et a renforcé la sensibilité de la population à cette problématique de la qualité de l’air et ses effets sur la santé.
Parallèlement il est possible d’observer la montée en puissance d’une offre nouvelle comme les capteurs individuels et les applications sur mobiles qui fournissent des statistiques de pollution de l’air.
Ces nouveaux acteurs (réseaux sociaux, fabricants de capteurs individuels ou d’applications pour mobiles) portent une nouvelle et puissante dynamique qui ne peut qu’encourager le réseau Atmo Aura à approfondir sa réflexion sur son positionnement spécifique.
Jacqueline COLLARD

Jacqueline COLLARD, Association SERA

Vice-présidente suppléante

L’année 2016 a été riche d’événements marquants
- la fusion entre les AASQA d’Auvergne et de Rhône-Alpes
- la loi sur la transition énergétique et sur la biodiversité qui devrait améliorer notre environnement et donc la qualité de l’air
-mais aussi des pics de pollutions intenses en fin d’année qui ont fortement accru la prise de conscience des institutions, des collectivités locales, et donc les populations ; ce qui nous le souhaitons, impacteront fortement la pollution de fond qui nous préoccupe encore plus que les pics,  plus médiatisés, mais dont les effets sanitaires sont plus préoccupants.
Yannick MATHIEU

Yannick MATHIEU, DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

Secrétaire

2016 a été marquée par un épisode de grande ampleur qui  a nécessité la mobilisation coordonnée d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes et des pouvoirs publics. Pour la première fois sur le territoire régional, des mesures de restriction de circulation visant les véhicules particuliers ont été mises en œuvre dans les agglomérations de Lyon (circulation alternée) et Grenoble (circulation différenciée). Sur le territoire de la vallée de l’Arve, l'implication conjointe de la DREAL et de la DDT  a permis de renforcer le dispositif au cours de la crise en expérimentant de nouvelles mesures telles que la restriction de la circulation des poids lourds. 

Cette expérience renforce la nécessité de disposer d'outils efficaces pour gérer les pics de pollution. Aussi, la circulation différenciée basée sur les certificats qualité de l’air, Crit’Air, sera progressivement généralisée en 2017.

Depuis l’ouverture au 1er juillet 2016 du site de délivrance des Crit’Air, plus de 5 millions ont été délivrés aux particuliers, dont plus de 700 000 en Auvergne-Rhône-Alpes.

Hors pic de pollution, les vignettes Crit’Air sont également un outil au service des collectivités pour améliorer durablement la qualité de l’air dans les zones de circulation restreinte dans les territoires lauréats à l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans ». Parmi les 5 collectivités lauréates de la région: Annemasse, Faucigny-Glières et Saint Étienne, ont signé dès 2016 une convention d’appui financier avec l’État.

Dans ce cadre, l’année 2016 a permis d’élaborer le « fonds air industrie » sur le territoire de la communauté de communes de Faucigny-Glières pour accompagner les industriels à réduire les émissions de polluants atmosphériques au-delà des contraintes réglementaires. 

Bruno FABRES

Bruno FABRES, ARS Auvergne-Rhône-Alpes

Secrétaire suppléant

Les épisodes généralisés de la fin de l’année 2016 ont rappelé à tous que la pollution atmosphérique demeure un problème de santé publique. L’amélioration des niveaux quotidiens de qualité de l’air reste un enjeu fort pour construire un environnement favorable à la santé. 
chantal degrendele

Chantal DEGRENDELE, ARKEMA Usine de Pierre-Bénite

Trésoriere

L’année 2016 a été l’année de la construction d’Atmo Auvergne-Rhône Alpes, une belle réussite . Notre nouvelle association a su se transformer tout en garantissant  ses missions fondamentales du suivi de la qualité de l’air sur un territoire de près de 70 000 km2 constitués de 270 communautés de communes , mais également construire un Programme Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air pour les 5 prochaines années basé sur 25 programmes partagés et validés par tous, alliant ses savoirs faire , les attentes de nos territoires et partenaires , les priorités nationales, pour un budget prévisionnel de fonctionnement de 10 millions € annuel : un beau travail d’équipe.
Luc NGUYEN

Luc N GUYEN, OMNITHERM

Trésorier suppléant

 

Les Présidents des Comités Territoriaux

 

Jérôme DUTRONCY

Jérôme DUTRONCY, Grenoble Alpes Métropole

Président du Comité territorial Sud-Isère

Atmo Auvergne Rhone Alpes a cette année encore démontré l'impact déterminant de son action pour la prise de conscience générale que la pollution de l'air n'est pas une fatalité!
Connaitre, expliquer et accompagner est dans notre ADN et nous pouvons être fiers que les décideurs prennent petit à petit la mesure des actions à mettre en oeuvre, ce qui peut s'illustrer par le grand nombre d'actions innovantes notamment portés par les lauréats de l'appel à projet "Ville Respirable" dans notre région. Nul doute que nous avons encore beaucoup à faire! en particulier sur la mobilisation des citoyens où 2017 devrait apporter son lot de projets concrêts pour aller de l'avant!
Jean-Yves HEDON -  © Jean-FrançoisBasset

Jean-Yves HEDON, Conseil Départemental de l'Ain

Président du Comité territorial de l'Ain et des Pays de Savoie

En attente
Luc satre

Luc SATRE, Communauté de communes du Pays roussillonnais

Président du Conseil territorial AIR - Ain-Rhône-Isère

L’année 2016 a été marquée par la réorganisation de l’association suite à la fusion des deux régions, Auvergne et Rhône-Alpes, et la création de nouveaux comités territoriaux respectant davantage la configuration géographique de ce nouveau territoire.
Cette année  a également connu plusieurs épisodes importants de pollution. Ce n’est pas tant  que la production de polluants a été plus importante, mais plutôt que les conditions météo non pas permis la dispersion de ceux-ci. Cela doit encourager les acteurs économiques à poursuivre leurs efforts pour diminuer la pollution atmosphérique.
La santé des citoyens dépend en partie de ces améliorations. 

 

Michèle RIVASI

Michèle RIVASI, Députée européenne- Personnalité qualifiée

Présidente du Comité Territorial Drôme-Ardèche

Encore une fois, 2016 a été marquée par une pollution de l'air exceptionnelle, qui a touché une grande partie de notre région... Mais grâce à une prise de conscience de certains élus, des mesures volontaristes ont été prises. Le scandale des logiciels truqués  de Volkswagen ont mis un coup de projecteur sur des pratiques illégales, indignant l'opinion publique, qui participent à la dégradation de notre patrimoine commun : notre air. Et enfin ! Le lien de causalité entre pollution de l'air et dégradation de notre santé devient un sujet central de nos politiques.
nicolas bonnet

Nicolas BONNET, Clermont Communauté

Président du Comité territorial Auvergne

L'année 2016 aura vu se poursuivre la lente mais constante amélioration de la qualité de l'air dans notre région. Elle n'aura néanmoins pas été exempte de pics de pollution notoires en fin d'année traduisant notre vulnérabilité aux aléas météorologique et climatique due à la présence d'une pollution de fond de l'air. Aujourd'hui, c'est cette pollution de l'air chronique qu'il nous faut mettre en avant pour impulser des politiques publiques volontaristes pour le réduire, tant pour améliorer la santé des habitants qui sont exposés en quasi-permanente à cette pollution que pour éviter les pics de pollution. 
Pascal GARRIDO

Pascal GARRIDO, Saint-Etienne Métropole

Président du Comité territorial Haute-Loire

En 10 ans, la population totale française a progressé de 5,16%. Dans le même temps, le parc de véhicules s’est accru de + 19%.Les transports sont responsables de 29 % des GES (22 % en 1990).Entre 1995 et 2015, la longueur des routes a progressé de 12 % alors que la longueur totale des lignes ferroviaires exploitées a diminué de 9 %.Qu'attendons-nous pour inverser la tendance et prendre en compte les 46 000 morts annuels dus à la pollution atmosphérique ?