Puy-de-Dôme

Ra2016 Puy de dôme
Partager :

Le département du Puy de Dôme est constitué selon 3 entités topographiques distinctes avec deux zones de reliefs à l’ouest et à l’est entrecoupées de la plaine de la Limagne en son centre. Elles sont toutes trois orientées selon un axe nord-sud. Les activités humaines responsables des émissions polluantes dans l’air se concentrent dans la plaine de Limagne qui accueille des espaces densément peuplés (agglomération clermontoise), des autoroutes, quelques sites industriels et une agriculture intensive. Les zones de reliefs abritent deux parcs naturels régionaux : celui des Volcans d’Auvergne à l’ouest et celui du Livradois-Forez à l’est. 

La topographie, qui influence fortement la météorologie, joue un rôle majeur dans la dispersion des polluants et certaines parties du territoire connaissent des phénomènes d’inversions thermiques marqués qui favorisent ponctuellement la stagnation de la pollution.

Ainsi, de cette diversité des territoires nait une multiplicité des enjeux au regard de l’amélioration ou de la préservation de la qualité de l’air.

Problématiques principales liées à la pollution

Télécharger le diagnostic 63

L’agglomération clermontoise est particulièrement sensible aux phénomènes de pollution de l’air car elle présente une zone urbanisée dense avec des axes routiers fortement circulés à proximité desquels les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) peuvent dépasser les valeurs réglementaires. Son climat semi-continental et sa topographie en demi-cuvette sont également des facteurs aggravant qui favorisent les émissions liées au chauffage en période froide et les phénomènes d’inversions thermiques, combinaison favorable à la survenue de « pic de pollution » 

Si les sources de pollution sont de moindre importance dans le reste du département, l’altitude (qui induit une formation d’ozone accrue), les activités agricoles et les phénomènes de transport de masses d’air polluées, rendent ces zones potentiellement vulnérables à la pollution.

Consultez la carte des enjeux de qualité de l'air dans le Puy-de-Dôme

Focus sur l’agglomération Clermontoise

Au même titre que 19 agglomérations en France, Clermont-Auvergne-Métropole est concernée par une démarche de précontentieux européen en lien avec le dépassement des concentrations en NO2.

Territoires contrastés, les enjeux autour de l’amélioration ou de la préservation de la qualité de l’air doivent être partagés par tous les acteurs du département afin d’apporter une réponse adaptée à chaque échelon territorial

Bilan 2016 en carte

Actualités 2016

Marquée par la fusion des associations agréées de surveillance de la qualité de l’air rhônalpine et auvergnate au sein d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’année 2016 a également connu plusieurs initiatives en faveur de la qualité de l’air.

Connaître l’origine des particules mesurées sur notre territoire

Grâce à une collaboration avec des chercheurs du LaMP/OPGC (Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand) et à des financements de Clermont-Auvergne-Métropole, un analyseur de type ACSM (Aerosol Chemical Speciation Monitors) a pu être installé au niveau du site de Montferrand tout le mois de décembre 2016. Cet appareil de pointe permet la mesure automatique de la composition chimique des particules. Il a été retiré début janvier 2017 pour être installé dans le laboratoire de recherche en haut du Puy-de-Dôme. 

L’analyse des premiers résultats permet d’évaluer les contributions respectives des principales sources d’émissions responsables des « pic de pollution » observés durant le mois de décembre 2016.  Ainsi il apparait que les émissions locales sont majoritaires dans les phénomènes de pollution observés, avec une part liée au chauffage au bois à peu près équivalente à celle estimée sur Lyon-centre (1/3 de la fraction PM10). En revanche une part plus importante (jusqu’à ¼ de la fraction PM10) liée aux émissions de combustion d’énergies fossiles (trafic/industries) est observé. L’analyse des données se poursuivra en 2017 pour affiner et confirmer la proportion de chacune des parts.

Mobilité et la qualité de l’air 

• A l’initiative de l’agglomération clermontoise et de la ville de Clermont-Ferrand, les Rencontres Citoyennes de la Mobilité "Libre comme l'R" ont permis de débattre durant 10 mois avec les habitants sur les mobilités de et ont fait l’objet d’une restitution publique en novembre 2016. 
Ce fut l'occasion de dévoiler les grandes orientations d'une stratégie des mobilités à court, moyen et long termes au travers de 22 propositions qui doivent engager la transformation de Clermont Auvergne Métropole une métropole du bien vivre, qui préserve le cadre de vie et facilite le quotidien des habitants.

Consulter Manifeste de Clermont Auvergne métropole pour devenir le laboratoire des futures mobilités  

•  Fruit de ces Rencontres Citoyennes, le projet Auvermoov a été lancé en novembre 2016. Il s’agit d’une plateforme Web permettant aux usagers et aux internautes de proposer des idées et des projets sur le thème de la mobilité. La SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun) déploiera courant 2017, les projets retenus. Auvermoov c'est aussi plusieurs rencontres comme celle du 29 novembre afin de découvrir des projets, partager des idées, voter pour des projets et tester des propositions innovantes autour de la mobilité. Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a accompagné le projet et est intervenu à plusieurs reprises autour du thème de la mobilité durable.

Consulter l'actualité

• Enfin, 2016 marque le début du chantier d’élaboration du nouveau Plan de déplacement Urbains (PDU). Le Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC-AC) la lancé une large opération de concertation auprès des parties prenantes de la mobilité sur le territoire qui vise à établir une stratégie ambitieuse de la mobilité et d’accompagner le changement des comportements. Atmo Auvergne-Rhône-Alpes est étroitement associée à cette démarche en sa qualité de membre du Conseil technique.  

Consulter l'actualité