Isère : le bilan du 1er trimestre 2017

Partager :
NL_nord_isere.jpg

Les indices du trimestre en un clin d'oeil

Sur ce premier trimestre de l'année 2017, la qualité de l'air était "très bonne à bonne" à 60% du temps sur les agglomérations de Bourgoin et Vienne-Roussillon et à un peu plus de 62% du temps sur celle de Grenoble. Les polluants majoritaires lors du calcul de l'indice de qualité de l'air au quotidien sont les particules à environ 51% sur Grenoble et Vienne-Roussillon et environ 62% sur Bourgoin.

indices_isere_1er_trim_2017.jpg

Les épisodes de pollution

Sur ce trimestre, à partir du 19 janvier, un épisode pollué d’une dizaine de jours dû à des niveaux importants de particules a touché l’ensemble des agglomérations de la région. Mi-février un second épisode de deux jours, lui aussi dû aux particules, a aussi touché un grand nombre de zones de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sur le département de l’Isère cela s’est traduit par :

  • 12 jours d’activation d’un dispositif préfectoral sur le bassin grenoblois,
  • 13 jours d’activation d’un dispositif préfectoral sur le bassin lyonnais - Nord Isère,
  • 4 jours d’activation d’un dispositif préfectoral sur la zone alpine de l’Isère.
activation-du-dispositif_isere_1er_trim_2017.jpg

 

Que dit le réseau fixe ?

Le seuil réglementaire journalier pour les particules PM10 de 50 µg/m3 a été franchi à 10 reprises sur les sites urbain de Grenoble les Frênes et Bourgoin (la réglementation autorise au maximum 35 jours de dépassements par an pour ce seuil).

fichiers_statistiques_reglementaires_isere_1er_trim_2017.jpg