Isère : le bilan du 1er trimestre 2019

Partager :
NL_nord_isere.jpg

Les indices du trimestre en un clin d'oeil

Au cours de ce premier trimestre de l’année 2019, sur la zone de Vienne-Roussillon comme dans l’agglomération de Grenoble, les indices de la qualité de l'air étaient bons 70% du temps et moyens à médiocres 30% du temps. Dans l’agglomération de Bourgoin, les indices ont été bons 77% du temps, moyens à médiocres 23% du temps.

Pour les agglomérations de Grenoble et Bourgoin, les polluants majoritairement responsables de l’indice étaient les particules fines et l’ozone, presque à parts égales. Sur la zone de Vienne-Roussillon, l’ozone était majoritairement responsable dans le calcul de l’indice (48% pour l’ozone et 37% pour les particules.

indices-isere-t12019.jpg

 

Les épisodes de pollution

Dans l’Isère : 17 journées ont été touchées par l’activation d’une vigilance pollution aux particules.

  • Vigilance pollution au niveau jaune sur la zone du Bassin Grenoblois les 1er, 21, 22 et 23 janvier.
  • Vigilance pollution au niveau jaune sur la zone du bassin lyonnais Nord Isère les 20 janvier et 5,6 et 7 février.
  • Vigilance pollution au niveau orange sur la zone du bassin lyonnais Nord Isère les 14, 15, 20, 21, 22, 25 et 26 février.
  • Vigilance pollution au niveau rouge sur la zone du bassin lyonnais Nord Isère les 27 et 28 février.
nbre_de_jours_vigilance_Isere-T12019.jpg

 

Que dit le réseau fixe ?

Pour les particules PM10, la réglementation fixe une valeur limite avec le seuil de 50 µg/m3 en moyenne journalière à ne pas dépasser plus de 35 jours par an.

Au cours de ce trimestre, sur le département de l’Isère, ce seuil a été dépassé à deux reprises. Une fois sur le site urbain de Roussillon et une fois sur le site de proximité trafic de Grenoble Grands Boulevard.

depassement_isere-t12019.jpg