Isère : le bilan du 2ème trimestre 2019

Partager :
NL_nord_isere.jpg

Les indices du trimestre en un clin d'oeil

Sur l’agglomération de Bourgoin-Jailleu, les indices de la qualité de l’air étaient bons 71% du temps et moyens à médiocres 29% du temps. Aucun indice qualifié de mauvais sur ce secteur.

Dans l’agglomération de Grenoble, les indices de la qualité de l’air étaient bons 56% du temps, moyens à médiocres 41% du temps et mauvais 3% du temps.

Enfin, sur la zone de Vienne-Roussillon, les indices de la qualité de l’air étaient bons 48% du temps, moyens à médiocres 48% du temps et mauvais 4% du temps.

Le polluant majoritairement responsable de l’indice était l’ozone sur les trois secteurs à plus de 90% du temps en moyenne sur le trimestre. Pour le reste de la période, il s’agissait des particules.

indices-2nd_trimestre_2019.jpg

 

Les épisodes de pollution

Dans l’Isère :  7 journées ont été touchées par l’activation d’une vigilance pollution à l’ozone entre avril et juin.

  • Vigilance pollution au niveau jaune sur la zone du bassin grenoblois le 24 juin.
  • Vigilance pollution au niveau orange sur les zones des bassins grenoblois et lyonnais Nord Isère les 25, 26 et 27 juin et sur la zone Alpine Isère les 26 et 27 juin.
  • Vigilance pollution au niveau rouge sur les zones des bassins grenoblois et lyonnais Nord Isère et Alpine Isère les 28, 29 et 30 juin.
nbre_de_jours_vigilance_2eme_trimestre_2019.jpg

 

Que dit le réseau fixe ?

Pour les particules PM10, la réglementation fixe une valeur limite avec le seuil de 50 µg/m3 en moyenne journalière à ne pas dépasser plus de 35 jours par an.

Au cours du premier trimestre, sur le département de l’Isère, ce seuil a été dépassé à 2 reprises : une journée sur le site urbain de Roussillon et une journée sur le site de proximité trafic de Grenoble Grands Boulevard.

Pour ce second trimestre, il a été dépassé uniquement 3 fois sur le site de proximité trafic de Grenoble Rocade Sud.

depassement_isere-2nd_trimestre_2019.jpg