Rhône : le bilan du 4ème trimestre 2015

Partager :
NL_rhone.jpg

 

 

 

 

Les indices du trimestre en un clin d'oeil

Lors de ce quatrième trimestre de l’année, la qualité de l’air était mitigée sur le Rhône et la Côtière de l’Ain , avec 45% des jours représentés par un indice de qualité de l’air "bon à très bon" (indices 1 à 4) et environ 50% des jours avec un indice de qualité de l'air "moyen à médiocre" (indices compris entre 5 et 7). Les 5% du temps restant (5 jours) ont connu une qualité de l'air "mauvaise à très mauvaise" (indices compris entre 8 et 10). Les particules étaient le polluant majoritaire lors du calcul de l'indice de qualité de l'air au quotidien (environ 75% du temps).

indices_rhone-et-la-cotiere-de-lain_4eme_trimestre_2015.jpg

Les épisodes de pollution

Sur ce trimestre, le bassin lyonnais a connu 11 journées d'activation d'un dispositif préfectoral (9 jours activés au niveau d'information et 2 jours au niveau d'alerte) dues à des niveaux importants de particules issues essentiellement du chauffage au bois et du trafic routier.
Ces 11 journées d'activations étaient réparties sur trois épisodes pollués. Un épisode de 4 jours (du 14 au 17 novembre), un de 5 jours (du 1er au 5 décembre) et un autre de 2 jours (11 et 12 décembre).

 

activation-du-dispositif_2015_rhone.jpg

 

Que dit le réseau fixe ?

Vis-à-vis de la réglementation annuelle, depuis le début de l’année : Pour le dioxyde d’azote, la valeur limite a été franchie à 34 reprises sur l'Est lyonnais et à 24 reprises sur le Sud lyonnais en proximité automobile (200 µg/m3 sur une heure à ne pas dépasser plus de 18 fois par an). Pour les particules PM10, le seuil réglementaire journalier (50 µg/m3) a été dépassé à 30 reprises sur le sud de l'agglomération lyonnaise  en zone urbaine et à 39 reprises sur un site en proximité automobile (la valeur limite annuelle autorise au maximum 35 jours de dépassements par an pour ce seuil). Concernant l'ozone, la valeur cible est franchie sur 30% des sites du bassin lyonnais (seuil journalier de 120 µg/m3 sur 8 heures à ne pas dépasser plus de 25 jours par an). C'est le site de Ternay qui est le plus touché, avec 45 dépassements.

 

fichiers_statistiques_reglementaires_rhone.jpg