Etude de zones multi-émettrices dans le Sud-Grenoblois

Partager :
etude_zone_sud_grenoble_full_actu.jpg
Etude
En cours
Du
1 janvier 2015
au
1 juillet 2020
Pourquoi cette étude ?

Le deuxième Plan National Santé Environnement 2009-2013 a introduit les notions « d’inégalité environnementale » de « points noirs environnementaux » et par conséquence, l’identification de « zones susceptibles de présenter une surexposition de la population » en lien avec un « cumul d’exposition » multi-sources d’agents toxiques et/ou physiques.

Une « étude de zone », est une démarche visant à évaluer : 

  • L’impact des activités humaines sur l’état des milieux ;
  • Les risques ou les impacts sanitaires inhérents pour les populations. 

Elle est conduite sur un territoire appelé « zone » afin d’identifier et de hiérarchiser des actions, pour prendre en charge et maîtriser ces risques ou impacts.

Afin de contribuer à l’amélioration des connaissances dans ce domaine, cette étude menée en 2015 fait suite à l’étude « Air et Santé » de 2006-2007, qui avait permis pour la première fois d’évaluer les niveaux de 85 polluants simultanément sur 3 zones multi-émettrices de la région Rhône-Alpes, dont le sud grenoblois.

 

 

 

 

 

Que peut-on en retenir ?

 

PREMIERS RESULTATS

L’étude est en cours, mais trois laboratoires mobiles et trois sites de prélèvements ont déjà été mis en œuvre. Les premières campagnes de mesures permettent de mettre en évidence que :

Etude_appareils_zones_multi-emettrices_grenoble.jpg
Etude_appareils_zones_multi-emettrices_grenoble_.jpg
  • Les niveaux relevés sont globalement faibles et en nette baisse par rapport aux mesures historiques, surtout pour les métaux lourds et les aldéhydes ;
  • Les valeurs en NO2 et PM10 restent problématiques sur cette zone et il est nécessaire de mieux caractériser les contributions de chaque secteur pour identifier les leviers d’action ;
  • Il subsiste quelques prélèvements atypiques pour les COV. Certaines teneurs en composés chlorés au sud de la zone posent question il est notamment difficile de déterminer s’il s’agit de problématiques très localisées ou plus larges ;
  • Des niveaux atypiques de dioxines sont mesurés au nord de Pont de Claix.
  • Des mesures complémentaires sont en cours afin d’améliorer la connaissance de l’ensemble de ses polluants sur la zone.

 

La démarche s'articule en 3 phases : 

  • Phase 1 : Etat des lieux des données et études existantes, et interprétation de ces données.
    Achevée en 2014, cette phase a permis de définir les mesures complémentaires à effectuer dans les milieux d’exposition.Résultats disponibles sur le site SPPPY
  • Phase 2 : Campagnes de mesures et analyses complémentaires dans l’environnement pour compléter la connaissance de l’état des milieux.
    Les mesures ont été réalisées entre 2015 et 2019 dans l’air, les sols et les végétaux impactés par les retombées atmosphériques.
    Résultats pour les mesures réalisées en Air ambiant disposnible sur le site d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
  • Phase 3 : Interprétation de l’état des milieux. Cette phase devrait être terminée d’ici l’été 2020.
Polluant(s) concerné(s)
Composés Organiques Volatils (benzène, toluène, Aldéhydes...)
Dioxines - furanes
Dioxyde d'azote (NO2)
Métaux lourds (Plomb, mercure…)
Particules (PM10, PM2,5, ...)
Catégorie
Amélioration des connaissances, innovations et partenariats
Thématiques
Activités industrielles
Air et Santé
Economie et social
Recherche/coopération
Zone(s) concernée(s)
Champ-sur-Drac
Échirolles
Jarrie
Pont-de-Claix (Le)

En savoir plus, contactez :
M
Bernard Jouve